Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE JOUR OÙ…  J’ai gagné les Coronation Stakes avec Qemah

Courses / 12.12.2016

LE JOUR OÙ… J’ai gagné les Coronation Stakes avec Qemah

 

Par Pierre Talvard

Le 17 juin 2016, Qemah (Danehill Dancer) signait une performance de grande classe pour remporter les Coronation Stakes (Gr1) lors du meeting de Royal Ascot. Elle a grandi au haras du Cadran, la structure de Pierre Talvard, et son coéleveur est revenu sur ce moment.

« Je suis arrivé la veille de la course en Angleterre. Le jour-même, j’étais archi-cool. Je n’étais pas stressé du tout : Jean-Claude Rouget m’a dit que Qemah allait gagner. Il me l’avait d’ailleurs dit immédiatement après la Poule d’Essai des Pouliches, où cela ne s’était pas très bien passé pour elle. Ce jour-là, j’étais défait et il m’avait tout de suite affirmé : "Nous allons gagner les Coronation Stakes à Royal Ascot avec elle !"

Je n’étais jamais allé à Royal Ascot. J’y avais déjà eu des élèves en piste : GM Hopkins avait gagné un des gros handicaps du meeting l’année précédente, et The Grey Gastby s’était incliné de très peu dans les Prince of Wales’s Stakes en 2015. En arrivant à l’hippodrome, j’ai été surpris du monde et de l’ambiance qui y régnait. Nous avons passé la journée dans la loge de Son Excellence le cheikh Joaan Al Thani, où nous avons été très bien reçus.

Juste avant la course, j’ai attendu dans le rond. Mais j’ai dû en ressortir car je n’avais pas le badge qu’il fallait ! L’organisation est bien faite, donc j’ai pu récupérer le bon badge et retourner au rond pour voir la pouliche.

À l’entrée de la ligne droite, j’étais inquiet. Qemah n’avait pas le passage. Mais, une fois qu’elle a pu être déboîtée, je n’étais plus inquiet du tout ! Je savais qu’elle avait une pointe de vitesse exceptionnelle. J’ai hurlé ! Jean-Claude est descendu et je lui ai sauté dans les bras ! Gagner ce Gr1, gagner une grande course tout simplement, c’est une joie qui se prolonge… C’est un sentiment de bonheur, un vrai bonheur. Même quand je descends là [dans les couloirs d’Arqana où se trouvent les photos des vainqueurs de grandes courses issus de la vente, ndlr] et que je vois cette photo, c’est terrible…

Pour moi, élever des chevaux comme cela, surtout de façon aussi rapprochée avec Qemah et The Grey Gatsby, c’est incroyable. Et j’espère que je serai capable d’y arriver encore un jour. Il faut du travail, mais il faut aussi beaucoup de chance… Il faut surtout se fixer une ligne directrice. Il y a eu des moments difficiles mais, il y a vingt-cinq ans déjà, je savais que c’était là que je voulais être. Qemah m’a offert de grands souvenirs, The Grey Gatsby aussi… Maintenant, c’est fait. J’espère désormais que les bons 2ans que nous avons eus cette année vont concrétiser les espoirs placés en eux. Quand je rentre au haras, j’ai du travail qui m’occupe. Et je pense plus à mon travail du jour qu’à mes souvenirs… »