Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

DOPAGE AU COBALT CHEZ LES TROTTEURS - Au moins un an de suspension pour les entraîneurs fautifs

Courses / 02.01.2017

DOPAGE AU COBALT CHEZ LES TROTTEURS - Au moins un an de suspension pour les entraîneurs fautifs

Lundi 26 décembre, Le Trot a communiqué les sanctions dans ce qui est appelé "l’affaire du cobalt". Cinq entraîneurs qui exercent en France ont été sanctionnés car des prélèvements sur des chevaux déclarés sous leur entraînement ont révélé la présence de cobalt, qui est une substance dopante au-dessus d’un certain seuil, et cela depuis la publication du bulletin de la Secf du 7 juillet 2016.

Le communiqué indique :

« Après avoir entendu et recueilli, dans le cadre de la procédure contradictoire prévue par le Code des courses au trot, les explications desdits entraîneurs, les commissaires de la Secf ont, par cinq décisions du 22 décembre 2016, décidé, compte tenu de la particulière gravité des infractions constatées :

- de disqualifier les chevaux des courses concernées et de les exclure pour une période de 12 mois,

- d’infliger à MM. Fabrice Souloy, Xavier Fontaine, Dominique Raffini et Philippe Bengala une amende 15.000 €, laquelle a été portée à 30.000 € pour M. Salvatore Campolo dont le cheval concerné a été contrôlé par deux fois avec une concentration de cobalt supérieure au seuil internationalement défini,

-  de retirer l’autorisation de monter et d’entraîner à MM. Fabrice Souloy, Xavier Fontaine, Dominique Raffini et Philippe Bengala pendant une période de 12 mois à compter du 2 janvier 2017, et d’interdire à M. Salvatore Campolo, dont l’autorisation de monter et d’entraîner a été délivrée par une autorité hippique étrangère, d’engager un cheval déclaré à l’effectif de son entraînement dans les courses régies par le Code des courses au trot en France ainsi que de monter dans lesdites courses pendant 12 mois à compter du 2 janvier 2017,

- d’exclure lesdits entraîneurs des locaux du pesage et des enceintes professionnelles des hippodromes organisant des courses au trot pendant une période de 12 mois à compter du 2 janvier 2017.

Ces décisions, qui ont été dûment notifiées aux intéressés et seront publiées au bulletin de la Secf le jeudi 29 décembre 2016, sont susceptibles de recours devant la Commission supérieure de la Secf, conformément aux dispositions du Code des courses au trot. »

Comme souvent dans les cas de suspension de licence pour une durée déterminée, les chevaux ont changé d’entraîneur, mais pas de lieu d’entraînement pour la plupart. Un entraîneur dit "prête-nom" prend le relais. Mais, afin de réduire le champ d’action des entraîneurs suspendus, Le Trot les a exclus des enceintes professionnelles des hippodromes pour la durée de leur suspension. Les cas de dopage au cobalt avaient éclaté en septembre quand les autorités hippiques scandinaves avait révélé que des trotteurs européens étaient positifs à ce produit.