Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Huit bonnes raisons de suivre le Festival de Cheltenham 2017

International / 13.02.2017

Huit bonnes raisons de suivre le Festival de Cheltenham 2017

par Christopher Galmiche

Ce week-end en Angleterre et en Irlande ont eu lieu les dernières préparatoires aux épreuves du Festival de Cheltenham. À un mois du grand événement de l’obstacle européen, qui aura lieu du 14 au 17 mars, il est temps de vous fournir les éléments pour vous convaincre de suivre cette folle semaine.

Raison 1 : pour voir l’élevage français au sommet de son art

Cheltenham est toujours un grand moment pour l’élevage français, qu’il soit de pur-sang ou d’AQPS. Nos French breds brillent par dizaines à Prestbury Park et cela sera encore le cas en 2017. Lors de la première journée, l’AQPS Buveur d’Air (Crillon) est le favori du Champion Hurdle (Gr1) suite à son succès dans le Contenders Hurdle (L) pour son retour sur les claies. Au betting, cet élève de Gérard Ferté devance un autre français, Petit Mouchoir (Al Namix), impressionnant vainqueur de deux Grs1 lors de ses deux dernières sorties. Dans l'Olgb.com Mares’ Hurdle (Gr1), l’élève du comte Antoine-Audoin Maggiar et d’Antonia Maggiar Vroum Vroum Mag (Voix du Nord) pourrait remettre son titre en jeu, même si elle a d’autres options comme le Champion Hurdle, le Queen Mother Champion Chase, le Stayer’s Hurdle, le Ryanair Chase et la Gold Cup (Grs1). Pour le moment, le Mares’ Hurdle et le Ryanair Chase sont les deux courses qui tiennent la corde pour elle.

Dans le Mares’ Hurdle, elle pourrait être confrontée à une autre tricolore, Apple’s Jade (Saddler Maker), élevée par Ronny Coveliers, qui l’avait battue de peu dans le Hatton’s Grace Hurdle (Gr1).

Si séduisant cet hiver (comme la saison dernière !), l’élève du haras de la Faisanderie Douvan (Walk in the Park) n’a jamais connu la défaite en neuf sorties en steeple et on voit mal comment il pourrait être battu dans le Queen Mother Champion Chase (Gr1). Son compagnon d’entraînement Un de Sceaux (Denham Red), élève du haras de la Rousselière et de Monique Choveau, pourrait se retrouver sur sa route, mais il est possible qu’il aille plutôt sur le Ryanair Chase (Gr1). Il est d’ailleurs favori à 3/1 de ce Gr1 sur le tableau des books.

Épreuve qui réussit tous les ans aux français, le Triumph Hurdle (Gr1) pourrait sacrer l’exceptionnel Défi du Seuil (Voix du Nord). Cet AQPS élevé par Catherine Boudot a été impérial cet hiver, enlevant un Gr1 et deux Grs2. Il passe la montée de Cheltenham avec une rare facilité. Ses plus sérieux rivaux seront des "FR" : Charli Parcs (Anabaa Blue), Mega Fortune (Soldier of Fortune) et Bapaume (Turtle Bowl). Voilà donc quelques noms de français à retenir pour le Festival. Certains vont décevoir, d’autres, que nous n’avons pas évoqués, vont se révéler. C’est aussi cela la magie de Cheltenham !

Raison 2 : pour voir des cracks à la pelle

Outre les chevaux élevés en France, nous allons voir de nombreux autres champions lors du Festival. Dans la Cheltenham Gold Cup (Gr1), Colin Tizzard devrait seller Thistlecrack (Kayf Tara), Native River (Indian River) et Cue Card (King’s Theatre). Ces trois chevaux d’exception ont tous leur chance pour la victoire. Thistlecrack saute avec force et finit toujours ses parcours avec des ressources, ce qui est rare en Angleterre. Mais dans la Gold Cup, il devra mieux sauter que dans le Cotswold Chase (Gr2) où il a fait plusieurs fautes, pour espérer l’emporter. Il demeure un régal pour les yeux, tout comme Native River, facile lauréat du Denman Chase (Gr2). Ce cheval est un tank et il a tous les atouts pour enlever la Gold Cup. Cue Card n’a pas été aussi percutant cette saison et sur le papier, il est inférieur à ses deux compagnons de boxes. Dans le Stayer’s Hurdle (Gr1), la vedette sera Unowhatimeanharry (Sir Harry Lewis), invaincu en huit sorties sous l’entraînement d’Harry Fry et les couleurs McManus. Il a tout décroché sur son passage et peut définitivement entrer dans la légende s’il s’impose lors du Festival.

Dans l’Arkle Chase (Gr1), le grand favori sera Altior (High Chaparral). Déjà vainqueur du Supreme Novices’ Hurdle (Gr1) 2016, il est invaincu en steeple et vient de réaliser une démonstration dans le Game Spirit Chase (Gr2) en sautant comme une gazelle. Il est comparé par certains au crack Sprinter Sacré (Network), son ancien compagnon d’entraînement chez Nicky Henderson. C’est dire l’estime qui lui est portée. Voilà un petit échantillon des chevaux dont il ne faudra absolument pas rater la sortie.

Raison 3 : pour soutenir Emmanuel Clayeux, Patrice Quinton… et peut-être d’autres !

