Ces idées simples qu’Auteuil pourrait piquer à Cheltenham

Autres informations / 22.03.2017

Ces idées simples qu’Auteuil pourrait piquer à Cheltenham

Par Christopher Galmiche

Le Festival de Cheltenham, c’est un autre monde : 70.000 personnes viennent sur l’hippodrome chaque jour, en pleine semaine, pour voir des courses ! Inutile de se faire du mal en comparant avec la France, la culture du cheval et du sport n’étant pas la même des deux côtés de la Manche. Mais il y a des éléments que l’on peut importer de Cheltenham à Auteuil. D’autant qu'en 2018, notre temple de l’obstacle aura besoin de retrouver, lui aussi, des couleurs nouvelles.

Pourquoi ne pas inviter des groupes de musique lors des réunions en week-end ?

À Cheltenham, il y a un lieu plein de vie situé à l’extrême gauche des tribunes : le Guinness Village ! Alors effectivement, on se déplace surtout dans cet endroit pour consommer de la bière. Mais pas que ! En effet, plusieurs groupes de musique s’y relaient tout au long de la journée pendant que le public déguste la Guinness. Pas besoin de faire venir des stars pour avoir du public. Si l’on invite des groupes de musique composés de jeunes gens, habitués à jouer dans des bars, ces derniers vont convier leurs amis et l’effet boule de neige pourrait faire venir du monde. Ce monde, on peut ensuite essayer de l’initier aux courses et au pari. De plus, cela permettra d’occuper les spectateurs entre les courses. C’est une idée à bas coût qui pourrait redonner du dynamisme à Auteuil avec des journées-soirées spéciales.

L’alcool et la gastronomie, deux points forts de Cheltenham

Au Guinness Village, il y a la musique, mais aussi l’alcool et la gastronomie. Sur ces dates où l’on pourrait inviter des groupes (la réunion du Prix Murat, le week-end du Grand Steeple et celui de l’obstacle), on peut aussi imaginer accueillir un salon des alcools régionaux et nationaux, un autre autour des produits de la gastronomie locale. Et le public se déplaçant pour ces événements pourrait être initié, là encore, aux courses et au jeu. Les groupes de musique et le mariage alcool-gastronomie pourraient être un bon cocktail pour ramener du public aux courses sur des dates précises et retrouver ainsi une ambiance festive.

Rouvrir l’accès aux obstacles

À Cheltenham, on peut traverser la piste entre les courses pour voir les épreuves depuis le centre de l’hippodrome. D’ailleurs, à l’occasion de l’étape de la Crystal Cup, le public se masse à cet endroit pour suivre le cross. L’obstacle est populaire en Angleterre, notamment grâce à son côté spectaculaire. Et le spectacle à Auteuil est produit en particulier par la rivière des tribunes. Le grondement des sabots des chevaux galopant, puis le saut de cet obstacle, demeurent des moments magiques qui ont construit des passions. Raison pour laquelle il pourrait être judicieux de rouvrir l’accès à la rivière des tribunes pour le public… si nos amis de la mairie de Paris nous en donnent le droit ! Auteuil a toujours été populaire pour sa visibilité sur les obstacles et son côté festif sur les pelouses. Même si ces dernières ont disparu, aménager des espaces de visibilité au talus, au gros open-ditch, au rail-ditch et, bien sûr, à la rivière permettrait de mettre en valeur la discipline de l’obstacle et peut-être de créer des vocations. C’est d’ailleurs nécessaire car on ne voit plus grand-chose avec les monticules de terre situés au centre des tribunes.

Et pourquoi pas un défilé de champions le jour du Grand Steeple ?

Le défilé des champions (Retraining of Racehorses) à Cheltenham est devenu un moment privilégié qui lance la première journée du Festival. Big Buck’s, Denman, Kauto Star ou encore Long Run y ont participé et ils ont pu recevoir les applaudissements du public qui, en plus de profiter des champions, peut voir qu’ils se portent très bien après leur carrière en course. En France, des associations pour la reconversion des chevaux de course font un grand travail, à l’image d’Au-delà des pistes ou encore de l’écurie Seconde Chance. Quelques champions passent par leurs mains. Au-Delà des Pistes a déjà organisé un défilé de quelques-uns de ses représentants, comme Cirrus des Aigles. C’était le samedi 27 août à Deauville et ce serait superbe de pouvoir renouveler l’opération lors du week-end du Grand Steeple ou bien celui de l’obstacle. Al Capone II est peut-être un peu trop vieux pour revenir à Auteuil, mais Mid Dancer, Cyrlight, El Paso III ou encore Œil de Maître peuvent retrouver le théâtre de leurs exploits pour recevoir de nouveau les applaudissements qu’ils méritent.

Vers une Betbright Cup à la sauce française ?

Confrontation entre les chevaux anglais et irlandais, la Betbright Cup connaît un grand succès lors du Festival. France Galop a déjà instauré un challenge pour les jockeys lors des deux grands week-ends d’Auteuil. Pourquoi ne pas l’étendre aux entraîneurs, suivant leurs lieux d’installation. On pourrait avoir ainsi des affrontements entre chevaux de l’Ouest, du Sud-Ouest et du Centre-Est, le tout avec des stands de produits des différentes régions, comme lors de la finale du G.N.T. C’est une mayonnaise qui pourrait prendre ! Car la force de l’obstacle, c’est la province, et ces confrontations régionales ramèneraient la convivialité que l’on peut trouver lors des matchs de rugby, par exemple. Le tout agrémenté de paris ante-post avec des cadeaux à gagner, comme cela avait été réalisé pour le Prix d’Amérique. Ce serait un bon moyen de monter en épingle les deux grands événements de l’année en obstacle. D’autant qu’ils seront pour la première fois cette année sous la formule EpiqE Days.