Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LES TROTTEURS AU GALOP - Joël Hallais, légende du trot, amoureux de l’obstacle

Courses - Élevage / 28.01.2017

LES TROTTEURS AU GALOP - Joël Hallais, légende du trot, amoureux de l’obstacle

LES TROTTEURS AU GALOP

 

Joël Hallais, légende du trot, amoureux de l’obstacle

Il est l’homme des "Rib" et du haras du Ribardon... La casaque vert et rouge de Joël Hallais brille aussi bien sur les hippodromes de trot que sur les obstacles. Cette grande figure des courses de trot a accepté de revenir avec nous sur son aventure au galop.

 

L’obstacle, une passion. Difficile de résumer le palmarès de Joël Hallais au trot. Nous dirons donc que, avec huit victoires, il est le recordman du Prix de Cornulier (Gr1), qu’il a géré les carrières de champions comme Kaiser Trot (Canino), Sancho Pança (Chambon P), Nikita du Rib (Hulk des Champs), Memphis du Rib (Elvis de Rossignol) ou encore One du Rib (First de Retz), pour ne citer qu’eux. Avant le trot, Joël Hallais avait fait connaissance avec les chevaux dans l’obstacle, mais pas avec nos hippodromes. Cela lui a donc toujours trotté dans la tête. Il nous a dit : « J’ai essentiellement des chevaux d’obstacle, tout simplement parce que j’aime cela. J’ai commencé dans le milieu des chevaux en travaillant dans des écuries de C.S.O. J’ai toujours gardé un œil sur les courses de galop et, un jour, j’ai eu l’opportunité de me lancer avec un ami. Jean Muller avait quelques bons trotteurs chez moi et, un jour, il a voulu en acheter un nouveau. Je lui ai dit que je souhaitais plutôt prendre un cheval d’obstacle avec lui. »

Une rencontre et des premiers pas entraînant d’autres rencontres et créant d’autres passerelles : « C’est ainsi que j’ai ensuite rencontré Guillaume Macaire. Nous avons fait des échanges de bons procédés : je lui ai mis des sauteurs et il m’a mis des trotteurs ! Au trot, avec Guillaume, nous avons notamment eu Or de Jade (Sancho Pança) [gagnant du Prix Georges Dreux (Gr3), ndlr] et Un Gars du Large (Memphis du Rib), qui avait des moyens mais s’est accidenté. »

 

Discussions entre trotteurs et sauteurs. Le trot et l’obstacle sont des mondes différents, mais ayant des points communs. Joël Hallais a-t-il appris de nouvelles méthodes en discutant avec Guillaume Macaire, et vice versa ? « En discutant avec Guillaume, oui, bien sûr, surtout que c’est quelqu’un de très ouvert. Je n’ai pas d’exemples précis qui me reviennent en tête, mais nous apprenons l’un de l’autre. J’apprends aussi en discutant avec Patrice Quinton, chez lequel j’ai aussi des chevaux. Je crois que l’obstacle est vraiment la discipline la plus dure. Elle se rapproche par certains côtés de ce que nous faisons au trot, dans la préparation et la formation, mais l’obstacle ne pardonne pas au niveau "casse". Il y a un apprentissage au trot comme en obstacle, plus certainement qu’en plat. Nous apprenons aux chevaux à trotter : c’est une allure intermédiaire, ce n’est pas naturel pour eux. Il est plus naturel pour un cheval de sauter, mais pas autant d’obstacles et sur de telles distances. Les deux disciplines se rapprochent. »

 

Le bien nommé Le Ribardon… mais pas par lui ! L’un des représentants les plus connus de Joël Hallais est le bon Le Ribardon (Freedom Cry), un cheval qui a eu une belle longévité et portant le nom du haras des "Rib". C’est aussi un cheval qu’il a élevé en association avec Jean Muller. « J’ai élevé très peu de galopeurs, je préfère les acheter. J’ai une poulinière. L’obstacle, c’est vraiment quelque chose que je fais pour mon plaisir. Avec Jean, au tout début, nous avons eu Shabby Bleue (Épervier Bleu). Cela ne s’est pas très bien passé en course. Nous l’avons donc fait saillir et elle nous a donné Le Ribardon comme premier produit. Ce n’est pas moi qui ai nommé ainsi le cheval, mais Jean Muller, pour me faire plaisir ! Dans les bons premiers chevaux que j’ai eus, il y a aussi eu Rib Pile (Garde Royale). Actuellement, j’ai notamment Calva du Rib (Kapgarde), un bon cheval issu d’une sœur de Le Ribardon. Je l’ai nommé ainsi en hommage à Jean, car il avait chez lui de très bons calvas ! J’ai très peu de chevaux de galop actuellement. Deux en entier – Calva et Disco du Rib (Kapgarde) – et aussi Mount Kailas (Kapgarde), en association avec Guillaume Macaire et Christophe German. »

 

Le plaisir de se rendre sur les hippodromes. Joël Hallais n’hésite pas à se rendre sur les hippodromes de galop pour voir ses chevaux. « Quand j’ai des chevaux qui courent, cela me fait toujours plaisir d’y aller. Auteuil, bien sûr, mais j’adore aussi Craon, pour le cross notamment. C’est magnifique. Les cross sont les courses les plus difficiles. J’ai un bon petit cheval de cross, Buffalo Pile (Fragrant Mix). J’espère le revoir sur ces obstacles bientôt… »