J.P. McManus, le propriétaire qui affole les compteurs de l’obstacle anglo-irlandais

International / 13.03.2017

J.P. McManus, le propriétaire qui affole les compteurs de l’obstacle anglo-irlandais

Ce lundi, les pensionnaires de John Patrick McManus disposent encore de 76 engagements pour le meeting de Cheltenham. Pour la saison irlandaise en cours, ses 227 partants individuels ont gagné 101 courses en 748 départs. Dans le même temps, en Grande-Bretagne, sa casaque a été vue 427 fois en compétition et ses 127 chevaux ont remporté 77 courses !

Ces statistiques sont hors normes et il est certainement celui qui dispose de l’effectif numériquement le plus important en Europe. La saison 2013-2014 fut celle de son record sur les obstacles britanniques avec 121 victoires et 610 courses. L’année suivante, en Irlande, il a gagné 137 épreuves sur 897 sorties !

Cet Irlandais de naissance, qui réside en Suisse, a bâti sa fortune dans le trading sur le marché des changes. Sa première grande victoire a eu pour cadre le Festival de Cheltenham 1982, avec Mister Donovan (Choral Society) dans le Sun Alliance Novices' Hurdle (Gr1). Celui qui fait partie des plus gros parieurs outre-Manche s’est construit un palmarès de prestige en tant que propriétaire sur les obstacles. Mais avant la gloire, ses premiers pas hippiques furent plus modestes.

Des débuts ratés en tant que bookmaker. Il y a quelques jours, McManus a accordé une longue interview à Racing Uk. Au sujet de l’origine de sa passion hippique il a expliqué : « Mes parents aimaient bien miser une pièce de temps en temps. J’ai toujours été intéressé par le jeu. Pendant ma jeunesse, je jouais tous les samedis (…) J’ai commencé à mettre de l’argent de côté pour essayer de devenir bookmaker. J’ai décroché ma licence à l’âge de 21 ans. Au départ je prenais des paris sur les courses de lévriers et les point to point, avant de me lancer sur les hippodromes. Je n’ai pas mis longtemps à mettre la clé sous la porte et il a fallu que je revienne travailler dans l’entreprise de mon père [location d’engins agricoles et de construction, ndlr]. J’avais naïvement pensé qu’il était facile d’être bookmaker. Ce fut une bonne leçon. J’ai appris à être patient et discipliné mais je me suis rendu compte qu’il était bien plus facile de tirer son épingle du jeu en tant que parieur ! »