Le mot de la fin : Reconversion

Autres informations / 12.02.2017

Le mot de la fin : Reconversion

À 8ans, Now we Can (Martillo) doit participer à l’Emir’s Trophy (Gr1 local), le 25 février prochain à Doha (Qatar). Ce pensionnaire de Nicolas Clément va découvrir pour l’occasion un nouvel hippodrome, lui qui déjà connu plusieurs vies ! Now we Can a en effet quitté la compétition une première fois, fin 2014, après avoir échoué d’une tête pour conserver son titre dans le Grand Prix de Chantilly (Gr2). Le bai avait aussi pris la quatrième place des Canadian International Stakes (Gr1), l’année précédente. Ces titres lui donnaient largement le droit à une place au haras… Mais là, son mètre soixante (soit 3cm de plus que Northern Dancer !) dissuade certainement les éleveurs et Now we Can ne saillit pas. Qu’à cela ne tienne, le cheval est castré et retrouve son box cantilien. L’histoire n’est pas inédite mais tout de même : Now we Can retrouve peu à peu son meilleur niveau, prend goût aux voyages (il termine deuxième d’une Listed à Belmont), avant de conclure son année par une troisième place dans le Prix du Conseil de Paris (Gr2). A-t-il donné des regrets aux éleveurs ? L’histoire ne le dit pas et de reproduction il n’est de toute façon plus question. Now we Can a trouvé sa reconversion après le haras : galopeur globe-trotteur !