Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

130e GRAND PRIX DE PAU - BIRABEN FOIE GRAS - PRIX ANDRÉ LABARRÈRE (GR3) - Forthing offre un premier Grand Prix de Pau à Magalen Bryant

Courses / 22.01.2017

130e GRAND PRIX DE PAU - BIRABEN FOIE GRAS - PRIX ANDRÉ LABARRÈRE (GR3) - Forthing offre un premier Grand Prix de Pau à Magalen Bryant

PAU, DIMANCHE. Spécialiste de l’hippodrome palois, Forthing (Barastraight) s’est offert le 130e Grand Prix de Pau (Gr3) ce dimanche. Il a ainsi apporté un premier succès dans cette épreuve à sa propriétaire, Magalen Bryant. Auteure de deux superbes années en 2015 et 2016, la grande dame américaine de l’obstacle français attaque 2017 sur les chapeaux de roue. Son cheval Forthing est redoutable au Pont-Long, où il a signé sa sixième victoire, dans la plus belle épreuve du calendrier palois.

Lauréat du Prix Antoine de Palaminy (L) 2015, troisième du Grand Prix 2016, après avoir remporté le Prix Renaud du Vivier (L) et avant de gagner le Prix Gaston Phoebus, il se transcende à Pau. Il l’a encore démontré ce dimanche. À l’issue d’un parcours d’attente en sixième position, dans une épreuve rythmée, Forthing a gagné des rangs dans le dernier kilomètre. Après le saut de la dernière haie, il est revenu attaquer Vieux Morvan (Voix du Nord) sur le plat pour lui prendre sûrement le meilleur et gagner nettement. Vieux Morvan a conservé la deuxième place en dépit d’une faute à l’ultime obstacle. Le favori, Paulougas (Turgeon), a conclu troisième devant Pinson du Rheu (Al Namix). Isabelle Pacault a donc placé trois de ses protégés parmi les cinq premiers.

 

Le vrai cheval de Pau. Âgé de seulement 6ans, Forthing est le vrai cheval de Pau. Depuis l’âge de 4ans, il a toujours fait partie des meilleurs sur le steeple-chase palois. Et il peut poursuivre son hégémonie dans les années qui viennent. Ce n’est donc pas un hasard qu’il ait remporté son premier Groupe au Pont-Long, après avoir échoué dans cette catégorie à Auteuil. Son entraîneur, Isabelle Pacault, a conservé son titre un an après sa victoire avec Winneyev (Goldneyev) et elle nous a dit : « Forthing est un cheval qui préfère le terrain lourd, mais la course a été sélective et il adore Pau. Je pense qu’il aime vraiment cet hippodrome, il y est très heureux. Il fait plaisir à voir. C’est dommage qu’il y ait eu des incidents sur le plat, mais c’était une belle course quand même. Tout le monde est méritant dans ces courses, que ce soit les chevaux ou les jockeys. »

Un deuxième Groupe pour Geoffrey Ré. Fidèle pilote de Forthing, Geoffrey Ré a remporté son deuxième Groupe après son succès dans le Prix André Michel (Gr3) 2015 avec Martalette (Martaline). Il nous a déclaré : « Le cheval était vraiment bien. Mais il y avait de l’opposition, avec quinze partants, et il fallait que tout se passe bien. Je n’ai pas eu le parcours le plus fluide, mais il a répondu présent. Le terrain m’inquiétait un peu, mais l’année dernière, je l’avais monté dans ce terrain avec des œillères australiennes et il m’avait plu. Pau, c’est vraiment son jardin. À Auteuil, c’est un peu plus compliqué. Il y a de grandes lignes droites et il est droitier, ce qui n’est pas évident à Auteuil. »

Vieux Morvan se rappelle à notre bon souvenir. Installé en tête dans le tournant final, Vieux Morvan a longtemps fait illusion pour le succès. Mais sa faute à la dernière haie lui a peut-être coûté la victoire. Son entraîneur, Isabelle Pacault, nous a précisé : « J’ai l’impression que Vieux Morvan a trouvé la vie belle une fois devant. »

Paulougas se ressaisit bien en fin de parcours. Paulougas allait presque trop facilement dans le huit et a été contraint de prendre les devants au saut du talus. Il a assuré ensuite la direction de la course, avant d’être relayé au bout de la ligne d’en face. À ce moment du parcours, on a pu craindre qu’il cède, mais Paulougas s’est bien relancé dans la phase finale pour accrocher la troisième place.

Le meilleur élément de sa famille. Élevé par Ingrid Desagnat dans le Maine-et-Loire, Forthing est un fils de Barastraight, étalon au haras des Sablonnets, et de Something Fine (Baby Turk), qui n’a jamais couru et ne compte pour le moment qu’un gagnant dans sa production. Epione (Gairloch), la deuxième mère du poulain, était une bonne jument de plat, gagnante de dix-huit courses. C’est une sœur de Pharyas (Hellios), qui a gagné une Listed au Lion-d’Angers au début des années 90.

Pedigree : http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2017/01/forthing.pdf

   Sadler’s Wells
  Barathea 
   Brocade
 Barastraight  
   Machiavellian
  Straight Lass 
   Gay Hellene
FORTHING (H6)   
   Northern Baby
  Baby Turk 
   Vieille Villa
 Something Fine  
   Gairloch
  Epione 
   Panacée