Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Dominique Sepulchre prend sa retraite

Courses / 15.01.2017

Dominique Sepulchre prend sa retraite

 À la fin du mois de décembre 2016, l’entraîneur Dominique Sepulchre a pris sa retraite, après un demi-siècle d’activité dans la filière hippique. Venu du monde de l’élevage, il a fait partie des professionnels qui ont symbolisé la montée en puissance de la province.

Des débuts dans le monde de l’élevage. « Je ne suis pas issu d’une famille du sérail. J’ai débuté alors que j’avais une vingtaine d’années, à la fin des années 1960, au haras d’Auteuil où madame Stern élevait. Je suis arrivé au moment où le père de Jean-Claude Rouget, qui régissait jusqu’alors cet établissement, commençait à se tourner vers l’entraînement. Après le décès de madame Stern, le haras a été repris par la famille Kergorlay. Je me suis ensuite installé au début des années 1970, comme entraîneur, à Royan. Mais cela n’a pas fonctionné. Au milieu de ces années-là, le docteur Pouret m’a embauché pour que je m’occupe de son haras dans l’Orne. J’ai donc repris le poste de régisseur. Rapidement, en parallèle, j’ai commencé à me remettre à l’entraînement, avec les chevaux de mon employeur. Nous avons connu une bonne réussite en province. »

La montée en puissance de la province. L’écurie Sepulchre a compté parmi ses clients des casaques de prestige, comme celles de Jean-Luc Lagardère, des familles Wildenstein et Niarchos, de monsieur Marinopoulos… Il a par ailleurs été soutenu par les éleveurs du grand Ouest et de Normandie, comme le docteur Pouret, les familles Talhouët-Roy, Coudé ou Chedeville. Il fut l’un des premiers provinciaux à courir régulièrement à Paris. « Monsieur Pouret m’a fait rencontrer la famille Niarchos, des propriétaires d’une très grande fidélité qui sont vraiment exemplaires. Ils m’ont confié certains de leurs élèves, ceux qui n’allaient pas en Angleterre ou en région parisienne. J’ai ainsi eu la chance d’avoir Nureyev dans mes boxes avant qu’il ne débute. Après deux décennies chez le docteur Pouret, au début des années 1990, j’ai déménagé dans l’Ouest, à Savigné-l'Évêque. Guy Henrot venait de quitter ces installions pour intégrer sa propre structure. J’ai entraîné pendant 24 années dans la Sarthe. Ce qu’on appelait la province a beaucoup changé. Le fossé psychologique qui nous séparait de Paris n’existe plus. Nous n’avions ni les mêmes pistes, ni les mêmes chevaux et les bons nous quittaient parfois pour être entraînés en région parisienne. »

Une centaine de black types. Parmi la petite centaine de black types qu’il a entraînés, Dominique Sepulchre garde une affection particulière pour  « Limnos, un très bon cheval qui avait gagné le Prix Foy avec la manière et aurait pu jouer un bon rôle dans l’Arc. Mais il a eu la piroplasmose. Un cheval comme Kathmandu (Kaldounévées) m’a offert l’une de mes 6 ou 7 victoires dans le Derby de l'Ouest (L). Il n’a sans doute pas le palmarès que sa qualité lui aurait peut-être permis de viser. Il avait notamment battu Mirio (Priolo), le gagnant du Grand-Prix de Saint-Cloud (Gr1), sur cet hippodrome. J’ai eu la chance d’entraîner plusieurs bonnes juments, comme Myth to Reality, la mère de Whipper et Maredsous, la mère de Red Dubawi. » À deux reprises, avec Abbatiale et Peony, il est passé à une encolure d’une victoire classique. Dominique Sepulchre a transmis sa passion du cheval et des courses à sa fille, Isabelle.

LES MEILLEURS PENSIONNAIRES DE DOMINIQUE SEPULCHRE

Au cours de sa carrière, Dominique Sepulchre a entraîné un peu moins d’une centaine de black types. Au niveau Groupe, ses meilleurs pensionnaires furent :

Abbatiale (Prix Pénélope, Gr3 & 2e du Prix de Diane, Gr1)

Another Dancer (Prix de Malleret, Gr2)

Arlésienne (3e du Prix de Flore, Gr3)

Assos (2e du Prix du Lys, Gr3)

Bakst (3e du Prix Niel, Gr3)

Beaujolaise (Prix Eclipse, Gr3)

Burning Sunset (3e du Prix d'Harcourt, Gr2)

Creaking Board (2e du Prix Robert Papin, Gr2)

Dance Treat (Prix de Flore & la Coupe, Grs3)

Dzinigane (2e du Prix Pénélope, Gr3)

Echoes (Prix Corridda, Gr3)

Edessa (3e de la Coupe de Maisons-Laffitte, Gr3)

Elasos (2e du Prix Exbury, Gr3)

Fontcia (3e de La Coupe de Maisons-Laffitte, Gr3)

Grioun (2e du Prix d'Hédouville, Gr3)

Ikat (2e du Prix d’Aumale, Gr3)

La Nana (3e des Prix de Flore & Pénélope, Grs3)

Lepricorn (2e du Prix Berteux, Gr3)

Limnos (Prix Jean de Chaudenay & Foy, Grs2)

Luna Wells (2e du Prix Saint-Roman, Gr3)

Magic Whisper (3e du Prix La Force, Gr3)

Maredsous (2e du Prix de Flore, Gr3)

Marend (Grand Prix de Deauville, Gr2)

Mint Crisp (Grand Prix de Vichy, Gr3)

Myth to Reality (2e du Prix Minerve, Gr3)

Northern Spy (Coupe de Maisons-Laffitte, Gr3)

Peony (2e de la Poule d’Essai des Pouliche, Gr1)

Persian Ruler (Prix d'Hédouville, Gr3 & 3e de l’Europa-Preis, Gr1)

Pont d’Or (3e du Prix Exbury, Gr3)

Puppet Dance (3e du Prix Eclipse, Gr3)

Raisonnable (2e des Prix de la Grotte & des Réservoirs, Grs3)

Seigniorage (2e du Prix Fille de l’Air, Gr3)

Soir de Noces (3e des Prix de Barbeville & Exbury, Grs3)

Soreze (3e du Prix Gladiateur, Gr3)

Stretarez (Prix Vicomtesse Vigier, Gr2)

Steward (Grosser Preis der Wirtschaft & Grand Prix de Chantilly, Grs2)

Torpedo Los (3e du Prix André Baboin, Gr3)

Turning Wheel (Coupe de Maisons-Laffitte, Gr3)

Vally Jem (2e du Grand Prix de Vichy, Gr3)

Vissinia (2e du Prix Corrida, Gr3)