Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le galop et le trot affichent leur unité à Vincennes

Institution / Ventes / 18.12.2016

Le galop et le trot affichent leur unité à Vincennes

Dimanche 18 décembre, France Galop et LeTrot ont de nouveau affiché leur unité sur l’hippodrome de Vincennes. Après un déjeuner réunissant différents officiels de LeTrot et France Galop, Isabelle Coltier a fait visiter les dernières nouveautés de l’hippodrome de Vincennes, de plus en plus connecté. Serge Lecomte, président de la Fédération française d’équitation, était aussi présent à Vincennes ce dimanche. Nous les avons accompagnés.

Un an après. Accompagné de Dominique de Bellaigue, président de LeTrot, le président de France Galop, Édouard de Rothschild, a réaffirmé l’unité existant depuis toujours entre le trot et le galop : « En vérité, trot et galop travaillent totalement main dans la main. Nous avons tout fait ensemble. Lorsque j’ai été élu président de France Galop, mon premier acte a été de me rendre sur l’hippodrome de Vincennes pour cette même réunion, disputée le 15 décembre 2015. Tous les sujets ont été abordés ensemble : Enghien, TF1… Le déjeuner fut convivial et sympathique. Nous nous voyons régulièrement depuis un an. Nous nous sommes réunis il y a dix jours et nous aurons une réunion le 9 janvier prochain. » Dominique de Bellaigue a par ailleurs précisé : « Demain [lire lundi, ndlr], nous serons à la Fédération française d’équitation afin de discuter du dossier de la T.V.A. Les présidents des cinq grandes fédérations du cheval se réunissent aussi régulièrement. »

 

Les nouveaux visages de Vincennes. Vincennes est un hippodrome qui a beaucoup changé depuis plusieurs années, avec la rénovation des balances, par exemple, mais aussi de nombreuses évolutions dans la partie réservée au public. L’hippodrome pub a été la dernière grande nouveauté. Cet espace convivial et connecté, proposant plusieurs tablettes permettant au public d’être au courant des dernières informations, est le dernier grand changement en date. Mais il faut aussi citer l’installation d’un grand écran dans le grand hall, avec des sièges permettant au public d’être bien installé, mais aussi celle d’un musée de Vincennes – vidéos, photos dans l’un des couloirs séparant les grand et petit halls et, dans le second de ses couloirs, un espace thématique pour vivre les courses : vidéos avec caméra embarquée et des paroles de passionnés. Dans le grand hall, il y a aussi un espace vidéo et interactif qui permet au public de (re)voir toutes les courses qu’il désire. L’hippodrome de Vincennes, qui était devenu un peu triste, trouve une nouvelle jeunesse et est en train de gagner au fil des années son pari de la modernité.

 

Une unité logique pour parler des grands défis de la filière. Vice-président de France Galop et président du Conseil de l’obstacle, Jean d’Indy faisait partie des officiels présents à Vincennes. Il nous a dit : « On ne devrait même pas être surpris que le trot et le galop viennent les uns chez les autres et discutent entre eux. Nous avons les mêmes buts et nous devons multiplier les conversations. Parmi les sujets abordés lors de ce déjeuner, il y a la situation économique de l’Institution des courses. Il faut mettre en commun les économies mais aussi le développement, pour dynamiser. Il faudra bien sûr plus qu’un déjeuner pour cela. Nous aurons une réunion plus officielle le 9 janvier prochain. C’est très urgent d’agir. Nous allons tout le temps nous revoir, pas seulement aux courses. Outre les économies et le développement, un troisième sujet dont nous parlons est de définir des stratégies permettant d’impliquer l’État, pour qu’il nous soutienne. Il faut lui donner un plan pour qu’il y trouve son compte. » Jean d’Indy a aussi donné son avis sur les transformations et la modernisation de Vincennes : « Vincennes est un hippodrome très moderne. Dès que nous allons ici, nous pouvons quelque part y prendre des leçons, que ce soit pour le Nouveau Longchamp ou même pour Auteuil. Vincennes a un atout – qui n’est pas ce que je préfère –, c’est que le public reste à l’intérieur. Je préfère être dehors, même quand je viens ici : aller voir les chevaux aux écuries, etc… Mais le modèle de fonctionnement est très instructif. »

Des idées à prendre. La transformation de Vincennes est intéressante à suivre et il y a des idées que le galop pourrait trouver sur cet hippodrome, tout comme à l’étranger, comme l’a expliqué Jean-Pierre Colombu, vice-président de France Galop et président du Conseil du plat : « Je suis venu plusieurs fois à Vincennes cette année : Prix d’Amérique, Prix de France, Prix de Paris, ainsi qu’au printemps pour trois nocturnes. C’est intéressant et il y a sûrement des idées à prendre. J’ai aussi beaucoup voyagé cette année et je suis notamment allé en Grèce, sur un des hippodromes que ce pays souhaite relancer. Il est possible pour le public, sur un seul étage, de voir les chevaux au rond, de traverser l’étage pour ensuite voir la piste et en disposant de nombreux endroits où jouer. Je suis aussi allé voir l’hippodrome de Longchamp vendredi. C’est assez impressionnant… » Pour voir l'avancée des travaux du Nouveau Longchamp :

http://www.nouveaulongchamp.com/le-chantier-en-direct=

Président du Syndicat national des propriétaires, Charles-Henri de Moussac était également présent à Vincennes. Il nous a dit : « Je pense que le premier objectif est de montrer que, face aux challenges auxquels l’Institution fait face, le trot et le galop sont soudés car, même s’il y a des différences, nos objectifs sont les mêmes. Il faut offrir un programme attractif aux parieurs, tout comme aux professionnels. Concernant Vincennes, je suis assez frappé de l’évolution de l’hippodrome en termes de technologie, d’information auprès du public et de l’interactivité. Cela peut nous servir, nous pouvons aussi utiliser l’expérience du trot. »