Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

L’ORMARINS QUEEN’S PLATE - L’Afrique du Sud organise son Royal Ascot local

Courses - International / 06.01.2017

L’ORMARINS QUEEN’S PLATE - L’Afrique du Sud organise son Royal Ascot local

KENILWORTH (ZA), SAMEDI

 

L’ORMARINS QUEEN’S PLATE

L’Afrique du Sud organise son Royal Ascot local

 

 

Ce week-end, l’hippodrome de Kenilworth accueille l’une des plus belles réunions de l’année. Le Queen’s Plate n’est pas seulement la meilleure course sur le mile d’Afrique du Sud. Depuis 156 ans, au Cap, c’est aussi un vrai événement mondain. C’est un peu la réponse locale à Royal Ascot, hormis le fait que le meeting ne compte que deux réunions (contre une jusqu’à l’an dernier). Le dress code y est tout à fait différent. Oubliez les morning dress, élégantes mais un peu tristes. Le public de Kenilworth est vêtu en blanc et bleu, sous le soleil de juillet (eh oui, là-bas il fait actuellement 25 degrés avec une légère brise), prêt à regarder et à se faire regarder. Bref, une vraie fête qui ne termine qu’à 23 heures, c’est-à-dire cinq heures et demie après le départ de la dernière course. Pour y participer comme il faut, avec une table au restaurant, il faut compter 5.000 rands, c’est-à-dire 350 €, une petite fortune si on considère que la monnaie sud-africaine a perdu ces dernières années 40 % de sa valeur.

L’allocation convertie en euros paraît assez modeste (105.000), mais le Queen’s Plate, avec ses 1,5 million de rands, offre au public l’équivalent local du match Arrogate - California Chrome prévu dans la Pegasus World Cup (avec à la clé douze millions et demi de dollars).

Le tenant du titre et cheval de l’année Legal Eagle (Greys Inn) sera opposé à Marinaresco (Silvano), le prétendant, qui a beaucoup progressé à la fin de la saison 2015/2016. Les deux se sont déjà rencontrés il y a cinq semaines dans les Green Point Stakes (Gr2), la course de préparation. Ce jour-là, on a assisté à une version africaine du Prix de Belgique : les deux favoris semblaient plus intéressés par le fait de ne pas abattre toutes leurs cartes que par celui de gagner. Legal Eagle a franchement pris l’avantage à deux cents mètres du poteau, alors que Marinaresco a attendu un peu trop avant de finir très fort, deuxième, battu d’une demi-longueur. Le débat est ouvert et les deux se partagent les faveurs des pronostiqueurs locaux.

Markus Jooste, propriétaire de Legal Eagle, a aussi une deuxième carte à jouer. Il s’agit de The Conglomerate (Lohnro), le gagnant du Durban July (Gr1). Le parcours est un peu court pour lui, mais si jamais le train est soutenu, il peut surprendre. Le gagnant du Queen’s Plate aura droit aussi à l’engagement gratuit pour le Breeders’ Cup Mile, avec remboursement des frais de déplacement.