Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Linamix, une légende tire sa révérence

Élevage / 04.03.2017

Linamix, une légende tire sa révérence

AUX ORIGINES DE…

Linamix, une légende tire sa révérence

 

Par Adrien Cugnasse, journaliste à Jour de Galop

 

Ce vendredi, les Aga Khan Studs ont indiqué dans un communiqué : « C’est avec grand regret que les Aga Khan Studs annoncent le décès de Linamix à l’âge de 29ans. » Une page de l’histoire hippique se tourne. Linamix était un très bon cheval de course, avant d’être un grand étalon. Il était aussi et surtout très connu en France, y compris du grand public.

 

Une popularité rare en France. Ce vendredi, j’ai pris un verre avec des amis qui élèvent des chevaux de sports équestres. J’en ai profité pour leur proposer un "quizz" de culture hippique. Quelles sont les courses au galop que vous connaissez ? Réponse : le Prix de l’Arc de Triomphe, le Prix de Diane et le Prix du Jockey Club. Quelles sont les casaques que vous connaissez ? Réponse : "Aga Khan", "Lagardère", "Al Shaqab". Donnez moi quelques noms de grands étalons pur-sang ? Réponse : Northern Dancer, Saddler’s Wells, Linamix. Sans doute un peu oublié à l’étranger, Linamix est toujours très connu en France, y compris en dehors du cercle des "initiés".

Le fait que son nom soit associé à celui d’un personnage public de l’aura de Jean-Luc Lagardère, son éleveur et premier propriétaire, n’y est certainement pas étranger. Son rachat par Son Altesse l’Aga Khan doit certainement aussi jouer, quand on connaît la popularité de la casaque vert et rouge. Enfin la victoire de son fils Sagamix dans le Prix de l’Arc de Triomphe a indéniablement contribué à inscrire le nom de Linamix au panthéon des courses hippiques françaises.

Linamix dans un paddock des Aga Khan Studs

Un des meilleurs 2ans de sa génération. Au printemps 1989, François Boutin annonce à Jean-Luc Lagardère qu’il a un poulain qui sort de l’ordinaire : Linamix. Tout au long de sa carrière, il va se montrer particulièrement lutteur et courageux. Le fils de Mendez débute par une victoire en septembre 1989 dans le Prix de Fontenoy à Longchamp. Pour sa deuxième sortie, il remporte le Prix La Rochette (Gr3). Très allant, il prend la tête dès le départ et passe le poteau d’arrivée avec moins d’une longueur d’avance sur Jade Robbery (Mr Prospector). Quelques semaines plus tard, il retrouve ce dernier dans le Grand Critérium (Gr1). L’élève de Jean-Luc Lagardère évolue à un train soutenu, empêchant ainsi ses rivaux de l’approcher jusqu’au Pavillon. C’est finalement Jade Robbery qui s’est imposé, de moins d’une longueur, pour ce qui constitue la plus grande mais aussi la dernière victoire de sa carrière. Linamix se classe deuxième de ce Gr1. Il décroche la troisième place d’un palmarès des 2ans français 1989 dominé par Machiavellian (Mr Prospector).

 

Une remarquable saison à 3ans. L’année suivante, Linamix effectue son retour, sous la pluie, dans le Prix de Fontainebleau (Gr3). Il domine Septième Ciel (Seattle Slew) de plus de deux longueurs. Jade Robbery est troisième à cinq longueurs du gagnant. Dans la Poule d’Essai des Poulains (Gr1), en bon terrain, il bat le record jusqu’alors détenu par Kendor (Kenmare) et domine Zoman (Affirmed) de plus de deux longueurs. Dès lors son entourage vise le Derby d’Epsom. Les bookmakers mettent en doute sa capacité à tenir 2.400m mais son entourage y croit. Très tendu, il se classe neuvième. François Boutin a par la suite expliqué qu’il n’avait pas péché par manque de tenue, mais par inadaptation au profil de la piste. En août à Deauville, Linamix échoue à moins d’une longueur de Priolo (Sovereign Dancer) dans le Jacques Le Marois. Au moins de septembre, le Prix du Moulin de Longchamp (Gr1) s’est résumé à un duel entre Linamix et Distant Relative (Habitat), Priolo n’ayant pas réussi à venir menacer ces derniers. Tendu avant la course, Linamix attaqua le premier, comme dans la Poule d’Essai. Pat Eddery sollicita très énergiquement Distant Relative qui décrocha la victoire du minimum et la chronique de l’époque rapporte :  « On le vit changer subitement de rythme et frapper à coups redoublés, à une cadence infernale... Rares doivent être les animaux capables de résister à pareille stimulation, et, en dépit des efforts de Gérald Mossé, et du magnifique courage de l’élève de M. Lagardère, le 4ans britannique conserva le meilleur jusqu’au bout. » Méconnaissable dans les Queen Elizabeth II Stakes (sixième), Linamix termina sa carrière par une belle deuxième place dans les Champions Stakes. Pour cette ultime sortie, son entourage changea de tactique, en voyageant le matin même. Le brouillard anglais compliqua l’atterrissage et le cheval failli ne pas être à l’heure pour prendre le départ ! Toujours vu aux avant-postes, il fit preuve de courage pour essayer de repousser les attaques de la très bonne In the Groove (Night Shift), lauréate de quatre Grs1 (Irish 1.000 Guineas, Coronation Stakes, Champion Stakes et International Stakes).

