Le mot de la fin : Incompréhension

Autres informations / 09.02.2017

Le mot de la fin : Incompréhension

Dix jours déjà que France Galop a décidé d’accorder une décharge de deux kilos pour les femmes, et les réactions contre cette mesure sont toujours aussi vives, que ce soit en France, en Grande-Bretagne et même aux États-Unis. Qu’elles viennent des hommes n’est pas choquant. Certains peuvent y voir une sorte de concurrence déloyale. Mais quand les critiques viennent de voix féminines, là, il y a de quoi se poser des questions. L’argument selon lequel certaines vont désormais avoir du mal à faire le poids est tout à fait recevable, et n’est même pas très souvent évoqué. Mais accuser cette mesure d’être sexiste, discriminante, de dévaloriser les femmes, de leur manquer de respect… Il y a manifestement une grande incompréhension. Notamment de l’autre côté de la Manche. Les Britanniques ne s’en rendent peut-être pas compte, mais en matière de féminisation des courses, ils ont quinze ou vingt ans d’avance sur nous. À l’époque où les filles étaient encore une exception dans les écuries de Chantilly, elles étaient déjà bien implantées à Newmarket. Logiquement, les deux pays n’en sont pas au même point de leur intégration des femmes à la compétition. Et ce qui est nécessaire chez l’un ne l’est pas forcément chez l’autre.