Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

TRIBUNE LIBRE - Galileo vs Dubawi (suite)

Élevage / 05.01.2017

TRIBUNE LIBRE - Galileo vs Dubawi (suite)

TRIBUNE LIBRE

Galileo vs Dubawi (suite)

Par Hubert de Rochambeau

Dans l’article "Galileo vs Dubawi : qui est le meilleur ?", publié lors de l’édition du mercredi 4 janvier, Franco Raimondi essayait de résoudre cette question épineuse que lui avait posé un ami de Floride. Ce soir, c’est au tour d’Hubert de Rochambeau de se pencher sur le sujet.

 

« Pour répondre à cette question essentielle, il faut en effet bien regarder les statistiques. Mais pourquoi choisir le pourcentage de gagnants de Groupe ? Cette statistique a l’avantage d’être facile à calculer et aisée à comprendre. Elle a le gros inconvénient de n’utiliser qu’une petite partie de l’information disponible. Une rapide consultation du site Global Stallions fournit le tableau suivant.

 

 Nb produitsNb StartersBTWAWDAEICI
Galileo1.9221.3472069,763,042,36
Dubawi9726811048,102,621,90
Deep Impact1.036632918,493,782,68

 

Nb produits    Nb Starters     BTW   AWD  AEI     CI

Galileo 1.922   1.347   206      9,76     3,04     2,36

Dubawi           972      681      104      8,10     2,62     1,90

Deep Impact   1.036   632      91        8,49     3,78     2,68

 

Nb Foals : nombre de produits en âge de courir

Nb Starters : nombre de partants

BTW : nombre de gagnants de courses principales

AWD : distance moyenne des victoires des produits en furlongs

AEI : coefficient de réussite des produits de l’étalon

CI : coefficient de réussite des produits des mères avec d’autres étalons

Quelle analyse faire de ces chiffres ? Le pourcentage de gagnants de courses principales est le même dans la production des deux étalons, qu’il soit calculé par rapport au nombre de produits ou par rapport au nombre de partants. La distance moyenne des produits de Galileo est plus élevée que celle des produits de Dubawi. L’écart est de plus de 300m, ce qui est énorme.

L’examen des coefficients de réussite est riche d’enseignement. Tout d’abord on remarque que les deux AEI (coefficient de réussite des produits de l’étalon) sont supérieurs aux deux CI (coefficient de réussite des produits des mères avec d’autres étalons), ce qui indique que nos deux champions ont mieux produit que les autres étalons auxquels les mères de leurs produits avaient été croisées. Une analyse rapide des résultats d’autres bons étalons montre que cette différence entre AEI et CI est souvent proche de 0.

Quel impact pour les mères ? La comparaison des AEI nous enseigne que les produits de Galileo sont nettement supérieurs à ceux de Dubawi. Cette observation est d’autant plus significative que Galileo a deux fois plus de produits que Dubawi. Pour des raisons statistiques assez simples, l’AEI baisse quand le nombre de produits augmente. L’analyse se complique ensuite puisque Galileo a un CI supérieur à celui de Dubawi. Cela indique que les juments auxquelles il a été accouplé étaient de meilleures qualité.

Dans la supériorité des produits de Galileo sur ceux de Dubawi, quelle est la part due aux étalons et quelle est la part due aux juments ? Les données en notre possession ne permettent pas de répondre. Les généticiens possèdent des méthodes pour cela, mais elles ne sont pas utilisées chez le pur-sang. Il est donc impossible de répondre à notre ami de Floride…

Les limites des chiffres. Pour prendre un autre exemple, nous avons ajouté Deep Impact au tableau. L’étalon japonais a un AEI encore meilleur que celui de Galileo. Peut-on en conclure qu’il lui est supérieur. Je ne le pense pas car ces deux coefficients ne sont pas comparables. Un AEI permet de situer un étalon pas rapport aux autres étalons produisant en même temps que lui. Les populations européennes et japonaises sont très peu connectées et cette comparaison n’a pas de sens.

Les statistiques peuvent éclairer les choix des éleveurs, mais il faut connaître leurs limites. Il faut notamment rappeler que ces outils assez frustes n’expliquent qu’un faible pourcentage de la variabilité. Il y a encore beaucoup de place pour l’intuition des éleveurs. »