Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

LE BLOC-NOTES DE FRANCO RAIMONDI - Contes de la folie extraordinaire

Courses / 19.04.2017

LE BLOC-NOTES DE FRANCO RAIMONDI - Contes de la folie extraordinaire

 

Chaque début de semaine, Franco Raimondi vous ouvre désormais son bloc-notes. Un carnet précieux, dans lequel il consigne les bonnes… et moins bonnes impressions de la semaine écoulée !

L’élevage est magique. Alan Cooper, manager de la famille Niarchos, a raison. Dimanche à Chantilly, la célèbre casaque gros bleu, croix de Saint-André bleu clair, représentée sur l’hippodrome par Electra, la petite-fille du patriarche, Stavros Niarchos, a gagné le Prix de la Grotte - Étalon Kendargent (Gr3) avec Senga (Blame) et le Prix du Mont-Cenis (Inédits) avec Ratiocination (Excelebration). Au sein de l’élevage Niarchos, la pouliche, nièce du précité, représente la cinquième génération de sa famille et est aussi la 20e gagnante de Groupe de cette souche implantée depuis 1983, lorsque la quatrième mère, Coup de Folie (Halo), fut achetée pour 825.000 $ en juillet à Keeneland.

Keeneland 1983, 23 lots millionnaires. Pour la première fois, en 1983, la vente de Keeneland avait dépassé les 150 millions de dollars de chiffre d’affaires et un prix moyen de 500.000 $. Snaafi Dancer (Northern Dancer) fut adjugé 10,2 millions de dollars et 23 lots avaient fait afficher plus d’un million de dollars. Ces records tomberont l’année suivante mais ce fut tout de même une vente historique. Coup de Folie fut en fait un coup de sagesse. Sept pouliches furent payées plus qu’elle, dont la grande championne Triptych (Riverman) adjugée pour 2.150.000 $ à Horse France.

Trente-quatre ans se sont écoulés depuis cette vente. Coup de Folie a engendré (directement ou par l’intermédiaire de ses filles) 8 lauréats de Gr1 : Bago (Nashwan),  Coup de Génie (Mr Prospctor), Denebola (Storm Cat), Emollient (Empire Maker), Exit to Nowhere (Irish River), Machiavellian (Mr Prospector), Maxios (Monsun) et Way of Light (Woodman). Le plus vieux est Machiavellian, né en 1987 ; la plus jeune est Emollient, née en 2010 à Juddmonte Farms, la seule qui n’ait pas couru pour la casaque Niarchos.

39 chevaux à l’entraînement en France. Flaxman Stables Ireland, l’un des noms des écuries de course Niarchos, a enregistré cette année 3 victoires en 4 sorties, avec 4 chevaux différents. D’après le site de France Galop, Flaxman Stables Ireland compte 19 chevaux à l’entraînement dans l’Hexagone, en plus des 20 enregistrés sous le nom Succession Stavros Niarchos, dont Light Pillar (Galileo), qui a gagné à Argentan pour l’entraînement d’André Fabre. Ce dernier compte chez lui trois autres sujets des deux entités.

Les autres entraîneurs de la famille sont Pascal Bary (17), Francis-Henri Graffard (11), Philippe Sogorb (4), John Hammond, Rodolphe Collet et Freddy Head. Les trois derniers ont tous reçu un 2ans. Le dernier titre de Champion Owner en France de la casaque remonte à 2004, l’année de l’Arc de Bago. Au cours des dix dernières années, le meilleur classement de la casaque fut sa huitième place au palmarès des propriétaires en 2013. L’armada Niarchos n’a plus la quantité pour peser dans la lutte pour la tête de liste mais elle est encore très compétitive.

Les cinq grands et leurs écarts. Nous avons effectué un petit jeu sur les écarts en prenant comme repères les années qui se sont écoulées depuis la dernière victoire dans les grandes courses (les quatre classiques, plus l’Arc, le Lagardère, le Marcel Boussac et le Jacques Le Marois). Seules cinq écuries encore actives ont remporté ces huit Grs1. Khalid Abdullah détient l’écart total le plus réduit : 50. La course dans laquelle il a le retard le plus important est le Prix de Diane Longines, remporté par Nebraska Tornado (Storm Cat) en 2003. Godolphin vient ensuite avec un écart total de 64 et un écart de 16 concernant la Poule d’Essai des Poulains, remportée en 2000 par Bachir (Desert Style). La casaque Niarchos se classe troisième avec 77 et attend une victoire dans le Prix du Jockey Club depuis le succès de Sulamani (Hernando) en 2002. Les Wertheimer sont à 92, un écart alourdi par le passage à vide dans la Poule d’Essai des Pouliches, gagnée en 1978 par Dancing Maid (Lyphard).  C'est presque la même chose pour l’écurie de Son Altesse l’Aga Khan. Le dernier succès dans le Jacques Le Marois remonte à 1973, avec Kalamoun (Zeddaan). C’est pour cela que l’écart total s’élève à 97.

