Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Quand la sœur d’une classique produisait des anglo-arabes dans l’Atlas

Courses / 01.12.2016

Quand la sœur d’une classique produisait des anglo-arabes dans l’Atlas

Les ventes d’élevage sont propices aux histoires extraordinaires. Cette année, le catalogue Arqana propose une propre sœur de la championne La Cressonnière (Le Havre)… dont le premier produit est un anglo-arabe, conçu au Maroc !

« C’est le jeu ! », résume bien Sylvain Vidal. Après deux sorties infructueuses, il décide de vendre à l’amiable une 2ans issue de Le Havre nommée Annoville, premier produit d’une jeune jument, Absolute Lady (Galileo). « Elle avait des problèmes articulaires et avait couru deux fois, sans succès. Et puis nous avons beaucoup de chevaux, il faut savoir faire tourner les effectifs. Je l’ai vendue à l’amiable à Zied Romdhane, avec qui j’ai l’habitude de travailler. » Nous sommes en 2013, La Cressonnière n’est qu’une yearling encore anonyme.

Direction le Maroc. Zied Romdhane, un courtier tunisien qui travaille pour différents clients des pays méditerranéens, revient sur cet achat anodin, comme il en réalise beaucoup tous les ans : «  Elle faisait partie d’un lot de chevaux que Sylvain Vidal m’a présenté. Annoville était à l’entraînement à 2ans chez François Rohaut, j’étais allé la voir chez lui. Comme elle était très bien née, j’avais décidé de l’envoyer au Maroc, au haras de l’Atlas. Souvent je dispatche entre la Lybie, la Tunisie et le Maroc, en fonction des chevaux. Je ne l’avais pas achetée très cher, mais quand La Cressonnière est devenue ce qu’elle est aujourd’hui, j’ai tout de suite conseillé à mon client de bien la garder ! »

Annoville n’a eu qu’un produit, un foal mâle par l’étalon anglo-arabe Genghis Khan (Khanjer de la Brunie). Zied Romdhane poursuit : « Son propriétaire l’a fait saillir par un étalon anglo-arabe, Genghis Khan. Il appartient au haras de l’Atlas et est beaucoup utilisé au Maroc. C’était un choix personnel du propriétaire, sûrement parce qu’il existe beaucoup de courses d’anglo-arabes là-bas. La jument a donc un très beau poulain par Genghis Khan qui devrait courir au Maroc. Cette année, le propriétaire a choisi de ne pas la faire saillir. L’une des raisons était qu’elle avait pouliné assez tard. »

Un destin bouleversé. Les performances de sa championne de sœur ont complètement bouleversé son destin. Zied Romdhane explique : « Quand nous avons vu les succès de La Cressonnière en France, tout le monde appelait Sylvain Vidal pour savoir ce qu’était devenue Annoville. Il leur a donc expliqué qu’il me l’avait vendue, et moi j’ai reçu des propositions d’achat. Cela fait un moment que je travaille avec Arqana et le propriétaire préférait donc la vendre par ce biais. Elle sera présentée par le haras de l’Aumônerie. J’ai déjà collaboré avec Julie Mestrallet il y a deux ans. J’aime beaucoup sa manière de travailler. Quand j’ai commencé mon activité, j’ai été encouragé, donc je fais pareil avec elle. »

Julie Mestrallet, du haras de l’Aumônerie, conclut : « La jument est arrivée chez moi il y a une quinzaine de jours. Lorsque l’on m’a demandé si je pouvais la prendre, on ne m’a pas dit qu’il s’agissait d’une propre sœur de La Cressonnière. Je suis donc ravie de pouvoir présenter une jument avec un pedigree comme le sien ! »