Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Les effets du marché anglo-irlandais se font-ils déjà sentir à Pau et Cagnes ?

Courses / 09.01.2017

Les effets du marché anglo-irlandais se font-ils déjà sentir à Pau et Cagnes ?

Le meeting d’obstacle cagnois touche à sa fin ce mardi. Celui de Pau continue jusqu’à la fin du mois de février. Et pour le moment, ces deux événements de l’hiver ne nous ont pas encore permis de voir plusieurs futures vedettes parisiennes si l’on fait exception de certains cas. Comme ceux de Saint Calvados (Saint des Saints), impressionnant lauréat du Prix Cyborg devant Mondieu (Manduro), vainqueur depuis du Prix André Masséna - Grande Course de Haies des 4ans (L). Saint Calvados et Mondieu sont les deux chevaux qui ont séduit à Cagnes. À Pau, Saint Léo (Maresca Sorrento) a été très plaisant lorsqu’il a enlevé le Prix d’Auriac. Mais les lots de jeunes chevaux se creusent de plus en plus chaque hiver en termes qualitatif. Et l’une des raisons à ce phénomène est certainement la forte demande anglo-irlandaise pour nos sauteurs. Dès qu’un 3ans ou 4ans gagne sur les obstacles français, il peut être l’objet d’offres importantes. Des offres difficiles à refuser compte tenu du montant. Mais des offres qui creusent le nombre de partants et nous privent quelquefois de bons éléments. D’où l’importance vitale d’avoir des propriétaires comme la famille Papot ou Magalen Bryant – pour ne citer qu’eux – qui nous permettent de conserver un capital cheval étoffé et de qualité. Il en va de l’intérêt sportif de nos compétitions sur les obstacles.