LE SPORT PAR LE TEMPS - Excès de vitesse à Deauville, entre records et dangers

Autres informations / 09.01.2017

LE SPORT PAR LE TEMPS - Excès de vitesse à Deauville, entre records et dangers

 

Le mini meeting d’hiver s’est déroulé du 28 novembre 2016 au 7 janvier 2017 sur la piste en sable fibrée de Deauville. Les résultats de ce mois et demi de courses nous ont livré un verdict très clair : jamais dans l’histoire des courses françaises, sur une surface synthétique, la vitesse n’a été aussi élevée. Les records établis sur toutes les distances sont tombés un à un. C’est l’un des grands débats de l’hiver.

Par Bruno Barbereau, éditorialiste à Jour de Galop et animateur de Horse Racing Chrono

https://twitter.com/HorseRacingChro

Les passionnés d’athlétisme le savent bien. Pour battre des records, il faut un très bon athlète mais aussi des conditions techniques qui favorisent la vitesse. Dans les courses hippiques, le constat est le même. Plus le cheval est bon, plus il va vite, et une piste rapide, entre autre, lui permet d’accroître nettement sa vitesse.

13 années de pratique sur une surface "tout temps". Les premières courses sur la piste en sable fibrée de Deauville se sont déroulées en décembre 2003. Elles ont permis de maintenir l’activité hippique pendant les mois d’hiver, au moment où les surfaces en gazon fatiguées deviennent impraticables. Après dix années de service intensif, la piste a été totalement refaite début 2014 pour entrer en fonction durant l’été. Toutes ces années passées permettent d’avoir une idée précise sur l’évolution de la vitesse. Pour être le plus précis possible, on retiendra donc toutes les données depuis l’hiver 2014.

Une réduction kilométrique qui s’est améliorée de huit dixièmes de seconde. Toutes catégories et distances confondues, pendant l’hiver 2016, la réduction kilométrique s’est améliorée de 0,79 seconde. Cette amélioration peut paraître insignifiante mais elle nous indique que notre cheval d’hiver 2016 a amélioré sa réduction kilométrique de plus de cinq longueurs par rapport au cheval d’hiver 2014 et 2015.

La vitesse de "croisière" n’est pas la seule qui se soit sensiblement améliorée mais les marques d’accélération aux 600 mètres et aux 400 mètres sont elles aussi en progrès. Les 600 derniers mètres passent de 35,25 secondes à 34,78 secondes. Les 400 derniers mètres sont toujours dans la même tendance avec une amélioration de 0,29 seconde. Pour la première fois de l’histoire, on a des marques au-dessous des 10 secondes dans les derniers deux cents mètres.

Une avalanche de records sur toutes les distances. Les courses hippiques, sur la piste en sable fibrée de Deauville, proposent quatre distances de référence régulièrement pratiquées : 1.300m, 1.500m, 1.900m et 2.500m. La cinquième distance, 3.400m, est très peu utilisée et non significative. Les quatre distances les plus représentatives ont toutes vu leur ancien record battu à plusieurs reprises. Le record des 2.500m de l’hiver précédent a été battu onze fois au cours du mini-meeting. Il s’établit désormais à 2’31’’10, en amélioration de 4,67 secondes, soit un bond de plus de 27 longueurs. Il est désormais détenu par Dagobert Duke (Duke of Marmalade), un cheval de handicap en valeur 36. Les records des 1.900m et des 1.500m ont tous deux été améliorés neuf fois par rapport aux années précédentes, respectivement de 1,94 et 1,44 seconde. Ils sont désormais détenus par deux gagnants de Listed : Mr. Owen (Invincible Spirit) et Qurbaan (Speightstown). Sur 1.300m, la distance de vitesse par excellence, le résultat est identique, son record passe à 1’14’’73, en amélioration de 0,48 seconde.

Il faut noter que même si l’on avait considéré les données d’avant la réfection de la piste (en 2003), tous les records, à savoir 1.300m (1’15’’30), 1.500m (1’26’’10) et1.900m (1’55’’20), auraient aussi été battus.

NomDistanceDateCatégorieRecord
Mr. Owen1.90030/11/2016L.R1'52''97
Qurbaan1.50017/12/2016L.R1'25''12
Cersei1 30014/12/2016Cond. D1'14''73
Dagobert Duke2.50029/11/2016Hand. E2'31''61

François Rohaut établit trois nouveaux records. François Rohaut, en partie grâce à la qualité de ses chevaux, de son entraînement et des circonstances de course, réalise l’exploit d’établir trois nouveaux records sur la piste de Deauville. Suite à sa brillante victoire dans le Prix Lyphard (L) sur 1.900m, Mr. Owen détient le nouveau record de la piste en 1’52’’97, soit une vitesse moyenne de 60,55 km/h. Il réalise  l’exploit rare de franchir les 600 derniers mètres sous les 33 secondes, soit une vitesse de plus de 65,80 km/h. Il effectue à cette occasion la meilleure valeur de sa carrière. Sur les 1.500m du Prix Luthier (L), Qurbaan boucle la distance en 1’25’’12, soit une vitesse moyenne de 63,44 km/h. Même si la distance de 1.500m est peu répandue dans les courses, il est fort possible que Qurbann soit désormais détenteur d’un record mondial sur la distance. Le troisième record de l’entraîneur palois est l’apanage de Cersei (Invincible Spirit), gagnante d’une course à condition sur les 1.300m  en 1’14’’73. Ces performances sont l’illustration parfaite que pour battre un record, il faut de bonnes conditions techniques mais aussi un bon cheval.

 

Quid de la sécurité des chevaux ? L’amélioration importante des temps bruts sur la piste en sable fibrée de la piste de Deauville cet hiver est incontestablement due à la vitesse de la piste. On sait que sur une surface ferme, à une vitesse élevée, l’organisme est nettement plus sollicité. On a pu assister à plusieurs accidents dramatiques dont il est impossible à l’heure actuelle d’identifier la cause. La seule solution pour affirmer si ces conditions de course sont plus dangereuses pour les chevaux serait d’avoir à notre disposition des données enregistrées par les services vétérinaires. Celles-ci permettraient d’avoir une tendance concernant l’évolution ou la régression des accidents au fil du temps.