Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

AUX ORIGINES DE - Peut-on faire confiance aux origines chez les sauteurs ?

Courses / 02.02.2017

AUX ORIGINES DE - Peut-on faire confiance aux origines chez les sauteurs ?

Par Adrien Cugnasse

En obstacle, deux visions de l’importance du pedigree coexistent. Certains pensent que tout est possible, et que n’importe quel pedigree peut donner un très bon cheval, du moment que le modèle est là. D’autres ne regardent un cheval que s’il a la généalogie adéquate. En ce qui concerne l’élite, les chiffres plaident en faveur de ceux qui donnent de l’importance au pedigree.

La méthode. Pour tenter de répondre à cette question, notre étude s’est basée sur les chevaux qui ont terminé dans les trois premiers d’un Gr1 à Auteuil en 2016, 2015, 2014, 1996, 1995 et 1994. Ces 162 places sur le podium ont été occupées par 115 sujets différents. Le choix d’Auteuil n’est pas anodin. Cet hippodrome est un véritable test d’aptitude et on ne vole pas une place à ce niveau.

graph1

HAIES & STEEPLE, de 2014 à 2016 - La distance du 1er black type en obstacle dans le pedigree

 

70 % des placés ou lauréats de Gr1 sont bien nés. Sur l’hippodrome de la butte Mortemart, 70 % des chevaux ayant terminé dans les trois premiers d’un Gr1 ont un black type en obstacle dans les deux premières générations de leur origine maternelle. Ce chiffre est quasiment identique sur les périodes allant de 2014 à 2016 (70 %) et de 1994 à 1996 (71 %).

 

graph2

HAIES & STEEPLE, de 1994 à 1916 - La distance du 1er black type en obstacle dans le pedigree 

Le steeple-chase plus sélectif. Le parcours de steeple-chase d’Auteuil, avec ses "fromages", est un véritable test d’aptitude au saut. Sans surprise, ce qui constitue l’essence même de l’obstacle français valorise encore plus les origines de sauteurs. Et cette tendance s’accentue. De 2014 à 2016, 81 % des placés de Gr1 sur le steeple d’Auteuil ont un black type en obstacle dans les deux premières générations de leur pedigree. Ils étaient 77 % il y a deux décennies.

graph3

STEEPLE, de 2014 à 2016 - La distance du 1er black type en obstacle dans le pedigree 

graph4

STEEPLE, de 1994 à 1916 - La distance du 1er black type en obstacle dans le pedigree

 

Reste-t-il des belles histoires ? Les journalistes hippiques ont toujours beaucoup aimé les "belles histoires" de chevaux petitement nés qui ont réussi à s’imposer au plus haut niveau. Si elles sont rares en plat, elles sont plus courantes chez les sauteurs, tout en restant minoritaires. De 2014 à 2016, 30 % des placés de Gr1 à Auteuil n’avaient pas de black type en obstacle dans les deux premières générations de leur pedigree. Parmi ces derniers, seuls 11 % sont issus d’une mère qui n’a pas gagné en obstacle et qui n’a pas produit de gagnant dans cette discipline. Dans cette dernière sous-catégorie, si on ne conserve que ceux dont le père n’a pas produit plusieurs gagnants de Groupe en obstacle, on arrive à seulement 6 %. Ces "belles histoires" étaient bien plus nombreuses au milieu des années 1990 (19 %) à Auteuil.

 

Et les étalons ? De 2014 à 2016, dans notre échantillon, 79 % des placés de Gr1 sont issus d’étalons ayant donné plusieurs gagnants de Groupe sur les obstacles en France. Six pour cent proviennent des premières générations de jeunes étalons d’obstacle. Enfin les 15 % restants correspondent à des étalons ayant très peu sailli ou à des reproducteurs bien connus en plat et dont la production ne s’est pas distinguée à plusieurs reprises chez les sauteurs au niveau Groupe.