Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE SPORT PAR LE TEMPS - Briller avec l’éclat d’un diamant

International / 19.12.2016

LE SPORT PAR LE TEMPS - Briller avec l’éclat d’un diamant

 

Par Bruno Barbereau, éditorialiste à Jour de Galop et animateur de Horse Racing Chrono https://twitter.com/HorseRacingChro

Le 11 et le 18 décembre derniers se sont disputés deux Grs1 réservés aux chevaux de 2ans sur les 1.600m de l’hippodrome de Hanshin (Japon). Ces deux courses de Groupe sacrent les meilleurs poulains et pouliches de 2ans sur le mile et mettent aussi sous les projecteurs la qualité de l’élevage japonais qui, au prix d’importants investissements, est devenu un des meilleurs élevages au monde et ne cesse de progresser.

En 2015, Shadai Farm, Northern et Oiwake Farm détenaient plus de 1.500 poulinières. Mais au-delà du nombre, c’est surtout la qualité qui est hors norme. Plus de 13 % d’entre elles ont fini dans les trois premières d’épreuves de Gr1 en dehors du Japon. À cela, il faut ajouter un nombre important de poulinières qui se sont illustrées dans les Grs1 au Japon. L’investissement dans un parc d’étalon n’est pas en reste. Tout cela contribue évidemment aux progrès de l’élevage japonais où la qualité des chevaux et le niveau des courses s’améliorent au fil du temps. En résumé, l’élevage japonais est peut-être devenu la place Vendôme de l’élevage mondial.

Cocorico au Japon. Le 11 décembre, Soul Stirring (Frankel), invaincue en deux sorties, s’impose dans le Hanshin Juvenile Fillies, un Gr1 réservé aux femelles sur 1.600m. Elle permet à l’étalon Frankel de remporter son premier Gr1. Sa mère, Stacelita (Monsun), n’est pas une inconnue. Elle a remporté six Grs1 en France et aux États-Unis, dont les Prix Vermeille, Saint-Alary, de Diane Longines et Jean Romanet. On peut comprendre l’émotion particulière qu’a dû ressentir Christophe Lemaire lors de cette victoire, lui qui, par le passé, a remporté trois Grs1 avec la jument lorsqu’elle était entraînée en France par Jean-Claude Rouget.

Christophe Lemaire, véritable gentleman aussi bien à la ville que sur la piste, exerce désormais sa profession au Japon. À trois réunions de la fin de la saison 2016, le jockey français est actuellement leader au classement des jockeys et pourrait marquer l’histoire en devenant le premier jockey étranger à remporter la Cravache d’or au pays du soleil levant. Cocorico, la France est une nation forte dans le monde hippique. Son élevage, ses courses et ses acteurs sont ses meilleurs ambassadeurs.

Bien partie de sa stalle numéro 2, Soul Stirring a très bien voyagé derrière les leaders tout au long du parcours. Les 1.200m sont franchis à un train très régulier, en 1’10’’30. C’est dans les 400 derniers mètres que la protégée de Kazuo Fujisawa a placé sa pointe d’accélération. Elle franchit la ligne d’arrivée en 1’34’’00 et l’emporte d’une longueur un quart, après avoir parcouru les derniers 600 mètres en 34’’80. Elle réalise le quatrième meilleur temps brut de l’histoire de cette épreuve. Soul Stirring parvient à contenir l’excellent retour de Lys Gracieux (Heart’s Cry), partie de la stalle 18. La mère de celle-ci ne nous est pas inconnue puisque Liliside (American Post) remporta la Poule d’Essai des Pouliches en 2010 avant d’être rétrogradée à la sixième place. La fille de Liliside effectue les 600 derniers mètres les plus rapides de la course en 34’’50. Le record de la course est toujours détenu depuis 2006 par l’excellente Vodka en 1’33’’10. Vodka a remporté sept Grs1 et fut cheval de l’année au Japon en 2008 et 2009. Sans cette place dans les stalles de départ, il est probable que Lys Gracieux aurait poussé Soul Stirring dans ses retranchements. Une revanche paraît largement envisageable.

Nom                                 Tps brut                  L600                         Acc. %

Vodka                             1'33''10                   33''90                        103

Soul Stirring                    1'34''00                   34''80                        101,3

Lys Gracieux                   1'34''20                   34''50                        102,4

Mi Suerte en attraction. Les Asahi Hai Futurity Stakes sont en quelque sorte le pendant du Hanshin Juvenile Fillies. Ils s’adressent aux mâles de 2ans mais restent ouverts aux femelles et se disputent sur les 1.600m turf de la piste de Hanshin depuis 2014. Cette année, deux pouliches avaient entrepris d’affronter les mâles. Mi Suerte (Frankel), invaincue en deux sorties, avait décidé de relever le défi, sachant qu’aucune femelle n’a réussi à battre les mâles dans cette course depuis 1980. Le style de sa dernière victoire l’avait placée comme favorite de la course et les observateurs s’attendaient à une nouvelle victoire de Gr1 pour l’étalon Frankel. Le record de l’épreuve depuis son transfert sur l’hippodrome de Hanshin est détenu par Leontes en 1’34’’40 depuis 2015. Il avait conclu les 600 derniers mètres de l’épreuve dans un excellent temps de 33’’30.

Dans une course menée à un train régulier par Bom Servico (Daiwa Major), les 1.200m sont franchis en 1’12’’10. Partie de la stalle 17, Satono Ares (Deep Impact) a patienté parmi les derniers en compagnie de Monde Can Know (Kinshasa no Kiseki). C’est dans la ligne droite, progressant à l’extérieur, que le fils de Deep Impact a refait de nombreux rangs, franchissant les 600 derniers mètres en 34’’10 pour venir s’imposer en 1’35’’40. L’imitant dans sa progression, Monde Can Know trace les 600 derniers mètres de l’épreuve les plus rapides en 34’’00, ne pouvant mettre en doute la supériorité du vainqueur. Mi Suerte termine à une honorable quatrième place, n’ayant jamais pu faire illusion pour la victoire.

Kazuo Fujisawa est le premier entraîneur à réussir le doublé  Hanshin Juvenile Fillies & Asahi Hai Futurity Stakes (Grs1).