Télécharger la dernière édition
French Purebred Arabian

French Purebred Arabian

Les vœux de l'Afac

20.02.2017

Les vœux de l'Afac

Comme chaque année, notre Conseil d’administration a mis en place le programme des courses et son financement. Avec un effectif d’environ trois cents chevaux à l’entraînement, sachant que France Galop et le PMU exigent un minimum de partants, il n’est pas simple de bâtir un programme pour les différentes catégories d’âge, de sexe et de distance. Nous faisons de notre mieux pour donner satisfaction à tout le monde.

Nous nous chargeons aussi de répartir le financement de notre programme à partir de ses différentes sources. Sur un total de plus de 3 millions d’euros, 840 000 euros proviennent du Fonds commun France Galop. Le reste est principalement dû aux sponsors et, pour une part non négligeable, aux différentes poules.

Pour environ quatre-vingt-quatre courses par an, ce que nous recevons du Fonds commun nous place en moyenne bien en-dessous des pur-sang et chevaux d’obstacle, alors que nos coûts d’entraînement ou d’élevage sont les mêmes. Nos partants sont finalement ceux qui reviennent le moins cher à l’Institution, alors que dans le même temps, nos sponsors soutiennent également des courses de pur-sang financièrement ; le week-end du Qatar Prix de l'Arc de Triomphe en est un exemple. Ainsi, même si nous n’avons que peu de chevaux à l’entraînement, il se pourrait que nous représentions un peu l’avenir des courses. Nous sommes une partie de ces nouveaux éleveurs, propriétaires ou parieurs que l’Institution recherche tant ; une nouvelle génération venue d’autres horizons.

Aujourd’hui les courses de chevaux arabes sont à leur tour souvent de très beaux événements appréciés par tous, en France et dans le monde. Le Qatar Prix de l'Arc de Triomphe a eu Trêve. Nous avons eu Al Mourtajez, le héros de la Qatar Arabian World Cup, dotée d'un million d’euros. Élevé en France par Hassan Mousli, Nada Moussali et F. Al Elweet, il a gagné 1 236 462 euros en allocations et primes propriétaires et 131 102 euros en primes éleveurs.

Enfin, nous poursuivons notre effort pour garantir la parfaite intégrité des courses de chevaux arabes. Le processus de mise en place de la règle des trois générations proposée par l’Ifahr est toujours en cours. À toutes et à tous, je souhaite pour cette saison beaucoup de succès sur les pistes du Sud-Ouest, de France et d’ailleurs.

Yves Plantin, président