LE BLOC-NOTES DE CHRISTOPHER GALMICHE - Quinze jours d’obstacles à la loupe

Courses / 15.04.2017

LE BLOC-NOTES DE CHRISTOPHER GALMICHE - Quinze jours d’obstacles à la loupe

LE BLOC-NOTES DE CHRISTOPHER GALMICHE

Quinze jours d’obstacles à la loupe

Que peut-on détacher dans le monde de l’obstacle ces quinze derniers jours ? C’est à cette question que nous avons voulu répondre en lançant notre nouvelle rubrique (qui sera hebdomadaire) sur ce qu’il faut retenir de l’actualité des courses d’obstacle.

 

Martinstar, bon sang ne saurait mentir. La réunion du 1er avril à Auteuil a mis en lumière quelques bons éléments comme Martinstar (Martaline) dans le Prix de Saint-Maixent. Pour ses débuts en steeple, le petit frère du champion Milord Thomas (Kapgarde) a démontré qu’il était capable de faire honneur à son origine. Ce jour-là, il était le seul débutant sur les gros obstacles. Il a fait quelques petites fautes et a mis un peu les freins devant le gros open ditch. Mais ça ne l’a pas empêché de gagner, ce qui signifie qu’il a de la marge. En haies, Martinstar a montré des moyens, finissant deuxième du Prix Achille-Fould (L), une performance qui lui a fermé un peu le programme dans cette discipline. Son avenir est sur le steeple. À 5ans, il est tout neuf et doit pouvoir atteindre le niveau Groupe. Quoi qu’il en soit, les deux produits de Star d’Avril (Phantom Breeze) vus en piste galopent. Et nous avons déjà hâte de voir les deux derniers, Another Man (Kapgarde), un yearling et Kapstar (Kapgarde), un 2ans, tous deux propres frères de Milord Thomas.

 

Edward d’Argent, meilleur 4ans au provisoire. Le 1er avril également, toujours à Auteuil, Edward d’Argent (Martaline) a enlevé le Prix Fleuret (Gr3), son troisième Groupe après les Prix Congress (Gr2) et Duc d’Anjou (Gr3). C’était son premier test sur 4.400m et certains avaient l’espoir de le battre sur cette distance. Mais, même sous 70 kilos, Edward d’Argent a fait comme à son habitude. Il a attendu, il s’est rapproché plus tôt et a pris la tête dès l’entrée de la ligne droite. Il a réalisé une nouvelle démonstration. Edward d’Argent saute à la perfection, ne tire pas et sait accélérer. Sous certains aspects, il rappelle Storm of Saintly (Saint des Saints). La conservation du trône de meilleur steeple-chaser de 4ans paraît largement dans ses cordes, même si Dalko Morivière (Balko) se rapproche. C’est une première étape en attendant de guerroyer contre les chevaux d’âge puisqu’il a la carrure d’un cheval de Grand Steeple.

 

 

Bon Augure, le retour d’un guerrier. Le 1er avril à Auteuil a aussi été marqué par la belle victoire de Bon Augure (My Risk) dans le Prix Air Landais. Le pensionnaire d’Adrien Lacombe est un vrai champion, avec le mental qui va avec. Il s’impose pour son premier essai sur 4.400m. Après sa grave blessure, il est apparu plus relâché en course, et gagne brillamment, sans puiser dans ses réserves. Engagé dans le Prix William Head (L), dans lequel il pourrait découvrir le rail ditch, il passera un test. Bon Augure peut le réussir et devenir la nouvelle star d’Auteuil. Il le mérite et son entourage aussi !

 

Un Envoyé Spécial de grande classe. Envoyé Spécial (Coastal Path) a fait forte impression lors de ses débuts victorieux dans le Prix du Brévent. Grand poulain, taillé pour le steeple, il est annoncé presque aussi bon, voire peut être meilleur que sa grande sœur De Bon Cœur (Vision d’État). Le 4 avril à Compiègne, il a laissé son dauphin à vingt longueurs. Il a un rythme de croisière qui a mis ses rivaux dans le rouge. Nous avons hâte de le revoir, certainement à l’automne, comme son entraîneur François Nicolle nous l’a annoncé. Car il est pour le moment le meilleur poulain de 3ans vu ce printemps sur les obstacles. Sa famille n’a pas fini de briller puisque De Bon Cœur s’est imposée dans le Prix de Pépinvast (Gr3), le 8 avril, en battant le record de l’épreuve. Même Richard Chotard, entraîneur de sa dauphine D’Vina (Smadoun), a salué le style de sa victoire : « De Bon Cœur est une machine ! » La route du Prix Alain du Breil (Gr1) paraît complètement dégagée pour De Bon Cœur. Santa Bamba (Saint des Saints), la mère, a réalisé un sans-faute avec ses deux premiers produits. Cette gagnante des Prix Duc d’Anjou (Gr3) et Jean Stern (Gr2) a également donné Fondateur (Vision d’État), un propre frère de De Bon Cœur. Il est âgé de 2ans et devrait passer sur le ring d’Arqana cette année. Les acheteurs sont prévenus…

