Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

EN RÉGIONS - Cagnes, beaucoup plus qu’un simple hippodrome

Courses / 25.01.2017

EN RÉGIONS - Cagnes, beaucoup plus qu’un simple hippodrome

 

Chaque semaine, Jour de Galop vous propose une immersion en régions, au plus près des acteurs qui œuvrent dans les sociétés de courses. Cette semaine, c’est à Cagnes-sur-Mer que nous avons posé nos valises. Un hippodrome, mais pas uniquement !

En hiver, l’actualité du galop se déroule à Cagnes-sur-Mer. Deux meetings y sont organisés, sur une durée totale de quatre mois. En été, pendant deux mois, les trotteurs sont quasiment les seuls à évoluer sur la piste : seules deux courses de pur-sang arabes sont programmées à cette période. Au total, 82 réunions, dont 19 avec Quintés+, se disputent chaque année sur ce site de 60ha, à deux pas de la Méditerranée.

Cagnes, c’est d’abord un hippodrome, mais ce terme serait trop réducteur pour le site. Le champ de courses en lui-même dispose de deux pistes pour l’obstacle (une de haies, une de steeple), deux pistes pour le plat (gazon et Polytrack), ainsi qu’une piste de trot (détenant le record européen sur le mile dans la réduction de 1'08''09).

Des installations spécifiques à l’entraînement. Neuf cents boxes permettent d’accueillir les chevaux en meeting, mais aussi quelques résidents à l’année, une centaine de trotteurs et quelques galopeurs. Pour l’entraînement, le site dispose de neuf pistes quotidiennement entretenues par les 28 salariés de la Société des courses de la Côte d’Azur (personnel administratif compris), placés sous la direction de Thomas Roucayrol et Gwen Aël Nau. Ce dernier, plus spécifiquement en charge de l’entretien des pistes, avait un défi à relever : celui d’éradiquer le chiendent qui gâchait chaque hiver la couleur du gazon. Ses images d’un Cagnes jauni sont désormais de l’histoire ancienne.

Cent cinquante logements sont à la disposition du personnel des écuries, qui bénéficient aussi d’un service de restauration à la célèbre cantine de l’hippodrome.

L’une des particularités de Cagnes réside aussi dans sa clinique vétérinaire, installée à quelques mètres des pistes, équipée notamment d’un centre d'imagerie. Cela permet d’avoir 24h/24 et sept jours sur sept la présence d’un interne vétérinaire diplômé. Récemment, une jument trotteur a d’ailleurs fait l’actualité en participant au Prix de Cornulier. Cette jument, Ulka des Champs, s’était gravement blessée sur l’hippodrome de Cagnes et avait été soignée sur place.

Cagnes est aussi doté d’une régie vidéo assurant l'autonomie complète de l'hippodrome pour la production des images de courses.

Se diversifier et s’ouvrir au public. Depuis quelques années, le site s’est doté de trois carrières dédiées au concours hippique, dont deux de plus d’un hectare. Deux jumpings internationaux, de niveau trois étoiles, de trois semaines chacun, sont organisés sur le site. Cette diversification de l’activité est une volonté forte de l’équipe dirigeante. François Forcioli-Conti, le président de la Société des courses de la Côte d’Aur, explique : « Notre société n’est pas seulement un organisateur de courses hippiques, mais elle est aussi le gestionnaire d’un site d’exception destiné à être un lieu de vie pour les azuréens, résidents ou touristes. »

Cette volonté de faire connaître les courses au plus large public se traduit par une politique de communication dynamique et par la recherche de sponsors regroupés dans un Club partenaires d’une quarantaine d’entreprises qui, lors de déjeuners ou dîners, invitent leurs propres clients à découvrir le spectacle des courses

De nombreux salons et foires sont organisés sur le site tout au cours de l'année (dont certains très importants, comme le Palais Gourmand, qui accueille sur trois jours 700 exposants et 40.000 visiteurs).