Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Grand Cross de Pau : Stéphane Paillard vous présente ses principales difficultés

Courses / 03.02.2017

Grand Cross de Pau : Stéphane Paillard vous présente ses principales difficultés

Stéphane Paillard vous présente quelques-unes des principales difficultés du Grand Cross de Pau

Vainqueur de ses deux premiers Groupes grâce à Carriacou (Califet) à l’occasion des Prix Hopper (Gr3) et Maurice Gillois (Gr1), Stéphane Paillard fait partie de nos meilleurs jockeys d’obstacle. C’est aussi le cavalier de Saying Again (Califet) qui sera le favori du Prix Gaston de Bataille-Grand Cross de Pau (L) ce dimanche au Pont-Long. Pour JDG, il est revenu sur quelques-uns des plus gros obstacles du cross de Pau qui seront au programme dans la première étape de la Crystal Cup sur 6.200m.

Le gros passage de route

« C’est un contrebas suivi d’un contre-haut. Pour bien le passer, il faut que le cheval se jette dans le trou, fasse deux foulées maximum pour qu’il arrive dans le bon tempo pour bien monter son garrot. Mais beaucoup de chevaux sautent après avoir fait seulement une foulée ce qui peut être problématique. »

Le vert après les passages de route

« Là encore, c’est un obstacle sur lequel les chevaux peuvent faire des fautes, car ils se négligent après avoir fait un gros effort sur les difficultés précédentes. Il est très large et vert, du coup les chevaux ont tendance à le traverser. Ils peuvent chuter bêtement et il faut garder une bonne lucidité, même sur cet obstacle. »

Le chapeau de gendarme

« Ce n’est pas un obstacle très compliqué, c’est même l’un des plus simples du parcours. C’est une butte en terre avec un tronc d’arbre. Si un cheval fait une petite faute sur cet obstacle, il reste généralement debout. Cela fait longtemps que je monte en cross à Pau et j’ai rarement vu un cheval tomber à cet obstacle. »

La banquette irlandaise

« C’est un obstacle où il faut demander aux chevaux de faire un gros effort pour qu’ils montent bien leurs garrots. Ils ne doivent pas arriver trop vite et calculer leurs foulées. À la réception, ils doivent se laisser glisser. »

Le volpoom

« Il faut arriver en avançant sur cette difficulté. Il y a un trou entre le brook et le tronc, et les chevaux ont tendance à freiner. Il faut sauter haut. En revanche, à la réception, comme pour la banquette irlandaise, il faut laisser "couler" et ne pas sauter pour descendre. »

La banquette de Bordeaux

« Elle est moins impressionnante que la banquette irlandaise. Mais les chevaux peuvent faire des erreurs en se négligeant, car ils peuvent se relâcher à ce moment-. Ils doivent bien dégager le garrot et les épaules pour le passer correctement. Après, c’est aussi au jockey de donner de la tonicité à son cheval à ce moment-là. »

Le parc à moutons

« L’avantage de cet obstacle, contrairement au gros passage de route, est que les chevaux peuvent faire plusieurs foulées. De ce fait, ils les calculent plus facilement. »