 

Le coup de poker de Lagardère. Jean-Luc Lagardère avait expliqué à la presse au début des années 1990 : « Je ne l’ai pas vendu (…) J’ai eu des propositions très alléchantes. Linamix est un super cheval (…) Peut-être va-t-il très bien produire ? Je pense qu’avec lui on saura vite. Pour moi, il n’est pas question de ne pas aller au bout des choses (…) Je m’oblige à lui donner toutes les chances de réussir. » Jean-Luc Lagardère fit donc le pari de Linamix. Au point d’acheter des poulinières spécialement pour lui. Après plusieurs échecs dans le domaine de l’étalonnage (Bikala, Bolkonski, River River, Hellios…), cette stratégie suscita un certain scepticisme. Et ce d’autant plus que les origines de son étalon n’étaient pas forcément des plus attirantes. Mendez (Bellypha), son père, un gagnant du Prix du Moulin de Longchamp (Gr1), n’a fait qu’une saison en France avant d’être exporté au Japon. Linamix est son seul descendant ayant atteint le niveau Gr1. Breton (Relko), son père de mère, est mort à l’âge de 6ans. Il n’a laissé qu’une poignée de produits en trois saisons de monte dont plusieurs éléments de valeur. Son ascendance maternelle était par contre plus attrayante. Sa mère Lunadix (Breton), troisième du "Sandringham" était une jument bien faite, avec du cadre. Lors de l’entrée de son fils au haras, elle pouvait se prévaloir de la maternité de Long Mick (Gay Mecene), le meilleur 2ans de la saison 1983 en France. Lutine (Alcide), la deuxième mère de Linamix, était une fille d’Alcide (St Leger et "King George"), acquise 6.600 Guinées en 1969 à Newmarket. Elle s’était classée troisième des 1.000 Guineas Trial Stakes. Lutine fut une acquisition déterminante pour Jean-Luc Lagardère, mais lorsque Linamix entra au haras, Luna Wells ("Saint-Alary"), Luazur (placé de Gr1 aux Etats-Unis), Luna Kya (Prix de Psyché)… n’étaient pas encore "sortis".

 

   Lyphard
  Bellypha 
   Belga
 Mendez  
   Caro
  Miss Carina 
   Miss Pia
LINAMIX   
   Relko
  Breton 
   La Melba
 Lunadix  
   Alcide
  Lutine 
   Mona

 

Des débuts difficiles au haras. David Powell a écrit en 1996 au sujet du gris : « Dès lors qu’un cheval s’est montré performant au meilleur niveau, celui lui donne le droit de transmettre cette qualité propre : le pedigree ne constitue que l’archive de la race. » Roland de Longevielle fut le manager des activités hippiques de Jean-Luc Lagardère. Il expliquait en 1998 : « Cela n’a pas été facile de vendre des saillies. On ne peut pas dire que le cheval a été très bien accueilli par les éleveurs français (…) Heureusement le Prince Abdullah et Son Altesse l’Aga Khan font régulièrement appel à ses services (…) Conséquence, Jean-Luc, qui comptait mettre sept à huit juments à Linamix, lui en a mis trente (…) C’est un risque considérable avec un étalon non confirmé. » Au-delà de son ascendance, Linamix fut desservi par un prix de saillie relativement élevé eu au départ et par le fait que ses descendants n’étaient pas tous des très beaux poulains aux aplombs parfaits. S’ils n’avaient pas tous hérités d’une plastique irréprochable, ses poulains avaient par contre souvent l’énergie, courage et la ténacité de leur géniteur. Et ils n’ont pas tardé à le prouver en piste.

 

De la casaque de plomb à la casaque de plume. Roland de Longevielle expliquait en 2008 : « Jean-Luc a acheté son premier yearling en 1967, Reine des Sables (…) sa petite-fille Resless Kara, lui offrira le Prix de Diane en 1988. Mais avant ce succès l’écurie a longtemps végété (…) Il investissait énormément et avait peu de retour (…) Quand je suis arrivé à ses cotés en 1985, la casaque Lagardère c’était un peu la casaque de plomb (…) Il commençait à douter de l’avenir de son écurie (…) Je lui ai fait part des réflexions de François Mathet, un de mes maîtres à penser (…) Nous avons renouvelé le stock de la jumenterie, encouragé par le succès de Resless Kara (…) Un ballon d’oxygène qui nous a fait beaucoup de bien (…) Linamix c’est un rêve d’éleveur et un tournant financier (…) Dès sa première production, il a fait un gagnant de Gr1, Miss Satamixa (…) À partir de ce moment-là, tout a été plus facile. » Pendant longtemps, Linamix fut le meilleur représentant et élève de la casaque Lagardère, le "Diane" de Resless Kara ayant fait l’objet d’un certain nombre de discussion. L’étalon gris a considérablement étoffé le palmarès de son éleveur et propriétaire. Confiés à François Boutin et André Fabre, les "Linamix" n’ont pas tardé à faire parler d’eux.

