LE REGARD TOURNÉ VERS L’AVENIR - Christophe Ferland et les 2ans : l’histoire avec Dabirsim se poursuit

Autres informations / 08.02.2017

LE REGARD TOURNÉ VERS L’AVENIR - Christophe Ferland et les 2ans : l’histoire avec Dabirsim se poursuit

 

Christophe Ferland est le dernier entraîneur français à avoir inscrit son nom au palmarès du Darley Prix Morny (Gr1). C’était en 2011, avec Dabirsim (Hat Trick), le cheval qui a vraiment lancé sa carrière. L’an dernier, Cavale Dorée (Sunday Break), lauréate du Prix du Calvados (Gr3), lui a offert une troisième place dans la Breeders’ Cup Juvenile Fillies (Gr1). Il n’est donc pas étonnant que le professionnel testerin compte (au 6 février) 53 poulains de 2ans déclarés à son effectif… Pour en voir la liste, cliquez ici (avec ce lien : http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2017/02/Christophe-Ferland.pdf)

Un mélange entre propriétaires-éleveurs et chevaux issus des ventes. L’écurie Wertheimer & Frère est le propriétaire le plus représenté avec ses 2ans au sein de l’effectif de Christophe Ferland. Leur collaboration a déjà été couronnée de succès au plus haut niveau chez les juveniles, puisque Indonésienne (Muhtathir) avait remporté le Total Prix Marcel Boussac (Gr1) en 2013. Dix 2ans des célèbres propriétaires-éleveurs sont déclarés, dont trois produits du jeune Intello. D’autres éleveurs importants font confiance au professionnel pour exploiter leur production : Prime Equestrian, qui compte huit 2ans (donc quatre home made), l’écurie Normandie Pur-Sang, avec sept 2ans (dont trois élevés), et enfin Guy Pariente, qui a confié quatre 2ans, dont trois produits maison, à l’entraîneur.

 

Christophe Ferland se retrouve donc avec un bon mélange entre des produits issus des élevages de ses clients et des 2ans achetés aux ventes. Parmi les 53 chevaux, 22 sont passés par un ring de ventes. Arqana reste la source majoritaire, mais Osarus, où Christophe Ferland avait déniché Cavale Dorée, est bien représentée avec trois 2ans. La dernière née des ventes Arqana, la v.2, axée sur la précocité, figure cinq fois dans la liste. Enfin, seuls trois poulains ont franchi la barre des 100.000 € lors de leur adjudication.

Dabirsim, en toute logique. Ce n’est pas une surprise, mais Dabirsim, avec huit 2ans (les premiers de l’étalon), est le sire le plus représenté au sein de l’effectif de Christophe Ferland. Ce n’est pas le seul étalon de première production à figurer dans le listing : Intello s'y trouve à trois reprises, Camelot deux, comme Declaration of War. Penny’s Picnic compte un produit, comme Reckless Abandon. Plus globalement, l’effectif se caractérise par un large éventail de pères, allant de chevaux basés ou ayant été basés dans le Sud-Ouest comme Panis ou Deportivo, aux beaucoup plus internationaux Shamardal, Invincible Spirit ou Fastnet Rock, en passant par les étalons confirmés basés en France que sont Le Havre, Kendargent, Elusive City, Manduro ou encore Motivator.

 

À la recherche du prochain Dabirsim. Les propriétaire et éleveurs qui ont cru en Dabirsim ont logiquement fait confiance à Christophe Ferland pour y placer les produits de cet étalon. Comme indiqué précédemment, actuellement, il y a huit descendants du gagnant du Morny et du Lagardère (Grs1), mais aussi un fils de Hat Trick, le père de Dabirsim. Voici nos coups de cœur chez ces chevaux de la famille de Dabirsim.

  • Réponse (F2)

Pr. & El. : Wertheimer & Frère

Hat Trick & Saying, par Giant’s Causeway

(Photo Dicton)

Avant que Dabirsim ne se fasse connaître, quasiment personne en France n’avait entendu parler de Hat Trick, son père. L’écurie Wertheimer & Frère a fait confiance à cet étalon pour le croiser avec Saying (Giant’s Causeway), une gagnante du Prix Herod (L) à 2ans qui est une fille de la gagnante de Gr1 Pas de Réponse. La production de Saying s’est déjà démarquée, puisqu’elle est la mère de Dicton (Lawman), gagnant de Gr3 et placé sur le podium de la Poule d’Essai et du Jockey Club (Grs1) en 2016...

  • N (F)

Pr. & El. : Écurie Normandie Pur-Sang

Dabirsim & Glowing Cloud, par Dylan Thomas

(Photo Glowing Cloud)

L’écurie Normandie Pur-Sang, qui est l’entité de Simon Springer, pour lequel courait Dabirsim, a logiquement présenté beaucoup de ses juments au jeune étalon. Dans ce lot figure Glowing Cloud (Dylan Thomas) qui était sous la responsabilité de Christophe Ferland pendant sa carrière de course. C’était une jument compétitive sur 2.000m et qui a notamment terminé deuxième du Prix Fille de l’Air (Gr3). Cette femelle par Dabirsim est son premier produit.

  • N. (F2)

Pr. & El. : Écurie Normandie Pur-Sang

Dabirsim & Gloomy Sunday, par Singspiel

Gloomy Sunday (Singspiel) est une autre jument de tenue de Normandie Pur-Sang qui a été croisée au rapide Dabirsim. Sous l’entraînement de Christophe Ferland, Gloomy Sunday avait réalisé une très belle saison à 4ans, remportant un Gr3 à Sandown sur 3.300m et terminant son année par une quatrième place dans le Qatar Prix du Cadran (Gr). Là encore, il s’agit d’un premier produit.

  • N. (M2)

Pr. : Écurie Normandie Pur-Sang

El. : Gestut Wittekindshof

Dabirsim & Next Holy, par Holy Roman Emperor

Acheté 130.000 €, en août, à Deauville, ce mâle est le yearling par Dabirsim vendu le plus cher en France en 2016. On retrouve de la tenue dans son pedigree, puisque sa deuxième mère est Night Petticoat (Petoski), gagnante du Prix de Diane allemand (Gr2 à l’époque) et deuxième du St Leger (Gr2) germanique. Elle a produit Next Desert (Desert Style), lauréat du Derby allemand (Gr1), et Next Gina (Perugino), gagnante du Prix de Diane allemand (Gr1).

  • Sénoville (M2)

Pr. : Gérard Augustin-Normand

El. : Haras de Sainte-Gauburge

Dabirsim & Silver Face, par Iron Mask

Acheté 50.000 € à la v.2 d’Arqana, Sénoville porte le nom d’une commune de la Manche. La deuxième mère de ce poulain est bien connue : c’est Silverqueen (Alydar), la grand-mère de Silver Pond et Silver Point. Surtout, la troisième mère de Senoville est Silvermine, gagnante de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) au sein d’une grande génération de femelles.