Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

ROUTE DES ÉTALONS 2017 - Les éleveurs tchèques s’intéressent au parc étalon français

Élevage / 25.01.2017

ROUTE DES ÉTALONS 2017 - Les éleveurs tchèques s’intéressent au parc étalon français

 

Le courtier tchèque Tomas Janda est régulièrement présent aux ventes françaises (Janda Bloodstock). Lors de la Route des étalons 2017, il était à l’origine d’un voyage organisé avec plusieurs dizaines d’éleveurs venus des pays de l’Est. Ces derniers sont venus découvrir les haras et étalons normands. Après les propriétaires tchèques, c’est au tour des éleveurs de ce pays de s’intéresser à la filière française.

Jour de Galop. – Pourquoi avez-vous décidé de venir en France pour la Route des étalons ?

Tomas Janda. – Parce que je pense que c’est une superbe idée et une vraie opportunité de voir beaucoup de haras et d’étalons en deux jours. J’étais déjà venu il y a trois ans et ce fut un vrai succès. À chaque fois, j’ai organisé ce voyage pour l’Association tchèque des propriétaires et des éleveurs de pur-sang et nous avons été une trentaine à y participer. Nous avons aussi visité le centre d’entraînement de Chantilly le vendredi. Je dois remercier le F.R.B.C. pour son aide !

Quel est votre sentiment sur les étalons et les haras que vous avez découverts ?

Nous avons visité douze haras cette fois, autant qu’il y a trois ans. Nous sommes allés dans certains haras que nous avions déjà visités, et d’autres où nous n’étions jamais allés. De mon côté, je me rends régulièrement dans des haras français en tant que courtier. Mais pour la majorité des personnes qui m’accompagnaient, c’était une opportunité rare. Ils ont été impressionnés par les haras et les étalons. Je pense que la qualité des reproducteurs français a progressé ces dernières années. Certains haras proposent vraiment des services de première classe.

Projetez-vous de revenir ?

Oui, je pense revenir d’ici quelques années. Cet événement est très populaire en Europe centrale et des personnes de Pologne ou de Slovaquie nous ont accompagnés. On crée de nouveaux contacts, on envoie des juments à la saillie en France… Je pense que cela fonctionne bien pour tout le monde.