Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le mot de la fin : mental

Courses / 22.01.2017

Le mot de la fin : mental

Matthieu Abrivard a remporté ce dimanche le Prix de Cornulier, associé à une représentante de son père, Bellissima France, mais qu’il entraîne lui-même. Pour ceux qui ne sont pas des spécialistes du trot, il reste associé à Jag de Bellouet, triple lauréat du Cornulier (2004, 2005 et 2006). Lors de leur premier sacre, il n’avait pas encore 20 ans…

Plus de dix ans plus tard, il retrouve l’ivresse de s’imposer dans la plus belle course de trot monté au monde. Quoi de plus normal pour ce surdoué, issu qui plus est de l’une des grandes familles de la discipline ? Ce serait oublier un peu vite qu’en 2013, à Chartres, il s’est retrouvé avec le bassin broyé et une jambe sérieusement amochée suite à un accident survenu lors d’un heat. Des mois d’hôpital, de nombreuses opérations (il devra même se faire opérer de nouveau de la hanche l’année suivante), une longue rééducation à Capbreton… En relisant une interview qu’il avait accordée à l’époque, on apprend qu’il avait dû prendre une licence de cavalier pour être accepté dans ce centre réservé aux sportifs… Quand il a enfin pu reprendre sa place dans un sulky, quelques mois plus tard, il boitait encore. L’homme a fait preuve d’un mental extraordinaire pour revenir au top. Et n’a besoin d’aucune licence pour prouver qu’il est bien un sportif de haut niveau !