Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE JOUR OÙ…  Nous avons gagné le Prix Ferdinand Dufaure avec Punch Nantais

Courses / 17.12.2016

LE JOUR OÙ… Nous avons gagné le Prix Ferdinand Dufaure avec Punch Nantais

ACA

 

LE JOUR OÙ…

 

Nous avons gagné le Prix Ferdinand Dufaure avec Punch Nantais

Par Michel Bodiguel

 

Vainqueur du Prix Ferdinand Dufaure (Gr1), Punch Nantais (Puit d’Or) a été élevé par Didier Paysan et Michel Bodiguel en Mayenne. Sa victoire dans le Gr1 d’Auteuil pour les steeple-chasers de 4ans a conclu une journée à rebondissements pour son entourage. Michel Bodiguel est revenu avec nous sur ce dimanche 22 mai 2016 dont il se souviendra très longtemps.

 

« La journée du Prix Ferdinand Dufaure a été riche en émotions pour nous. Ce jour-là, il y avait beaucoup de brouillard et nous avons eu des problèmes d’essence, car il y avait des pénuries dans l’Ouest de la France. Nous sommes allés d’une station à l’autre et n’avons trouvé de l’essence qu’à une soixantaine de kilomètres de Paris. Nous étions à la station-service en compagnie du camion de Donatien Sourdeau de Beauregard, lequel avait des partants dans les premières courses du programme. Nous sommes arrivés à Auteuil juste à temps... Nous avons vécu une angoisse permanente d’autant que notre jockey, Bertrand Lestrade, était tombé auparavant dans la réunion. Il avait eu aussi un AVC quelques semaines auparavant. Nous avons vécu une libération lorsque Punch Nantais a passé le poteau en tête. Oui, une vraie libération... Mais très vite, il y a eu enquête avec Roi Mage qui avait fini tout près. J’étais alors avec l’entraîneur du cheval, Guillaume Macaire, qui vit les courses intensément. Nous étions dans un cauchemar. Il a fallu attendre quinze minutes avant que les commissaires ne rendent leur verdict. Et finalement, nous avons été déclarés vainqueurs après l’enquête. Nous sommes restés sur Paris le soir pour sabrer le champagne. Ensuite, je suis rentré en voiture avec cette victoire et cette ambiance historique en tête. J’étais en compagnie de Dominique Gicquel, le père de Benoît, et je suis resté dans le bain ! Nous avons vécu des instants inoubliables ce jour-là avec Punch Nantais. C’était un moment d’apesanteur hors du temps pendant la course. C’est ma plus belle victoire en tant qu’éleveur. J’ai gagné une quarantaine de courses. Mais c’est un Gr1 ; c’est comme entrer dans la cathédrale de Reims pour être couronné. C’est un moment très fort, qui marque une vie. Punch Nantais a été le meilleur 3ans et le meilleur 4ans en steeple avec ses victoires dans les Prix Congress (Gr2) et Ferdinand Dufaure (Gr1). Il est parti au repos. C’est une machine à rêver et là nous allons pouvoir rêver ! Rendez-vous lors du Grand Steeple 2018 ! »