Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LES TROTTEURS AU GALOP - Sylvain Roger, les "Larré" de Vincennes et d’Auteuil

Courses / 26.01.2017

LES TROTTEURS AU GALOP - Sylvain Roger, les "Larré" de Vincennes et d’Auteuil

 

Dimanche aura lieu à Vincennes le Prix d’Amérique Opodo. Un rendez-vous majeur, que ne louperaient pour rien au monde de nombreux professionnels du galop. Les frontières entre les deux univers sont loin d’être infranchissables et nous avons donné la parole à plusieurs acteurs du trot, qui s’investissent aussi dans le galop. Voici le premier épisode de cette série.

Nous l’avions vu tout sourire à Auteuil, le 25 octobre dernier, lorsque son représentant et élève Cobra de Larré (Discover d’Auteuil) s’est imposé dans le Prix Robert Bates. Sylvain Roger a commencé son aventure au galop sur les obstacles, en 2009 avec Camivilla (Villez), la mère de Cobra de Larré.

Camivilla, l’origine. Au trot, Sylvain Roger a toutes les casquettes : propriétaire, éleveur, entraîneur, driver. Il s’est imposé au niveau Groupe à Vincennes, comme entraîneur, avec Cliff du Pommereux (Love You), Delia du Pommereux (Niky) ou encore Amazone du Dollar (Ni Ho Ped d’Ombrée), et en tant qu’éleveur avec Uranus de Larré (Jasmin de Flore).

En 2009, Sylvain Roger achète aux ventes son premier galopeur, une jument nommée Camivilla. Il nous a expliqué : « J’avais un collègue qui s’installait en tant qu’entraîneur. J’ai donc voulu l’aider et lui donner un coup de pouce [Laurent Delahaye, installé comme lui à Larré, ndlr]. J’avais repéré Camivilla, une jument avec de belles origines et gagnante en obstacle pour l’entraînement d’Arnaud Chaillé-Chaillé. Nous l’avons eue aux ventes Arqana pour 13.000 €. En course, elle n’a pas été très heureuse et a ensuite été victime d’une tendinite. Nous l’avons donc arrêtée de bonne heure… »

Éleveur et propriétaire. Camivilla à la retraite, Sylvain Roger finit par la garder pour faire d’elle une poulinière, travaillant dans un premier temps avec la famille Lassaussaye pour les croisements. « Au départ, je ne pensais pas vraiment me lancer dans l’élevage de pur-sang. Je ne pensais pas garder Camivilla et j’ai essayé de la vendre, sans succès. De ce fait, je l’ai gardée. La première fois, Camivilla a été envoyée à Antarctique. Elle a donné un mâle qui a eu la piroplasmose et ne s’en est jamais remis… Ensuite, c’est Cobra de Larré (Discover d’Auteuil) qui est né, puis Delta de Larré (Sleeping Car), et Élégant de Larré (Chichi Crazy). »

Pour l’entraînement, Sylvain Roger se tourne vers un acteur connu du monde du trot et du galop : Louis Baudron. « J’ai proposé à Louis d’entraîner Cobra de Larré. Il s’est rendu compte que le cheval avait de bonnes dispositions pour l’obstacle et m’a conseillé d’envoyer la jument à un étalon confirmé dans la discipline comme Martaline. Elle a un yearling par l’étalon nommé Goldorak de Larré. La jument est pleine de Ballingarry. Je suis copain avec Louis ! On se connaît depuis longtemps. À la maison, je ne suis pas du tout équipé pour entraîner des galopeurs, tandis qu’il a de très belles installations. »

À l’automne, à Auteuil, Cobra de Larré s’est révélé, remportant un handicap sur le steeple, puis se classant deuxième d’une épreuve similaire avant de finir sa saison par une deuxième place dans le Prix Morgex (Gr3). « Je ne gère pas du tout le programme des chevaux. Dès que je le peux, je me rends aux courses pour les voir car je ne suis pas toujours disponible. C’était le cas lorsque Cobra de Larré a gagné à Auteuil : j’ai fait un crochet avant d’aller aux courses le soir à Vincennes. J’étais vraiment très heureux, même s’il faut aussi un peu de chance ! »

Pour l’instant, Sylvain Roger n’envisage pas d’investir d’avantage dans le milieu du galop, poursuivant son aventure avec les produits de Camivilla. « J’ai une poulinière au galop, c’est mon plaisir, tout comme d’avoir des chevaux entraînés par mon ami Louis. Je ne pense pas vraiment à faire plus d’élevage. Mais qui sait… Camivilla n’a donné jusque-là que des poulains. Si elle produisait une pouliche, peut-être que je la garderais… »