Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

"Fils de" : la course virtuelle !

Courses / 19.02.2017

"Fils de" : la course virtuelle !

Par Franco Raimondi

Jeudi, Zarak (Dubawi) est devenu le premier gagnant de Groupe de la grande Zarkava (Zamindar), en s’imposant dans les Dubai Millenium Stakes (Gr3). Cela nous a donné l’idée d’un petit jeu : une course virtuelle entre les fils des grandes juments plus ou moins contemporaines à l’invaincue championne de Son Altesse l’Aga Khan. Le résultat : photo générale pour toutes les places !

 

Zarak, direction Gr1. Zarak a confirmé son rating international (116) à Meydan et, malgré la très bonne impression visuelle, même le handicapeur du Racing Post n’a pas bougé sa cotation. Zarak, dans un lot largement dans ses cordes, nous a donné la sensation d’avoir progressé par rapport à sa saison de 3ans, mais, on le sait, les impressions ne font pas le rating. Il ne lui reste qu'à gagner un Gr1 pour monter de quelques livres…

Rhododendron, proche du paradis. Deux autres gagnantes de Gr1 de l’époque de Zarkava ont déjà produit un 116 de rating international. Il s’agit de Halfway to Heaven (Pivotal), troisième de Zarkava et de Goldikova (Anabaa) dans la Poule d’Essai des Pouliches 2008, et de Light Shift (Kingmambo), lauréate des Oaks en 2007. La première a gagné ensuite les 1.000 Guinées irlandaises, les Nassau Stakes et les Sun Chariot Stakes (Grs1). Elle est devenue l’épouse fidèle de Galileo et son quatrième produit n’est autre que Rhododendron, qui a dominé le Fillies’ Mile (Gr1). Elle a pris un rating de 116 et est, avec Brave Anna (War Front), la meilleure pouliche de la génération 2014 entraînée en Europe.

Light Shift et son Ulysses. Light Shift, à sa troisième tentative, a donné, avec Galileo elle aussi, Ulysses. Le 3ans de la famille Niarchos a progressé lors de la seconde moitié de la saison et, après sa victoire dans les Gordon Stakes (Gr3), il a terminé quatrième de la Breeders’ Cup Turf (Gr1). Il est crédité lui aussi d’un rating de 116 et a tous les moyens de l’améliorer, surtout quand on connaît le style de son entraîneur, Sir Michael Stoute.

Midterm, la griffe de Midday. Midday (Oasis Dream), deuxième des Oaks (Gr1) 2009, est restée à l’entraînement jusqu’à 5ans et a remporté pas moins de six Grs1. Son premier produit, Midterm (Galileo), a gagné le Classic Trial (Gr 3) à Sandown en avril mais a raté le Derby. Ensuite il a donné chaud à Makahiki (Deep Impact) dans le Qatar Prix Niel (Gr2). Il a la classe pour devenir un très bon 4ans et améliorer son rating de 115. Midday a rencontré trois fois Frankel et a produit une pouliche de 2ans, un yearling mâle et une foal.

Dar Re Mi, la belle chanson. Dar Re Mi (Singspiel) a quant à elle croisé le chemin de Zarkava une seule fois, dans le Qatar Prix Vermeille. Elle ne l’a que vue passer. Dar Re Mi a remporté trois Grs1 et son deuxième produit, So Mi Dar (Dubawi) – lauréate des Musidora Stakes (Gr3) – a montré le potentiel d’une pouliche de Gr1 et est prise en 114 sur l’échelle internationale.

Stacelita au Japon. Stacelita (Monsun) a succédé à Zarkava dans le palmarès du Prix de Diane Longines et du Qatar Prix Vermeille. Elle a continué sa carrière aux États-Unis et a gagné six Grs1. Son deuxième produit est Soul Stirring (Frankel), gagnante de Gr1 et meilleure pouliche de 2ans au Japon en 2016. Elle a décroché un rating de 112, très haut par rapport au standard japonais, un pays ou les échellistes sont assez "radins" avec les 2ans.

En attente de Goldikova. Dans cette liste de fils de mères célèbres, plus ou moins contemporaines de Zarkava, vous ne trouvez pas Goldikova. Ses deux premiers produits n’ont pas gagné au niveau Groupe et, si Goldikovic (Galileo) est encore maiden, la propre sœur de 3ans Terrakova a montré sa classe lors de ses débuts victorieux. En attendant son black type, les couleurs Wertheimer sont représentées par Plumania (Anabaa), la mère de Maniaco (Galileo), lauréat de Listed prêt à monter de catégorie avec son 103 de rating.

Nous n’avons pas de statistiques pour étayer notre impression, mais les grandes juments produisent mieux que dans le passé récent. Et même si aucun produit de ces championnes n’arrive jamais au niveau des mamans, cela ne sera pas de sa faute. Même Frankel ne donnerait jamais un fils plus fort que lui. Allez-y quand même les jeunes !