PRIX VENTRILOQUE - Follow me Soldier, de Pau à Auteuil après un détour en Angleterre

Courses / 12.03.2017

PRIX VENTRILOQUE - Follow me Soldier, de Pau à Auteuil après un détour en Angleterre

AUTEUIL, DIMANCHE

 

Follow me Soldier (Soldier of Fortune) a signé des débuts victorieux à Auteuil en remportant plaisamment le Prix Ventriloque. Le pensionnaire et représentant d’Arnaud Chaillé-Chaillé a longuement attendu avant de se rapprocher dans le tournant final. Après le saut de la dernière haie, alors qu’il était en pleine piste, il a penché pour aller chercher l’appui du rail extérieur et finalement s’imposer de huit longueurs devant Défi d’Oudairies (Vision d’État), venu prendre une longueur et demie à Dragon d’Estruval (Enrique).

Follow me Soldier confirme à Auteuil les moyens qu’il avait laissé entrevoir à Pau. Pour sa première sortie, cela ne s’était pas bien goupillé : il avait été gêné à la première haie et n’avait pas pu éviter la chute. Il avait ensuite ouvert son palmarès facilement dans un Prix de Bidart, tout en se montrant immature. Après cela, Follow me Soldier a tenté sa chance en Angleterre, non pas sur les claies mais sur les rings, à l’occasion de la vente de janvier, à Cheltenham, de Tattersalls Irlande. Il a été racheté 100.000 €. Notons que Follow me Soldier était confié à Olivier d’Andigné, âgé de dix-huit ans. Auparavant gentleman-rider – il a gagné le Prix Duc d’Alburquerque en 2016 avec Polidam –, il est passé professionnel au début de l’année 2017. C’est sa première victoire à Auteuil en tant que professionnel.

Un descendant d’Alexandrie. Élevé par Pierre-Christian Galiote, P. Blake et R. O'Dywer, Follow me Soldier est un fils de Soldier of Fortune et de Ringshaan (Darshaan), gagnante en plat et ayant donné cinq gagnants. La deuxième mère, Ring Beaune (Bering), a donné Special Ring (Nureyev), double gagnant de Gr1 aux États-Unis, Célébrissime (Peintre Célèbre), double gagnant du Prix Altipan (L), mais aussi des Prix de Saint-Patrick et Tantième (Ls). La troisième mère n’est autre qu’Alexandrie (Val de l’Orne), qui a donné le remarquable Poliglote (Sadler’s Wells).