Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Prix d’Amérique : du grand sport bien mal payé

Courses / 30.01.2017

Prix d’Amérique : du grand sport bien mal payé

Par Anne-Louise Echevin

Dimanche, Vincennes accueillait le Prix d’Amérique Opodo, 13e étape des EpiqE Series au trot. La course a été remportée par Bold Eagle (Ready Cash), le tenant du titre. Beaucoup de communication a été mise en place autour de ce champion, par son entourage mais aussi par LeTrot. L’heure est au bilan.

Une réussite sur le plan sportif. Selon les chiffres publiés par nos confrères de Paris Turf, ce Prix d’Amérique Opodo a attiré 37.024 personnes. C’est donc plus qu’en 2016, année du premier sacre de Bold Eagle, où 35.648 personnes avaient fait le déplacement. La fréquentation était en hausse de 3,8 % par rapport à l’an dernier.

Le chiffre est bon, sans être phénoménal, mais on peut arguer que cette année, le Prix d’Amérique faisait face à quelques grands événements sportifs ce dimanche, de la finale homme de l’Australian Open (Federer contre Nadal) à la finale du mondial de handball programmée vers 17 heures, disputée en France et remportée par nos Experts face à la Norvège. Malgré une concurrence de taille, la plus grande course de trot du monde a réussi à tenir sa place.

Le Prix d’Amérique fait partie des EpiqE Series et a donc bénéficié de l’ensemble de la communication mise en place autour de ce circuit. Comme chaque année, LeTrot n’a pas lésiné sur la publicité, au niveau des grands axes parisiens par exemple, dont les Champs-Élysées. Ceux qui étaient présents ce dimanche à Vincennes auront certainement apprécié l’ambiance "stade", un peu comme un PSG-Monaco avant l’heure, où les supporters de Bold Eagle ont donné de la voix, ainsi que ceux de Timoko (Imoko) ou encore ceux de Belina Josselyn (Love You)… Comme chaque année, les Scandinaves avaient aussi fait le déplacement, d’autant plus qu’ils pouvaient compter notamment sur les quatre pensionnaires du Suédois Daniel Redén, dont le norvégien Lionel (Look de Star), troisième… Sur la piste, le spectacle a été là et cette édition 2017 du Prix d’Amérique restera dans les mémoires comme une belle édition, avec un nouveau record à la clé. Le trotteur français n’a pas fini de nous étonner.

Les EpiqE Series au trot : de la logique sur le plan sportif. Sportivement, le concept des EpiqE Series s’adapte bien au trot, par rapport au galop. La route vers le Prix d’Amérique est beaucoup plus linéaire que celle vers le Prix de l’Arc de Triomphe. Elle est centrée autour d’un meeting et les quelques chevaux étrangers qui courent l’Amérique sont souvent au départ des préparatoires de Vincennes. Le constat est simple : les dix-huit concurrents déclarés partants dans le Prix d’Amérique ont tous pris part à au moins une course EpiqE Series dans l’hiver : les quatre "B" (Grs2) et le Critérium Continental (Gr1).

Dès lors, le classement provisoire des EpiqE Series trot – il reste encore le Prix de France (Gr1) – est logique. Chez les drivers, c’est Franck Nivard qui est en tête, et il a remporté le Prix d’Amérique. À la deuxième place, on retrouve Matthieu Abrivard, troisième dimanche, et Jean-Michel Bazire – deuxième du Prix d’Amérique – est troisième.

Chez les chevaux, c’est Bold Eagle, gagnant du Prix d’Amérique, qui est en tête, devant Lionel, troisième dimanche, et Belina Josselyn, deuxième du Prix d’Amérique. Quant au classement propriétaire, là aussi pas de surprise : l’écurie Pierre Pilarski (Bold Eagle) est en tête devant la Stall Zet (Propulsion, quatrième dimanche, Call me Keeper, sixième dimanche et Wild Honey, disqualifiée). Chez les entraîneurs, Sébastien Guarato (Bold Eagle) est premier, devant Daniel Redén (entraîneur de Lionel et des chevaux de la Stall Zet).

Tout ceci est donc d’une logique implacable car tous les chevaux et professionnels cités ont remporté au moins une course EpiqE Series et/ou pris une des trois premières places de l’une de ses épreuves. Le public, ici, peut s’y retrouver. Au galop, ce n’est pas le cas, d’où la nécessité de revoir le fonctionnement des EpiqE Series pour notre discipline.

