Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le brouillard plus fort que Deauville

Courses / 17.12.2016

Le brouillard plus fort que Deauville

Le brouillard plus fort que Deauville

Samedi, les trois dernières courses de la réunion de Deauville, qui en comptait dix, ont dû être annulées en raison d’un brouillard sévissant depuis la matinée sur l’hippodrome. Olivier Louit, directeur de l’hippodrome de Deauville, nous a expliqué les raisons de cette annulation et est revenu sur le déroulement des courses précédentes.

 

Le principe de précaution avant tout. Pour comprendre l’annulation, il faut préciser que les trois courses annulées se seraient disputées sur la distance de 2.500m alors que les précédentes ont été courues soit sur 1.900m, soit sur 1.500m.

« L’annulation résulte de la conjugaison entre la distance de 2.500m, où les stalles doivent être évacuées étant donné que les chevaux repassent sur cette portion de piste, et un brouillard qui descend aussi vite qu’il remonte. Il en va aussi de la régularité des courses, car la luminosité était en train de décroître. Il n’y avait aucune chance que le brouillard puisse se lever dans ces conditions. L’hippodrome est enclavé entre trois vallées. Au-dessus du brouillard et aux alentours, le soleil brillait. Nous comptions sur la marée pour qu’elle dissipe le brouillard, mais cela n’a rien changé. Nous avons donc, avec les commissaires, décidé de nous arrêter là pour aujourd’hui, après avoir tout fait pour sauver la réunion. Il y avait un risque réel pour la sécurité des hommes et des chevaux si, par exemple, les stalles ne pouvaient pas être évacuées de la piste. Certains professionnels regrettent cette annulation, tout comme nous, car nous n’aimons pas annuler des courses. Mais si un accident – majeur ou mineur – arrivait, qui serait-on allé voir après ? Cela ne s’est pas joué à grand-chose, juste à 150m de visibilité avec ce brouillard qui bouge par plaques, et à deux petits degrés qui nous manquaient pour que la situation s’améliore... »

 

La régularité des courses précédentes préservée. Ceux qui ont suivi la réunion sur Equidia ont constaté que la visibilité était très mauvaise : il n’était guère possible de voir plus d’un quart de la course. On y voyait un peu plus clair sur l’hippodrome. À Deauville, un protocole avait été mis en place pour assurer la régularité de la course, ainsi que la sécurité des hommes et des chevaux, durant les sept premières courses du programme.

« Nous avons mis en place un protocole qui n’était d’ailleurs pas inédit. Il y avait deux véhicules suiveurs qui permettaient aux commissaires de bien suivre le déroulement de la course, avec à leur bord un cameraman en équilibre qui filmait. Les commissaires de course voyaient donc ce qu’il se passait, avec différentes vues : face, côté… Il y a d’ailleurs eu deux réclamations de jockeys dans la troisième. Toutes les équipes de France Galop, du GTHP, du PMU et du PMH ont été très concentrées. Ensuite, il faut aussi penser au juge à l’arrivée : avec la baisse de la luminosité, cela allait devenir très compliqué. En ce qui concerne les photographies dans la réunion – je pense notamment à la cinquième course remportée par Pierre-Charles Boudot où il y a courte tête –, nous avions à disposition sur l’hippodrome des photos de qualité, avec des outils performants pour mesurer l’écart. Les arrivées ont pu être jugées sans problème. »

 

Deauville s’organise pour l’accueil des chevaux et des hommes. Les courses de cette réunion de Deauville avaient fait le plein de partants. Ils étaient seize à devoir s’élancer dans la huitième, quatorze dans la neuvième et treize dans la dixième, dont certains ayant fait un long déplacement.

« Les courses annulées devraient être reportées soit lundi, soit mardi. Il devrait encore y avoir de la brume dimanche, la météo annonce un temps correct lundi et du soleil mardi. Les équipes de France Galop travaillent sur cela et vous serez très vite informés. Les équipes de l’hippodrome travaillent ce week-end et sont là pour garantir des logements à tout le monde : hommes et chevaux, tout comme la nourriture, etc. L’équipe de l’hippodrome va se mettre au service des entraîneurs, premiers garçons, garçons de voyage… pour faciliter les conditions d’accueil de tous. »

Le brouillard n’a pas sévi qu’en France. En Angleterre, que ce soit à Ascot, Lingfield ou à Haydock, les conditions de visibilité étaient aussi très compliquées et le doute a plané sur le maintien des réunions, qui se sont finalement bien disputées, dont le JLT Long Walk Hurdle (Gr1) où courait Alex de Larredya. Le spectacle a bien eu lieu, sans pouvoir être vraiment apprécié…