Télécharger la dernière édition
French Purebred Arabian

French Purebred Arabian

Maroc - Hicham Debbagh : « Nous avons eu la chance cette année de voir de très bons chevaux en piste »

20.02.2017

Maroc - Hicham Debbagh : « Nous avons eu la chance cette année de voir de très bons chevaux en piste »

Les 19 et 20 novembre 2016, l’hippodrome d’Anfa, à Casablanca, a accueilli le Meeting international des courses de pur-sang. Les deux journées internationales du pur-sang arabe et du pur-sang anglais étaient réunies lors d’un même week-end. Hicham Debbagh, directeur des courses de la Sorec, est revenu pour nous sur cet événement phare des courses marocaines.

The French Purebred Arabian. – Quel premier bilan faites-vous de ce week-end ?

Hicham Debbagh. – L’équipe en charge de l’organisation a fait un très bon travail. Toutes les personnes qui se sont déplacées spécialement pour ce week-end étaient ravies et nous avons eu des compliments de la part de tout le monde. Nous sommes très contents de cette édition. C’est un pari à nouveau réussi.

Le public marocain a-t-il répondu présent ?

Les propriétaires et entraîneurs marocains étaient présents. Mais c’est vrai que nous avons des difficultés à attirer le grand public sur nos hippodromes. Même si nous avions des espaces dédiés aux familles avec des animations pour les enfants et des endroits de détente, le nombre de spectateurs n’a pas battu des records. Il s’agissait d’une période de vacances avec des jours fériés et peut-être cela a-t-il joué. Nous devons donc encore travailler pour espérer ramener plus de monde aux courses. Le cheval est ancré dans la culture marocaine, les courses un peu moins. Nous allons essayer de développer notre stratégie marketing en ce sens.

Avez-vous déjà des projets de développement ?

Nous avons eu la chance cette année de voir de très bons chevaux en piste. Cela va rendre le rating de nos courses et de nos chevaux plus intéressant pour espérer atteindre le niveau Groupe II. Les entraîneurs et les professionnels français nous connaissent et sont désormais fidèles. Nous devons maintenant attirer les professionnels britanniques et irlandais, plus globalement tous les européens, ainsi que le Qatar et les Émirats Arabes Unis. Au vu des retours positifs, nous devrions avoir en 2017 plus de chevaux des pays déjà présents cette année.

La Sorec a développé une application diffusant les courses du meeting en direct. Qu’en est-il ?

À ce stade, l’application n’est que dans une phase d’essai. Nous allons rapidement en faire le lancement officiel et communiquer dessus. C’est un outil essentiel pour la digitalisation des courses au Maroc. Nous ne devons pas être en retard sur les nouvelles technologies.