Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Peut-on éviter les fractures spontanées en course ? (partie 3)

Courses / 07.02.2017

Peut-on éviter les fractures spontanées en course ? (partie 3)

Par le docteur Tamara de Beauregard

Clinique équine de Meslay-du-Maine

Les fractures spontanées en course sont-elle évitables ? Tamara de Beauregard, vétérinaire à la clinique équine de Meslay-du-Maine, apporte des éléments de réponse. Après avoir expliqué comment il était possible d’en faire une identification précoce, et déterminé les facteurs de risques, elle conclut avec les préconisations en matière de travail pour diminuer leur fréquence.

 

TROISIÈME PARTIE

Le programme d’entraînement peut-il diminuer les stress fractures ?

Les chevaux de course sont des athlètes de l’extrême et leur appareil musculo-squelettique doit s’adapter pour les préparer aux conditions de courses. La fatigue osseuse est un processus classique de l’athlète et l’os réagit grâce à 2 mécanismes : adaptation et réparation.

 

Adaptation par le "modelling"

Le terme "modelling" se réfère aux changements de forme et de volume de l’os et doit permettre à l’os de résister à de fortes tensions ou forces quand la magnitude de ces dernières augmente, c’est-à-dire quand la vitesse augmente. L’adaptation consiste, sur le canon du jeune galopeur, en une augmentation de l’épaisseur du cortex (portion externe et dure de l’os) et de la fraction osseuse de l’os sous-chondral trabéculaire (condyle).

 

Quand un cheval est mis au repos, comme un humain alité, la densité osseuse diminue : l’os est moins dur, plus fragile, poreux. On observe l’inverse du "modelling". Les chevaux repris trop vite après une longue période de repos sont prônes à des fractures de l’humérus. Ceci démontre la nécessité de l’os à se réadapter à l’exercice.

Réparation par le "remodelling"

Le terme " remodelling" se réfère au remplacement de l’os par de l’os nouveau. Dans les zones où l’os est abîmé ou " fatigué", cela équivaut à remplacer l’os malade qui a accumulé des micro-fractures. Chez l’humain, il faut 4 mois pour effectuer un cycle complet de réparation. Malheureusement, l’os du cheval à l’entraînement n’est pas toujours apte à effectuer cette séquence et la situation dégénère alors en fracture.

 

L’os jeune semble plus adaptable avant sa maturité et le bénéfice de cette adaptation semble être durable. Deux études sur des 2ans en Australie et Nouvelle-Zélande ont indépendamment montré que les chevaux qui courent à 2ans ont des carrières plus longues et meilleures.

Implications pour le management du cheval de course

Toutes les conclusions énoncées ici découlent d’études scientifiques qui produisent parfois des résultats contradictoires. Ces conseils ne constituent pas une ligne de conduite exacte et doivent être interprétés avec précaution.

- Diminuer la vitesse en course par des terrains plus souples

- Minimiser le poids du cheval et du jockey semble logique (cependant n’a jamais été prouvé par les études épidémiologiques)

- Introduction graduelle et précoce de l’exercice

- Éviter les trop longues distances de galop

- Inclure des épisodes courts de grande vitesse

- Retour précautionneux à la vitesse après des périodes de repos

La durée et la fréquence idéales des périodes de repos pour permettre à l’os d’effectuer correctement sa réparation sont actuellement inconnues.

Les vétérinaires doivent utiliser avec précaution les médicaments qui permettent aux chevaux de s’entraîner et courir. Même s’il est maintenant prouvé que certains corticoïdes utilisés à la bonne dose n’ont pas d’effet délétère sur le cartilage, ceux-ci permettent au cheval de prolonger l’entraînement sans souffrance mais l’expose à de nouveaux cycles de fatigue. Rappelons qu’il est difficile (hormis IRM et scanner) d’évaluer la dégénérescence osseuse.

BIBLIOGRAPHIE

MARTIG (2014) Bone fatigue and its implications for injuries in racehorses. EVJ

RIGGS (2012) Repetitive strain injury of the distal condyles of the cannonbone in the TB racehorse: What is it? How does it manifest clinically? Management  of related conditions. ECVS proceedings