Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

SALON DES ÉTALONS DU LION-D’ANGERS - Une affluence record pour la première édition mixte trot-galop

Élevage / 15.01.2017

SALON DES ÉTALONS DU LION-D’ANGERS - Une affluence record pour la première édition mixte trot-galop

 

Ce samedi, l’hippodrome de l’Isle-Briand accueillait son traditionnel Salon des étalons. La manifestation regroupait pour la première fois trotteurs et galopeurs en une seule et même journée. Les organisateurs, l’Asselco, AQPS Ouest et le Syndicat des étalonniers particuliers au trot (Sept) ont la volonté de travailler ensemble et l’union a fait la force, comme en témoigne la réussite de ce salon. Le public a largement répondu présent.

 

4.000 personnes et une majorité de professionnels. Pierric Rouxel, président de l’Asselco, nous a expliqué : « Deux mille seize avait déjà été une belle édition, mais cette année, il y a vraiment eu une grosse affluence. Environ 4.000 personnes sont venues sur le salon. Les parkings étaient remplis comme lors de l’Anjou-Loire Challenge. Il faut savoir que ces 4.000 visiteurs étaient tous des professionnels ou tout du moins des personnes ayant un fort intérêt pour la filière. Les étalonniers sont ravis. Ils ont eu beaucoup de contacts et des contrats ont été signés. Les exposants ont aussi beaucoup travaillé. Nous avons eu de la chance, avec une météo qui a favorisé la venue des professionnels. La communication autour de l’événement a également bien fonctionné. » Michel de Gigou, président des AQPS de l’Ouest, a précisé : « Avec le monde qu’il y avait, l’ambiance était extraordinaire. Je n’ai pas eu un seul retour négatif. Les trotteurs s’imaginent souvent que les galopeurs sont insupportables et vice versa. Finalement, tout le monde s’est réuni et cela a été une réussite. C’est un signe encourageant. Et tout cela a été possible grâce à l’organisation, les bénévoles et la Société des courses du Lion-d’Angers que nous remercions. »

Galopeurs et trotteurs, un mélange qui fonctionne. Contrairement à 2016, les étalons trotteurs et galopeurs étaient présentés lors d’une seule et même journée. « Les deux mondes ont toujours eu un lien fort dans notre région. La manifestation permet de mélanger les professionnels des différentes disciplines et cela a été un réel facteur d’attraction cette année. Nous sommes fiers du travail commun des trotteurs avec l’Asselco et l’Apgo. » L’Ouest s’inscrit dans cette dynamique de marketing commun et Pierric Rouxel nous a dit : « À notre petite échelle, nous réussissons à montrer que travailler ensemble est possible et qu'il s'agit d'une bonne chose pour le futur. »

Des étalons venus de la France entière. Des étalons venus du Centre-Est mais aussi de la région de Limoges sont venus rejoindre ceux du grand Ouest. Pierric Rouxel a expliqué : « Nous craignions que le renouvellement de nos étalons régionaux ne soit pas si grand, qu’il n’y ait pas énormément de jeunes étalons entrant au haras et que l’intérêt pour notre salon s’émousse. Amener de nouveaux étalons, issus d’autres régions, permet de susciter une certaine curiosité. Cela nous a ainsi permis d’attirer plus de monde. Des éleveurs venus de la France entière se sont ainsi rencontrés. Le salon est un véritable carrefour, un lieu de rencontres. Nous ne demandons qu’à grossir et nous nous sommes rendu compte que le fait d’accueillir des étalons extérieurs à la région était un plus. En revanche, nous exigeons que ces derniers n’aient pas encore de produits en course. »

Un salon qui suscite l’intérêt des professionnels étrangers. Pierric Rouxel a expliqué : « Nous sommes ravis car c'est la première fois que nous voyons autant d’étrangers lors du salon et notamment des professionnels britanniques et irlandais. Parmi eux, je peux citer Richard Venn, Seamus Murphy, David Futter... Les entraîneurs avaient également répondu présent, qu’il s’agisse des régionaux ou des autres. Parmi eux figuraient Joël Boisnard, Alain Couétil, Armand Lefeuvre, Guy Cherel, Laurent Viel, Étienne Leenders et ses deux fils. Et en cerise sur le gâteau, Jean-Paul Gallorini, venu revoir ses chevaux de cœur, Nom de d’Là et Cokoriko. Cela fait toujours plaisir de voir autant de monde. » Des représentants de Darley ou encore Al Shaqab, ainsi que des représentants d’importants haras normands, s’étaient également déplacés.

Des axes d’amélioration. Pierric Rouxel : « Il faut saluer l’important travail des bénévoles et celui du président de l’hippodrome, Alain Peltier, qui ont fait plus que jouer le jeu. Les équipes de la Société des courses ont géré la logistique tout au long de la journée, ils se sont appliqués de A à Z et ont travaillé d’arrache-pied. Ils ont été formidables. Il faut que nous réussissions à accueillir plus d’exposants l’an prochain. Par manque de place, nous avons sélectionné nos exposants historiques. Mais nous allons faire mieux en 2018. La première exposition d’art à l’étage du hall a également été très bien perçue, nous allons donc travailler pour plus de confort d’exposition en vue de la prochaine édition du salon. » L’étage du grand hall de l’hippodrome accueillait le Salon des artistes où Mathieu Sordet, Philippe Gueguen et Art et Croquis ont pu faire connaître leurs sculptures et tableaux sur le thème "les plus belles conquêtes de l’homme".

Une manifestation qui compte dans la région. Les élus locaux avaient répondu présent, avec notamment le président du Conseil départemental, le maire du Lion-d’Angers et président de la Communauté de commune, conseiller départemental et le conseiller régional. Pierric Rouxel a précisé : « Les acteurs politiques étaient impressionnés par le salon car ils ne s’attendaient pas à un événement d’une si grande ampleur. Cela prouve que la manifestation peut avoir un certain impact en intéressant toujours plus les personnalités politiques. Le salon s’est ancré comme un véritable événement de l’Ouest. » Les institutions et associations de la filière étaient également largement représentées, avec notamment Joël Bourgeois (président de la Fédération Anjou-Maine Centre Ouest et président du Conseil des équidés des Pays de Loire), Christian Bazire (président de la Société des entraîneurs et drivers-jockeys au trot), Hervé d’Armaillé (président national des AQPS), Audouin Maggiar, (secrétaire général des AQPS), Gérard Nicol (président de l’Apgo), M. Gorioux (délégué du ministère de l’Agriculture au service des courses) et madame Doare (directrice de l’Ifce Pays de Loire).