Enjeux : - 9,9 %. Là où le bât blesse, c’est au niveau des enjeux. Par rapport à 2016, la baisse est significative sur la seule course du Prix d’Amérique : - 9,9 %. Toujours selon Paris Turf, et sur l’ensemble de la réunion, les mises prises sur le champ de course ont augmenté de 6 %. À l’extérieur de l’enceinte de Vincennes, cela n’a pas suivi. Voici les chiffres :

PRIX D’AMÉRIQUE 2016

                            Réseau en dur               Internet                       Cumulés

Simple gagnant    1.846.588 €                   193.975 €                   2.040.563 €

Simple placé        1.648.301 €                   251.745 €                   1.900.046 €

Couplé gagnant   437.329 €                      48.389 €                     485.718 €

Couplé placé        957.260 €                      76.418 €                     1.033.678 €

Couplé ordre       100.911 €                      16.491 €                     117.402 €

Trio                      114.271 €                      13.433 €                     127.704 €

2 sur 4                  993.329 €                      93.023 €                     1.086.352 €

Multi                    1.595.187 €                   112.255 €                   1.707.442 €

Tiercé                   1.290.260 €                   107.820 €                   1.398.080 €

Quinté                 11.070.160 €                 833.655 €                   11.903.815 €

TOTAL               20.053.596 €                 1.747.204 €                21.800.800 €

Les chiffres du Quarté ne sont pas disponibles

PRIX D’AMÉRIQUE 2017

                            Réseau en dur               Internet                       Cumulés (évol.)

Simple gagnant    1.557.860 €                   145.962 €                   1.703.822 € (- 16,5 %)

Simple placé        1.607.440 €                   211.297 €                   1.818.737 € (- 4,27 %)

Couplé gagnant   422.317 €                      39.706 €                     462.023 € (- 4,8 %)

Couplé placé        1.000.407 €                   75.075 €                     1.075.482 € (+ 4 %)

Couplé ordre       109.499 €                      16.072 €                     125.571 € (+ 6,9 %)

Trio                      113.190 €                      12.429 €                     125.619 € (- 1,6 %)

2 sur 4                  994.858 €                      92.332 €                     1.087.190 € (+ 0,07 %)

Multi                    1.265.156 €                   90.389 €                     1.355.545 € (- 20 %)

Tiercé                   1.213.885  €                  107.681 €                   1.321.566 € (- 0,5 %)

Quinté                 9.931.524 €                   634.063 €                   10.565.587 € (- 11,2 %)

TOTAL               18.216.136  €                1.425.006 €                19.641.142 € (- 9,9 %)

Les chiffres du Quarté ne sont pas disponibles

En cumulant les paris en dur et en ligne, le Prix d’Amérique passe sous la barre des 20.000.000 d’euros de mises en 2017. Il faut aussi noter que les enjeux internet sont tous en baisse par rapport à 2016. La séparation des masses continue en partie de faire des dégâts… La Finale de l’Euro de Football, en 2016, avait généré, tout opérateur confondu, un total de 29.600.000 €. Le Prix d’Amérique, course la plus populaire en France, est donc à environ 10 millions d’euros de moins que le football (sans les chiffres du Quarté) !

Les données les plus inquiétantes sont les claques prises par le simple gagnant (- 16,5 %) et le Quinté (- 11,2 %). Concernant le simple gagnant, il faut préciser que Bold Eagle avait un rapport probable simple gagnant de 1,6 en 2017 et de 1,8 l’an passé… Ce n’est pas une histoire de cote et de faibles gains qui auraient pu décourager les parieurs.

Les EpiqE Series communiquent sur les chevaux et les acteurs des courses, ce qui est positif. Mais elles oublient le pari et, sans pari, il n’y a plus de courses. Il est impératif dans le futur de prendre en compte cet aspect, d’encourager les gens à jouer, de faire la promotion de notre sport et de nos jeux et pas seulement via une super tirelire qui ne relève que du hasard. Les enjeux sur le Prix d’Amérique ont baissé de 10 % entre 2016 et 2017. Si rien n’est fait et si cela continue à ce rythme, le Prix d’Amérique cumulera moins de 10 millions d’euros d’enjeux dans… sept ans.