 

Brut Impérial, pour célébrer une belle histoire. Grâce à Brut Impérial (Le Fou) l’aventure de l’Écurie Sagittaire est exceptionnelle. Denis Peltier, le patron du restaurant Le Brandevin, est l’un des copropriétaires du cheval. Leur réussite est une excellente publicité pour les courses et le propriétariat. C’est l’histoire d’une aventure d’une belle bande d’amis autour d’un cheval qui se révèle être bon… c’est-à-dire l’inverse d’un film de mauvais goût comme Turf ! Après avoir offert à ses propriétaires un premier succès à Auteuil, qui lui a valu une photo historique devant Le Brandevin, Brut Impérial a remporté le 4 avril à Compiègne sa première victoire de prestige en arrachant le Prix Journaliste (L). Cette ancienne épreuve phare d’Enghien a réuni le même type de chevaux à Compiègne. On y retrouve des chevaux qui ont besoin d’un tremplin et d’autres qui en font un objectif. La réussite de Brut Impérial est aussi à mettre au crédit de son entraîneur, Donatien Sourdeau de Beauregard, et de son équipe. Ils ont réussi à façonner un cheval qui était compliqué pour en faire un très bon élément.

 

Virtus d’Estruval, le roi du cross de Fontainebleau. Avec Kick On (Poliglote), Virtus d’Estruval (Panoramic) est le meilleur cheval de cross vu en France au cours des quatre premiers mois de l’année. Maniable, réagissant au bouton et sautant juste, le sauteur de Bernard le Gentil a remporté le Grand Cross de Fontainebleau le 5 avril. Sur ce même parcours, il avait gagné un Grand Cross de Compiègne délocalisé. En France, il va falloir compter sur lui, mais pas seulement, car il pourrait être redoutable dans toutes les épreuves du Crystal Cup, y compris à l’étranger.

 

Du côté des pouliches de 3ans. Envoyé Spécial (Coastal Path) a causé la plus forte impression chez les mâles. Du côté des femelles, plusieurs éléments ont séduit, sans pour autant que l’on puisse en détacher une. Avec deux victoires, dans les Prix Auricula et Champoreau, Santa Adelia (Smadoun) est la logique et provisoire leader de sa promotion. Elle a gagné dans deux styles différents et devrait confirmer son leadership ce printemps. Mais des pouliches comme Gold Filly (Martaline), brillante lauréate du Prix Géographie ou encore Ca Marche (Martaline) qui a débuté victorieusement sur les haies de Fontainebleau, peuvent contester sa supériorité. Ça Marche est la sœur d’On the Go (Kamsin), gagnant du Prix Stanley (L) et deuxième du Prix Aguado (Gr3) au premier semestre de ses 3ans. Sa mère, Sacral Nirvana (Mansonnien), avait bien fait à 3ans également. Ça Marche a donc la précocité dans ses gênes. Gold Filly est elle aussi bien née et devrait progresser tout au long de la saison.

 

La double casquette de Nicolas de Lageneste. Conjuguer l’entraînement et l’élevage n’est pas une sinécure. Mais Nicolas de Lageneste le fait à la perfection. Sous la casquette d’éleveur, sa principale, il s’est distingué grâce à De Bon Cœur (Vision d’État), Envoyé Spécial (Coastal Path) et bien sûr D’Entrée de Jeu (Network). En plus d’être son élève, cette dernière est aussi sous son entraînement. Invaincue en deux sorties cette année, cette fille de Network est une sérieuse prétendante aux Groupes pour femelles. Elle pourrait peut-être offrir à Nicolas de Lageneste sa première victoire black type en tant qu’entraîneur.