Le syndrome Snaafi Dancer. Le nom de Snaafi Dancer provoquait des sourires et les gens touchaient du bois en le prononçant. C’est la malédiction du top price. Snaafi Dancer était devenu synonyme de l’achat bidon. Les top prices m’ont toujours inspiré beaucoup de sympathie. Ce n’est pas de leur faute si tout le monde attend monts et merveilles de ces poulains et pouliches bien nés, très beaux, sans défaut et qui se déplacent comme des athlètes. Il ne faut pas oublier qu’ils ne sont pas encore des athlètes quand ils passent sur le ring de vente… Dimanche, on a vu débuter Parabellum (Dubawi), le yearling le plus cher de tous les temps à Deauville. Le cheikh Mohammed l’a payé 2.600.000 €. Il est devenu, bien sûr, un magnifique 3ans, mais au rond de présentation comme en piste, tout le monde lui cherchait un défaut. Il a été battu mais je ne lui ai pas trouvé de défaut. Au contraire, je suis devenu son supporter.

Top price : les pouliches à l’honneur. L’obsédé des statistiques que je suis ne pouvait pas passer à côté d’une étude sur les top prices en Europe. Elle est basée sur les top prices, désormais âgés de 3ans et plus, achetés depuis 2006 aux trois ventes majeures : Tattersalls octobre, Arqana août et Goffs Orby. Le chiffre d’affaires s’élève à 26.855.000 € et 20.800.000 Gns pour 31 top prices, car à Tattersalls, en 2008, deux yearlings furent payés 650.000 Gns. Parmi ces tops, 20 ont coûté plus d’un million d’euros ou de Guinées et leur prix moyen avoisine les 1,75 million d’euros.

L’approche des acheteurs a beaucoup changé par rapport à l’époque de Snaafi Dancer. L’objet de leur désir s’est porté sur les pouliches de grande naissance, qui gardent toujours une valeur résiduelle même si leur carrière est décevante. Les mâles n’ont fait le top price que 10 fois, alors que les femelles l’ont réalisé à 20 reprises. L’étalon avec le plus de top price est bien sûr Galileo (Sadler’s Wells), qui en compte 11, alors que Dubawi (Dubai Millennium) est à 4. Sadler’s Wells (Northern Dancer) et Montjeu (Sadler’s Wells) en ont 3 chacun. Coolmore est le leader des acheteurs avec 10 top prices. Godolphin est à 4, le cheikh Hamdan et Al Shaqab sont à 2.

Was, lauréate des Oaks, la meilleure. Le plus intéressant est évidemment de découvrir les résultats en piste de ces top prices. Dix-sept sont gagnants, mais mieux vaut se pencher sur ceux qui ont gagné ou pris des places dans les Groupes. On arrive à un joli score de 10 sujets. Was (Galileo), achetée par Coolmore pour 1,2 million de Guinées en 2010, a gagné les Oaks. Ol’Man River (Montjeu & la championne Finsceal Beo) n’a pas tenu les promesses après son succès dans les Beresford Stakes (Gr2) à 2ans. Age of Aquarius (Galileo) avait remporté son Gr3 avant de terminer deuxième dans le Grand Prix de Paris et dans l’Ascot Gold Cup (Grs1). Berling (Montjeu) a eu son jour de gloire dans un Gr3 au Danemark après castration et déplacement en Scandinavie.

Parmi ces 4 lauréats de Groupe, une seule est donc un investissement profitable : Was. Quatre autres femelles ont ajouté du black type à leur page de catalogue. Al Naamah (Galileo), la célèbre pouliche à 5 millions de Guinées, n’est pas arrivée à gagner un Groupe mais elle a pris la deuxième place du Prix Cléopâtre (Gr3). C’est propre sœur de Was et elle peut devenir une jument de base de l’élevage d’Al Shaqab. L’achat du cheik Joaan, jugé comme un coup de folie, peut se transformer en Coup de Folie. Les autres sont Irish History (Dubawi), payée 950.000 € à Goffs en 2010, troisième des Coronation Stakes (Gr1), Famous (Danehill Dancer), cédée 1.000.000 € à la vente irlandaise en 2008, deuxième des Moyglare Stud Stakes (Gr1), et Rasmeyaa (New Approach), adjugée 350.000 € à Goffs en 2011, placée de Gr3 et poulinière à Shadwell.

Tocco d’Amore et de folie. Les trois top price aux ventes 2015, en plus de notre ami Parabellum, furent deux pouliches. De la première, par Dubawi et Loveisallyouneed, on ne connaît que le prix (2,1 millions de Guinées), le nom (Veruschka) et le fait qu’elle était à l’entraînement en 2016 chez David Wachman. L’autre est Tocco d’Amore (Raven’s Pass), achetée pour 2 millions d’euros à Goffs par Moyglare Stud.

Ses débuts à Naas, il y a dix jours, ne sont pas passés inaperçus. La pensionnaire de Dermot Weld a laissé un bon lot de mâles à 6 longueurs. Tocco d’Amore devrait aller sur les Blue Wind Stakes (Gr3) avant d’attaquer soit les Oaks, soit les Irish Oaks. Acheter une fille de Raven’s Pass pour presque 20 fois le prix moyen des yearlings par cet étalon paraissait un coup de folie… Ou un Coup de Folie.