Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Matias Villamil rejoint l’équipe d’Arqana en tant que représentant en Amérique du Sud

Institution / Ventes - International / 10.02.2017

Matias Villamil rejoint l’équipe d’Arqana en tant que représentant en Amérique du Sud

Matias Villamil rejoint l’équipe d’Arqana en tant que représentant en Amérique du Sud

À quelques jours de la Vente Mixte de février, l’équipe de correspondants à l’étranger d’Arqana continue de se développer grâce à la nomination de Matias Villamil en tant que représentant en Amérique du Sud. Une nouveauté pour l’agence de ventes qui n’avait jusqu’à présent pas de représentant dans cette zone.

Âgé de trente-deux ans, Matias Villamil vit à Buenos Aires. Petit-fils d’éleveur et issu d’une famille très impliquée dans les courses en Argentine, il côtoie les chevaux depuis toujours. Après avoir travaillé pendant quatre ans dans la principale agence de ventes du pays, Antonio Bullrich SA, il ouvre sa propre agence de ventes de chevaux de course, Villamil Remates, l’année dernière. Parallèlement à cette activité, il gère le haras familial Rodeo Chico aux côtés de ses frères. Basé à San Antonio de Areco, point central de l’élevage en Argentine, il ne compte pas moins de quarante juments et quatre étalons dont Most Improved (Lawman), gagnant des St James’s Palace Stakes (Gr1) à Royal Ascot. Par un clin d’œil du destin, ce fils de Lawman et Tonnara est un élève de l’Écurie des Monceaux et de l’Écurie Skymarc Farm : il fut acheté 65.000 € par Angie Sykes à la Vente de Yearlings d’août Arqana ! En plus de ces activités, Matias Villamil agit également comme courtier pour de nombreux clients.

Freddy Powell, directeur de l’équipe Bloodstock d’Arqana, a commenté la nomination de Matias Villamil en ces termes : « Nous sommes ravis d’accueillir Matias au sein de notre réseau de correspondants. L’Amérique du Sud est une destination naturelle pour Arqana, le cheptel français ayant fortement contribué à la constitution des plus grands élevages en Argentine, au Brésil et au Chili. Les éleveurs de ces pays connaissent les souches Dupré, Stern, Boussac, d’hier et les pedigrees Aga Khan, Wildenstein et Wertheimer, d’aujourd’hui. L’actualité des courses et du marché nous montre que l’Amérique du Sud a beaucoup de potentiel tant au niveau de l’élevage que du propriétariat et nous sommes impatients de travailler avec Matias pour développer des axes de commerce entre nos deux parties du globe ! »