Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

EN RÉGIONS - L’hippodrome de Seiches-sur-le-Loir devrait poursuivre son activité

Courses / 15.02.2017

EN RÉGIONS - L’hippodrome de Seiches-sur-le-Loir devrait poursuivre son activité

 

L’hippodrome de Seiches-sur-le-Loir, entre Angers et Durtal, organise sa première réunion de l’année le 19 février prochain. Ce site est à vendre depuis 2014. Plusieurs collectivités locales se sont associées pour lancer une offre de rachat qui devrait aboutir au mois de mars 2017.

Le Conseil Départemental de Maine-et-Loire ne souhaite plus gérer le domaine de Boudré qui compte, outre le champ de courses, une exploitation agricole et de grandes étendues boisées. Suite à l’annonce de sa mise en vente, les élus et associations locales se sont mobilisés. Lundi 16 janvier, le conseil municipal de Seiches-sur-le-Loir a validé une offre d'acquisition de l’hippodrome. Jean-Paul Bompas, le président de la Société des courses, nous a expliqué : « Le domaine de Boudré, qui s’étend sur plus de 500 hectares, a été divisé en plusieurs lots. Le premier correspond aux 25 hectares de l’hippodrome et aux 2 hectares de son parking. Pour cette partie, l’offre formulée par la municipalité s’élève à 115.000 €. Le deuxième lot, de plus de 300 hectares de forêts, devrait être acquis par l’association de la Communauté de communes, de la commune de Seiches-sur-le-Loir et du Conseil départemental. Enfin, la troisième partie est une exploitation agricole de 117 hectares. L’exploitant prend sa retraite et la surface devrait servir de réserve foncière. Les parcelles pourront être échangées avec celles d’agriculteurs dont les terres seront morcelées par des déviations. » Concernant la validité de leur proposition, Jean-Paul Bompas précise : «  Le 17 mars, la Société des courses et les élus de la commune seront reçus au Conseil Départemental. Nous saurons alors si notre proposition est recevable. Mais il semble peu probable qu’elle ne le soit pas. Et ce d’autant plus que nous avons, depuis, appris que nous sommes les seuls en lice. »

Un hippodrome d’hiver. Concernant l’hippodrome, Jean-Paul Bompas explique : « Le sol, c’est de la terre de bruyère. On peut difficilement y organiser des courses en période estivale parce qu’il serait trop sec. Mais par temps humide, il est naturellement bon. L’hiver, lorsque certaines pistes sont gelées, trop humides ou fermées, la nôtre est d’autant plus utile. Les entraîneurs sont ravis de pouvoir prendre part à nos réunions car, même l’hiver, leurs pensionnaires ont besoin de décrocher des allocations. Nous sommes limités à 12 partants par épreuve et nous faisons systématiquement le plein. Il y a même beaucoup d’éliminés. Nous organisons quatre réunions de galop en 2017 – les 19 février, 5 mars, 12 novembre et 3 décembre –, mais seulement 8 courses de trot. On court en plat comme en obstacle. Nos réunions sont 100 % P.M.H., et vu les dates auxquelles nous courons, il n’est pas facile de faire venir du public et des parieurs. En courant à la mauvaise saison, ce n’est pas simple d’être à l’équilibre au niveau financier. Nous vivons grâce au bénévolat et aux subventions de la fédération. »

Une zone naturelle sensible. L’hippodrome de Seiches-sur-le-Loir est situé au cœur du domaine de Boudré, qui est lui-même en grande partie encerclé par le Loir. Ce site est classé "zone naturelle sensible", c’est-à-dire une aire où l'environnement est fragile et particulièrement vulnérable à certaines activités humaines. Ce type de zone est considéré comme "à enjeux important pour l'eau ou la biodiversité et donc pour le développement durable". Un des conséquences d’un tel classement est la limitation des constructions qui peuvent y êtres bâties.

Les multiples utilisations du site. En dehors des périodes de courses hippiques, l’hippodrome est le théâtre d'épreuves d’endurance équestre mais également un lieux privilégié pour les sports scolaires. Les associations locales utilisent ces installations pour accueillir des manifestations comme des vide-greniers. Les particuliers peuvent y organiser des festivités familiales. Jean-Paul Bompas explique : « C’est une site superbe, au cœur de la forêt. Nous disposons d’une tribune en très bel état et d’un grand hall fermé sur trois côtés. En concertation avec la municipalité de Seiches-sur-le-Loir, nous voulons poursuivre la diversification des utilisations. »