Emmanuel Clayeux a signé sa première victoire anglaise lors du Festival Trial’s Day de Cheltenham. C’était le 28 janvier, grâce à Urgent de Grégaine (Truth or Dare), vainqueur du Glenfarclas Cross Country Handicap Chase. Ce dernier pourrait de nouveau courir à Cheltenham, lors de la toute nouvelle étape de la Crystal Cup, qui aura lieu pendant le Festival. Il est possible que Patrice Quinton, très assidu dans le challenge européen de cross, délègue aussi un pensionnaire. Et Isabelle Pacault a engagé Dica de Thaix (Voix du Nord) dans le Triumph Hurdle (Gr1). Pour faire vibrer la fibre cocardière, il faudra donc au moins regarder les chevaux entraînés dans l’Hexagone. Et peut-être même les jouer chez les books pour vous payer vos prochaines vacances !

Raison 4 : pour voir des tribunes bondées en pleine semaine

Cheltenham, c’est du grand sport, mais aussi des tribunes bondées. Du mardi au vendredi, il y a en moyenne entre 50.000 et 70.000 spectateurs sur l’hippodrome. Il arrive d’ailleurs qu’il n’y ait plus de tickets à vendre plusieurs semaines avant le Festival pour la journée de la Gold Cup. La compagnie aérienne Ryanair, détenue par Michael O’Leary, propriétaire de Gigginstown House Stud et régulièrement à l’honneur à Cheltenham, affrète des avions pour le Festival pour permettre aux Irlandais de venir. Les spectateurs prennent des jours de congés pour se déplacer à Cheltenham, qui est tout de même à près de trois heures de route de Londres… Tout cela laisse rêveur, tout comme le célèbre roar, la clameur qui fait vibrer les tribunes lors du départ de la première épreuve du Festival : le Supreme Novices’ Hurdle (Gr1). Pour comprendre pourquoi l’ambiance de Cheltenham surpasse celle de tous les autres meetings de course, il faut simplement vivre l’ambiance qui règne avant ce Supreme Novices’ Hurdle…

Raison 5 : pour revoir d’anciens champions

Traditionnellement, le Festival de Cheltenham est lancé par les anciennes gloires de l’événement. Une heure avant la toute première course, un défilé d’anciens champions est organisé, sous les applaudissements du public. Kauto Star, Denman, Big Buck’s y ont participé. C’est toujours un grand moment, d’autant que cela permet de voir ce que ces champions sont devenus. Car, bien souvent, ils poursuivent une nouvelle carrière dans les sports équestres.

Raison 6 : pour savoir si Colin Tizzard va décrocher le titre de tête de liste des entraîneurs d’obstacle en Angleterre

Lors du précédent Festival de Cheltenham, la question était de savoir si Willie Mullins allait faire le break à Prestbury Park pour obtenir le titre de tête de liste des entraîneurs d’obstacle anglais. Cette année, c’est Colin Tizzard, un ancien agriculteur devenu entraîneur, qui pourrait décrocher le titre, suivant ses résultats. Dans la Gold Cup (Gr1), il devrait avoir trois sérieux atouts avec Thistlecrack (Kayf Tara), Native River (Indian River) et Cue Card (King’s Theatre). On voit d’ailleurs mal comment la course pourrait lui échapper. Dans l’un des Grs1 pour novices sur les claies, il s’appuiera sur l’imposant Finian’s Oscar (Oscar), invaincu en quatre sorties. Dans le Queen Mother Champion Chase (Gr1), il aura de bonnes chances de prendre une place avec le français Fox Norton (Lando), et dans le Stayer’s Hurdle (Gr1), son protégé West Approach (Westerner) pourrait être la révélation de la course. Colin Tizzard a de nombreuses cartouches pour les plus prestigieux et donc les plus rémunérateurs Grs1 de la grande semaine. De quoi creuser l’écart !

Raison 7 : pour savoir si le tandem "Mullins & Walsh" va continuer sur sa lancée

Le tandem Willie Mullins & Ruby Walsh est chaque année au sommet lors des classements du Festival de Cheltenham. Cette année, la donne pourrait changer. Ils ont perdu en cours de route Annie Power (Shirocco), Vautour (Robin des Champs), Min (Walk in the Park) et Faugheen (Germany), soit autant d’atouts pour plusieurs Grs1. D’autres chevaux ont émergé, comme l’ancien protégé de Nicolas Clément, Melon (Medicean), favori du Supreme Novices’ Hurdle (Gr1), Yorkhill (Presenting) ou Bacardys (Coastal Path), mais ce ne sont pas autant de "coups sûrs". Willie Mullins et Ruby Walsh pourront néanmoins compter sur Vroum Vroum Mag (Voix du Nord) ou encore Douvan (Walk in the Park) pour espérer conserver leur leadership lors du Festival.

Raison 8 : pour savoir si l’armada McManus va rentabiliser ses achats français

John-Patrick McManus a été très actif lors des récentes vacations organisées par Arqana, mais aussi en achetant des chevaux à l’amiable. Parmi eux, figurent plusieurs 4ans comme Défi du Seuil (Voix du Nord) ou encore Charli Parcs (Anabaa Blue). Ces deux poulains comptent parmi les favoris du Triumph Hurdle (Gr1) avec une très bonne chance de l’emporter. Le propriétaire irlandais a été plus présent sur le marché français que par le passé et ses achats ont d’ores et déjà été fructueux pour la plupart. Lors du Festival, il sera bien représenté dans tous les championnats, en particulier avec les 4ans et avec Unowhatimeanharry (Sir Harry Lewis), grand favori du Stayer’s Hurdle. Il peut être le propriétaire tête de liste du Festival et prendre la place de Rich Ricci.