Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

HISTOIRE, HISTOIRES… - Les préparatoires de la grande course de haies et du grand cross de Pau

Courses / 14.01.2017

HISTOIRE, HISTOIRES… - Les préparatoires de la grande course de haies et du grand cross de Pau

HISTOIRE, HISTOIRES…

 

Les préparatoires de la grande course de haies et du grand cross de Pau

L’hippodrome de Pau accueille, le 15 janvier, sa deuxième réunion dominicale après celle du 1er janvier. Sur les haies, le Prix Albert de Taillac honore un ancien membre et commissaire de la Société avant-guerre. C’est une préparatoire à la Grande Course de Haies de Pau.

Le Prix John-Henry Wright, un cross-country, est nommé en mémoire d’un président du Pau Golf Club et gentleman-rider tête de liste au début du xxe siècle. Les participants viseront le Grand Cross, le Prix Gaston de Bataille, le 5 février.

 

Xavier Bougon a consacré toute sa vie aux courses, cultivant sa passion pour l’histoire de notre sport, en complément de ses activités professionnelles dans le cadre de l’Institution. Depuis le mois de janvier 2016, il vous propose une rubrique régulière consacrée à l’histoire des courses.

 

La préparatoire pour la Grande Course de Haies de Pau. Le Prix Albert de Taillac a donné, depuis 1981 (année de son changement de conditions), onze vainqueurs de la Grande Course de Haies de Pau, dont deux succès pour Bopro (1983 et 1984) et Alarm Call (2008-2010). Le tenant du titre, Al Bucq (Goldneyev), avait ensuite terminé deuxième (de Pythagore) trois semaines plus tard. Monsamou (Bienamado), le protégé de Patrick Chevillard, est aujourd’hui âgé de 8ans. À 5ans, il avait enlevé la Grande Course de Haies de Pau, après avoir terminé au pied du podium du Prix Albert de Taillac.

 

En passant par le Prix Daniel Guestier. Al Bucq avait terminé deuxième du Prix Daniel Guestier avant de remporter le Prix Albert de Taillac. Quatre des concurrents de ce dimanche arrivent du Prix Daniel Guestier (disputé le 24 décembre), dont Irouficar Has (3e) et Compatriote (4e).

 

Pythagore, la rentrée d’un vétéran. Le représentant du premier commissaire de France Galop – Jean-Pierre Colombu – n’a pas couru depuis le mois de mai. Après avoir remporté le Prix Georges Courtois 2015 (Gr2 sur le steeple), Pythagore (Kahyasi) a pris la direction de Pau pour y gagner la Grande Course de Haies. À présent âgé de 12ans, il est le plus vieux des concurrents. Au même âge, Licato (Goofalik) avait remporté le Prix Albert de Taillac en 2011, après avoir terminé deuxième de la Grande de Course de Haies de Pau l’année précédente et gagné en 2009. Outre Licato, quelques autres chevaux âgés de 10ans se sont imposés par le passé : Al Bucq (2016), Tarabel (2012), Alarm Call (2010), Wacio (1998).

 

Un seul demi-sang s’est imposé. Au palmarès du Prix Albert de Taillac, les demi-sang ne sont pas nombreux puisque seule Sirène d’Ainay (Dom Alco) s’est imposée en 2013 ; elle était âgée de 7ans. Cette année, deux AQPS sont au départ : Christmas Rose (5ans) et Tir au But (10ans).

 

Les 5ans à l’honneur. Vainqueur de ses deux dernières sorties, dont le Prix Georges Pastré (handicap), Christmas Rose (Montmartre) est le seul 5ans à oser se présenter face à ses aînés. Toujours depuis 1981, onze jeunes sont rentrés victorieux aux balances et ils étaient tous des pur-sang anglais. Cinq confirmeront ensuite dans la Grande Course de Haies de Pau (Bison Futé, Guchen, Quota, Lute Antique, Jemykos). Pour l’anecdote, le vainqueur 2015, âgé de5ans, Nando (Hernando), venait de s’imposer à Cagnes dans la Grande Course de Haies.

