Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LA RÉFORME DE L’EUROPEAN PATTERN PEUT-ELLE SAUVER LES STAYERS - Le Japon, nouvel eldorado des stayers ?

Courses / 02.02.2017

LA RÉFORME DE L’EUROPEAN PATTERN PEUT-ELLE SAUVER LES STAYERS - Le Japon, nouvel eldorado des stayers ?

Par Anne Louise Échevin

 

Du côté des stayers, dans les ratings et classements internationaux, le Japon est le mieux placé. De là à affirmer que le pays est le nouvel eldorado des stayers, il y a encore un grand pas à franchir.

Satono Diamond, St Leger et Tenno Sho. Selon les ratings officiels des Longines meilleurs chevaux du monde, le meilleur stayer en 2016 est le 3ans japonais Satono Diamond (Deep Impact). Le poulain a un rating officiel de 122 suite à sa victoire dans l’Arima Kinen (Gr1,  2.500m) mais il avait hérité d’un rating de 121 après sa victoire dans le Kikuka Sho - St Leger (Gr1) juste auparavant. En comparaison, Order of St George (Galileo), gagnant de la Gold Cup, possède un rating de 120.

Les chevaux japonais sont bien présents dans le classement, Air Spinel (Deep Impact) ayant un rating de 116 pour sa performance dans le Kikuka Sho (troisième) et le Derby (quatrième). Curren Mirotic (Heart’s Cry) a un rating de 116 suite à sa deuxième place dans le Tenno Sho - Printemps (Gr1, 3.200m), Rainbow Line (Stay Gold) est aussi à 116, suite à sa deuxième place dans le St Leger.

Si on prend le classement des Longines meilleures courses du monde en 2016, il n’y a que quatre courses "longues distances" qui apparaissent et les mieux classées sont deux épreuves japonaises : le Kikuka Sho - St Leger pointe son nez au 43e rang, avec un rating de 118,5, et le Tenno Sho - Printemps est 58e avec un rating de 117,5. Suivent la Melbourne Cup (77e, rating 116,75) et la Gold Cup d’Ascot (99e, rating 116).

De la sélection classique : la Triple couronne. Les classiques sont à la base de la sélection du pur-sang et sont rassemblés dans le triptyque des Triples couronnes. Outre le cas très particulier de la Triple Couronne américaine, la Triple couronne japonaise est peut-être la dernière du monde qui reste un objectif majeur, même si le St Leger risque de rentrer de plus en plus en concurrence avec le Prix de l’Arc de Triomphe. La Triple couronne anglaise ne fait plus rêver grand monde, le St Leger de Doncaster étant bien laissé pour compte. Le dernier cheval à l’avoir tenté est Camelot (Montjeu), pour Coolmore. Au Japon, il y a deux Triples couronnes. Il y en a une pour les mâles, composée des Satsuki Sho - 2.000 Guinées (sur 2.000m), du Tokyo Yushun - Derby (2.400m) et du Kikuka Sho - St Leger (3.000m). La seconde est destinée aux femelles et n’est pas autant axée sur la tenue : Oka Sho - 1.000 Guinées (sur 1.600m), Yushun Himba (Oaks, 2.400m) et Shuka Sho (2.000m).

Dans les années récentes, Orfèvre (Stay Gold), en 2011, et Deep Impact (Sunday Silence), en 2005, ont remporté la Triple couronne des mâles. Ces chevaux ne sont pas des stayers, même si Orfèvre était quasi imbattable au Japon sur 3.000m et plus. Ce sont des chevaux de 2.400m ayant assez de tenue pour allonger encore le tir. Mais si le Japon fait une sélection sur la tenue avec des courses souvent très rythmées, il fait aussi une sélection sur des chevaux ayant une vraie capacité d’accélération : Deep Impact n’avait pas qu’une seule vitesse, pas plus qu’Orfèvre. C’est là quelque part le paradoxe : ce ne sont pas des stayers, ce ne sont pas des chevaux de "Gold Cup", mais ils sont dans le moule de ce qui fait les grands stayers. Tenue et accélération.

Le programme des chevaux d’âge : l’exemple de Kitasan Black. En 2016, les meilleurs chevaux japonais sont Maurice (Screen Hero) et A Shin Hikari (Deep Impact), avec un rating de 127. Maurice est un cheval de 1.600m, 2.000m et A Shin Hikari un cheval de 2.000m. Leurs succès "à l’extérieur" leur permettent d’avoir des ratings aussi haut. Nous allons donc suivre ici un exemple plus parlant : celui de Kitasan Black (Black Tide), avec un rating de 123 en étant resté à domicile en 2016.

Le programme 2016 de Kitasan Black a été assez représentatif de ce que l’on attend des chevaux d’âge japonais, c'est-à-dire d’aller aussi bien sur 2.100m que sur 3.200m. Kitasan Black avait couru en avril l’Osaka Hai (Gr2) – promu Gr1 en 2017 – et disputé sur 2.000m. Il est deuxième. Il a ensuite remporté le Tenno Sho - Printemps sur 3.200m en mai, avant de conclure troisième du Takarazuka Kinen (Gr1) en juin sur 2.200m. À l’automne, il a couru le Kyoto Daishoten (Gr2) sur 2.400m, avant de remporter la Japan Cup en association avec Longines (Gr1) sur 2.400m, puis de conclure deuxième de l’Arima Kinen (Gr1) sur 2.500m. Il faut noter ici que Kitasan Black a fait l’impasse à l’automne sur les 2.000m du Tenno Sho (remporté par Maurice) : comme le montrent ses performances au printemps, les 2.000m, 2.100m sont quelque peu courts pour lui. Kitasan Black est l’essence même du cheval japonais : un vrai 2.400m capable d’aller sur plus long. Mais il n’est pas un stayer.

Satono Diamond et Kitasan Black montrent cependant bien comment le Japon se retrouve en tête des classements côté stayers, avec des chevaux qui sont bien plus que ça. Là où la sélection dans le reste du monde a basculé vers plus de vitesse, le Japon reste encore sur une formule "à l’ancienne", tournée autour des 2.400m. Les chevaux qui courent les courses sur distance "stayers" sont avant tout les chevaux de 2.400m et leurs ratings permettent, de ce fait, de placer très haut des épreuves comme le St Leger ou le Tenno Sho - Printemps. Dans ces conditions, plus le temps passe, plus les chevaux japonais devraient remporter les courses de 2.400m dans le monde entier.