 

 

LES GAGNANTS DE GR1 ISSUS DE LINAMIX

Linamix est le père de 137 chevaux de stakes dont 13 lauréats de Gr1, 42 gagnants de Groupe et 31 lauréats de Listed. Outre les victoires de ci dessous, on se souviendra aussi de Hathrah (3e des 1.000 Guinées), Cherry Mix (2e de "l’Arc"), Walkamia (3e de "l’Opéra"), Visorama (3 e du Grand Prix de Saint Cloud), Millemix (2 e du "Lupin")…

 

Année de naissance

Cheval (Sexe)                                         Victoire(s) au niveau Gr1                                                            Éleveur

 

1992

Miss Satamixa (Femelle)                      Prix Fresnay le Buffard Jacques Le Marois (1.600m)                  Lagardère Élevage

 

1994

Fragrant Mix (Mâle)                            Grand Prix de Saint-Cloud (2.400m)                                            Lagardère Élevage

 

1995

Sagamix (Mâle)                                    Prix de l'Arc de Triomphe (2.400m)

 

1996

Amilynx (Mâle)                                     Prix Royal Oak (3.100m) - 2 fois                                                 Lagardère Élevage

Gran Premio del Jockey Club (2.400m)

 

Slickly (Mâle)                                       Grand Prix de Paris (2.000m)                                                       Lagardère Élevage

Prix du Moulin de Longchamp (1.600m)

Premio Vittorio di Capua (1.600m) – 2 fois

Premio Roma (2.000m)

 

1997

Goldamix (Femelle)                               Criterium de Saint-Cloud (2.000m)                                              Wertheimer et Frère

 

1998

Vahorimix (Mâle)                                 Dubai Poule d'Essai des Poulains (1.600m)                                 Lagardère Élevage

Prix Fresnay le Buffard Jacques Le Marois (1.600m)

Fair Mix (Mâle)                                    Prix Ganay (2.100m)                                                                    Lagardère Élevage

 

2001

Cherry Mix (Mâle)                               Rheinland-Pokal Stadtsparkasse Kolnbonn (2.400m)                  Lagardère Élevage

Reefscape (Mâle)                                  Prix du Cadran Casino les Princes Barriere (4.000m)                   Juddmonte

 

2003

Carlotamix (Mâle)                                Criterium International (1.600m)                                                 Lagardère Élevage

 

2005

Alpine Rose (Femelle)                           Darley Prix Jean Romanet (2.000m)                                            Son Altesse l’Aga Khan

 

2006

Manighar (Mâle)                                  BMW Stakes (2.400m)                                                                Son Altesse l’Aga Khan

Dubai Australian Cup (2.000m)

Ranvet Stakes (2.000m)

 

 

LES DATES CLÉS DE LA CARRIÈRE D’ÉTALON DE LINAMIX

 

dates clés linamix

 

 

Une influence considérable sur l’élevage français. Linamix fut tête de liste des pères de gagnants en France en 1998 et en 2004 et dix fois dans les cinq meilleurs de ce classement. Il compte 766 produits enregistrés en France et 27 d’entre eux ont fait la monte dans l’hexagone. Son influence sur l’élevage français est considérable. Au classement des étalons les plus utilisés en France en 2015, on trouve quatre descendants de Linamix dans le top 10 (Martaline, Montmartre, Kendargent et Rajsaman). Ses filles se sont aussi révélées être de remarquables poulinières, produisant notamment les lauréats de Gr1, Clodovil, Valyra, Blue Bunting, Rosanara, Montmartre, Natagora, Muhaarar, Vazirabad, Valixir

 

Les dernières années au Aga Khan Studs. Un jour de mars 2005, la nouvelle est tombée : l’Aga Khan a acheté tout les chevaux de l’effectif Lagardère, deux ans après la disparition du président qui avait bâti France Galop. Cette opération comptait 222 chevaux, dont 74 à l’entraînement, 62 poulinières, 42 yearlings et 43 foals. En 2007, Linamix fut retiré de la monte et il profité de neuf années de retraite au sein des Aga Khan Studs. L’intégration des courants de sang Lagardère (Siyouni, Sageburg, Ashalanda, Manighar, Valyra, Vazira…) et de Linamix en particulier fut une réussite. L’étalon gris a donné des gagnants de Gr1 à l’élevage princier mais également plusieurs mères de lauréats à ce niveau… et ce n’est sans doute pas fini !