Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

STEWARD’S CUP (GR1) - Mascaras, 342 habitants et un gagnant de Gr1

International / 30.01.2017

STEWARD’S CUP (GR1) - Mascaras, 342 habitants et un gagnant de Gr1

SHA TIN (HK), LUNDI)

Par Franco Raimondi

Il est né à Mascaras, petit village des Hautes-Pyrénées, et fait désormais carrière à Hongkong, après des étapes à Madrid et en France. Le "FR" Sir Andrew, fils du quasi-inconnu Polan, va pouvoir encore remplir la page Visas de son passeport : en remportant ce lundi la Steward’s Cup, son premier Gr1, il s’est offert un voyage pour Dubaï.

Il fallait un petit peu d’imagination pour jouer le jumelé avec l’autre français du lot, Baghadur (Zanzibari), et empocher un joli 32/1. Les deux ont changé de nom. Sir Andrew est devenu Helene Paragon et Baghadur Joyful Trinity, mais les deux figurent au top de la division des milers de Hongkong, une league toujours très compétitive. Les jours de gloire d’Able Friend (Shamardal) sont certainement derrière lui mais il reste un miler de haut niveau. Il termine troisième, alors que le lauréat du Hong Kong Mile (Gr1) Beauty Only (Holy Roman Emperor) est cinquième.

Moitié toro, moitié bulldog. Sir Andrew a un autre nom, plus officieux que Helene Paragon. À l’écurie, il est surnommé El Toro. John Moore, l’entraîneur des trois premiers de la Stewards’ Cup, a expliqué : « Son jockey, Tom Berry, l’appelle The Bulldog mais il vient d’Espagne, il a encore des supporters là-bas et donc je préfère El Toro ! Il a dû forcer un peu le passage et l’a fait comme un bulldog, avant de charger pour la victoire. Il fut malheureux dans le Hong Kong Mile et a remis les pendules à l’heure. »

Direction Meydan. Le prochain objectif d’"El Toro de Mascaras" est le Dubai Turf (Gr1), le 25 mars à Meydan. John Moore a déjà fixé le programme : « Le même jour, il y a une grande réunion en Australie et je pense que son jockey, Tom Berry, ne sera pas disponible. J’ai quand même un bon remplaçant en la personne de Joao Moreira. Helene Paragon sera au départ de la Queen’s Jubilee Silver Cup, sur 1.400m, à la fin de février, pour préparer son déplacement. »

Helene Paragon – il faut bien s’habituer à son nouveau nom – a un palmarès de 5 victoires et trois deuxièmes places en 14 sorties à Hongkong. Parti d’Europe avec 100.700 € de gains, il est devenu riche dans son nouveau pays où il a gagné l’équivalent de 2.213.860 €.

En hommage à Andres Jordan Torres. Sir Andrew a été conçu, il est né, a été élevé et débourré au haras des Fontaines, à Mascaras, petit village de 342 habitants à quelques kilomètres de Tarbes. C’est là que Thierry Abadie continue la tradition du haras des Fontaines. Il représente la troisième génération d’éleveurs installés sur le site : « Nous avons élevé celui qu’il faut maintenant appeler Helene Paragon pour le compte de monsieur  Andres Jordan Torres, qui nous a quittés prématurément. Le cheval a été nommé en sa mémoire. Il fut envoyé à l’entraînement à Madrid. Il avait gagné en débutant un super maiden le jour de la Copa de Oro, à San Sebastian. Ensuite, il a couru en France. Ses propriétaires avaient reçu une belle offre après sa cinquième place dans la Poule d’Essai des Poulains. Ils l’ont refusée, mais après la troisième place dans le Prix Jean Prat (Gr1), suite à une offre encore plus importante, le cheval est parti pour Hongkong. Après la disparition d’Andres Jordan Torres, ses chevaux et ses poulinières ont été repris par son oncle, le marquis de Villatoya, et toute la famille. La mère de Sir Andrew, High Zaff, est actuellement pleine de Pour Moi. »

Un passage en Italie et… arrivederci ! High Zaff (High Chaparral), élevée par la famille Guglielmi di Vulci en Italie, a fait carrière dans la Péninsule, où elle a gagné deux courses pour la casaque Quadrante Rosso. Lamberto Biffi, l’un des associés de l’écurie, se souvient : « On l’avait achetée à la vente SGA pour 36.000 €. Elle était petite et un peu limitée, mais avec de bonnes origines. High Zaff avait gagné deux courses pour nous mais il était difficile de rêver avec elle. Quand elle a eu 3ans, une jeune Italienne, Michela Augelli, voulait s’installer en Espagne comme entraîneur et cherchait des chevaux à un petit prix. On l’a vendue et arrivederci ! L’histoire est très amusante et je n’ai pas de regrets. »

Polan, l’étalon inconnu. Sir Andrew est le deuxième produit de High Zaff et il est fils de Polan (Golan), un étalon presque inconnu. Gagnant du Grand Prix Interrégional des 3ans et deuxième du Duque de Toledo, l’une des courses les plus convoitées d'Espagne, sous les couleurs du marquis de Villatoya, Polan avait assez de pedigree pour mériter une chance comme étalon. Sa deuxième mère, Anasazi (Sadler’s Wells), est une demi-sœur du crack Dancing Brave et de la gagnante du Prix Vermeille Jolypha (les deux sont par Lyphard). Thierry Abadie explique : « Polan a fonctionné chez nous pendant une saison et a eu deux produits : Sir Andrew et une femelle, Polcheka, qui est aussi gagnante. Je crois qu’il est le seul étalon avec 100 % de réussite ! Il est ensuite reparti en Espagne où il est mort sans laisser d’autres produits. »

Les souvenirs de Shekira. Le haras des Fontaines a fêté son troisième gagnant de Gr1 ce lundi, dix ans après le dernier en date, celui de Shekira (Medaaly) sur les haies d’Auteuil. Ladykish (Comte du Bourg) avait ouvert le compteur sur le steeple d’Auteuil en 2003. Thierry Abadie se souvient : « Je pense qu’en France, peu de haras ont élevé un gagnant de Gr1 en plat et en obstacle. En 2007, Shekira (Medaaly), que nous avons élevée pour Thierry Seguinotte, avait gagné le Prix Renaud du Vivier (Gr1) à Auteuil. C’était une vraie championne et elle avait remporté ses huit premières sorties. » 

Plat et obstacle, le haras des Fontaines continue à suivre cette vocation mixte. « Nous travaillons dans les deux spécialités. Actuellement, nous avons une vingtaine de poulinières, soit une production de 15 foals par an. Un quart d’entre elles sont des juments maison, les autres appartiennent à nos clients. Cat Junior (Storm Cat) est notre étalon. »