Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU THINK TANK EQUISTRATIS - Du live betting au leave betting

Courses - Institution / Ventes / 04.03.2017

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU THINK TANK EQUISTRATIS - Du live betting au leave betting

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU THINK TANK EQUISTRATIS

 

Du live betting au leave betting

« Les tests en live betting pour la FDJ : une remise en cause du service public des courses hippiques. Ou comment parier en aveugle sur l’abandon de ce qui structure le modèle français des courses. C’est ce que l’on pourrait nommer le "leave betting" des pouvoirs publics !

Face aux dangers pour la filière hippique de l’autorisation de tests en live betting dans le réseau des points de vente PMU/FDJ, le think tank Equistratis a écrit au ministre de l’Économie et des Finances et au ministre de l’Agriculture en leur demandant d’y surseoir.

Cette ouverture qui semble anodine créera, en effet, une déstabilisation de l’équilibre déjà complexe à assurer entre les jeux sportifs et les paris hippiques, d’une part, les enjeux off line et on line, d’autre part, en introduisant un facteur addictogène totalement incontrôlable.

De la sorte, les paris hippiques, qui souffrent déjà d’une tendance à l’érosion, principalement sur les points de vente, seront encore plus fragilisés par cette pratique.

Or les courses hippiques sont encadrées par un dispositif législatif et réglementaire, notamment les lois de 1891 et 2010, qui les situent au sein d’un service public visant à assurer la pérennité et le développement des acteurs professionnels qui y sont impliqués (propriétaires, entraîneurs, joueurs…). D’où le versement d’allocations aux deux sociétés mères, mais aussi le prélèvement du budget de l’État de 850 millions d’euros en 2016.

Prendre une telle décision sans s’interroger sur le maintien de l’équilibre de cette filière et de ceux qui la composent est non seulement hasardeux aux plans économique, social et culturel, mais aussi très dangereux au regard du droit européen selon lequel ce service public est assimilé à un SIEG (service d’intérêt économique général).

Dès lors, si cette expérimentation a lieu et si elle sert de base à une nouvelle réglementation, c’est tout l’édifice patiemment construit au fil des années, faisant de la filière hippique française une singularité mondiale, qui est menacé.

Il est urgent, Messieurs les Ministres, d’arbitrer entre un petit avantage concurrentiel, totalement indu pour la Française des Jeux et la sauvegarde du modèle français d’exception mondialement reconnu.

Pour consulter le courrier remis au ministre de l’Économie et des Finances et au ministre de l’Agriculture, cliquer ici : http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2017/03/Courrier-Michel-Sapin-23022017.pdf