Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le mot de la Fin :  Pseudo-intellectuel

Autres informations / 30.03.2017

Le mot de la Fin : Pseudo-intellectuel

 

Ce qui est terrible avec les pseudo-intellectuels, c'est qu'ils éprouvent souvent le besoin de prendre la parole même quand ils n'ont rien à dire. Et à l'arrivée, c'est sur un ton sarcastique, car quand on n'a rien à dire, on masque son inculture par trois jeux de mots usés jusqu'à la corde. Ainsi d'Alain Rémond, un fatigué de plus, qui signe dans La Croix :

« Un écho confidentiel (…) m’apprend que demain se déroulera une manifestation particulière (…), celle des professionnels de la filière hippique. Ils entendent protester contre "le développement des paris sportifs dans les points de vente de la Française des jeux, ce qui aurait pour conséquence de fragiliser le financement de la filière assuré par les PMU". Je vous laisse méditer cette information à laquelle, je l’avoue, je ne comprends pas grand-chose. Et j’en profite pour attirer votre attention sur cette autre information, glissée dans le même écho : "Quatre des candidats à la présidentielle sont invités à l’hippodrome de Saint-Cloud (…)". J’ignore si les quatre candidats en question sont les seuls à avoir un "projet pour le cheval". Ou si tous les candidats sans exception (…) ont un "projet pour le cheval". Si c’est le cas, j’aimerais bien savoir, tant qu’on y est, s’ils ont également un projet pour l’âne. Mais aussi pour la vache. Pour le mouton. Pour le lapin. Pour la poule. Pour le canard. Pour le hamster. Pour le canari. Pour l’oie bernache. Pour le bourdon. Pour le blaireau. Sans oublier la taupe, qui cause d’épouvantables dégâts dans les pelouses d’innombrables jardins français. J’exige de connaître les projets pour la taupe de tous les candidats à la présidentielle ! » Quand on lit un texte comme celui-ci, on a honte d'être journaliste. Et on a envie de dire à ce petit Monsieur qui n'a jamais franchi le périphérique, qu'il y a de la vie au-delà. Et aussi que ses propos ne méritent même pas le nom d'âneries, car cela serait injurieux pour les ânes.