 

Lourde charge pour Perly de Clermont. Le fils d’Ultimately Lucky arrive directement de Cagnes où il n’a couru qu’une fois cet hiver, devancé par Buck’s Bank (Trempolino) et Saint Pistol (Saint des Saints). À Pau, il va porter la charge maximale, 73 kg. Aucun lauréat depuis 1981 n’a porté autant de poids. Sous 72 kg, Wacio (Niniski), Alarm Call (Solar One) et Rocketir (Poliglote) ont tout de même réussi à passer le poteau en tête.

 

Jacques Ortet détient le record de victoires. Le Palois figure à neuf reprises au palmarès de cette épreuve dont deux fois avec Wacio et Alarm Call. Les deux se sont ensuite distingués dans la Grande Course de Haies. Isabelle Pacault a remporté le Prix Albert de Taillac en 1994 avec Cardepal (Carmont), monté par Jean-Yves Artu et appartenant à son père, Jean-Claude Evain. La petite-fille de ce dernier, Anne-Sophie, compte sept victoires à Pau et a déclaré deux partants dans le Prix Albert de Taillac. Patrick Chevillard a inscrit son nom avec Germinis (Vaguely Pleasant), en 2002, l’année suivant son succès dans le Prix du Cadran, et Al Bucq l’an dernier. Emmanuel Clayeux et François-Marie Cottin figurent une fois au palmarès.

 

La dernière préparatoire au Prix Gaston de Bataille. Au départ de ce Prix John-Henry Wright figurent les gagnants (Segur des Villas, Saying Again et Saham) des trois épreuves préparatoires principales, à savoir, le Prix Jean Granel pour les anglo-arabes et les Prix Hubert de Navailles et Mortimer de Lassence.

Toutancarmont (Al Namix) est tombé, le 3 décembre dernier, dans le Prix Hubert de Navailles et n’a pas reparu depuis ; il est le triple tenant du titre de ce Prix John-Henry Wright, une épreuve remportée également à trois reprises par Hawkso (2002, 2003 et 2005).

 

Le triplé de Saying Again. Saying Again (Califet) reste sur une victoire dans le Prix Hubert de Navailles qu’il avait également remporté l’an dernier. À la suite de quoi il avait fait sien le Prix Mortimer de Lassence avant de confirmer dans le Grand Cross, le Prix Gaston de Bataille.

 

Deux cracks au palmarès de l’épreuve. Deux légendes du cross palois, Fairplay (Grand Trésor) et Malberaux (Michel Georges) ont bien évidemment remporté le Prix John-Henry Wright, mais une seule fois, ce qui permet à leurs entraîneurs respectifs, Éric Leray et Philippe Cottin, de figurer au palmarès. Malberaux avait ensuite enlevé le Grand Cross pour la deuxième fois.

 

Du plus vieux au plus jeune. Le concurrent le plus âgé, Yanky Sundown (Until Sundown), vient de prendre 11ans. Monsieur Levicomte (Take Risks) reste le plus vieux vainqueur de cette épreuve ; il avait 13ans en 2008, lors de son deuxième succès suivi d’une victoire dans le Grand Cross. Au cours des vingt dernières éditions, Line Lawyer (Sky Lawyer) a été la plus jeune lauréate ; elle était âgée de 6ans en 1997, lors de sa première victoire suivie d’un succès dans le Grand Cross.

 

Aucune femelle. Le sexe dit faible ne sera représenté ni dans le Prix Albert de Taillac ni dans le Prix John-Henry Wright. Le palmarès de la course de haies compte cinq lauréates (Sirène d’Ainay, Tarabel, Lirfox, Falcane et Quota) et le cross, sept lors des vingt dernières éditions.