Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le mot de la fin - Équilibre

Autres informations / 30.04.2017

Le mot de la fin - Équilibre

 

Plusieurs fois, dans ces colonnes, nous avons eu l’occasion de noter que la France des courses était une France en petit. Que les arbitrages qui nous attendent, en particulier lorsqu’il s’agit de réviser à la baisse les encouragements, ressemblent aux enjeux qui attendent la "grande" France.

Le second tour de l’élection présidentielle le confirme, une fois de plus. Le choix qui nous sera donné dimanche prochain ressemble à celui qui est actuellement soumis aux administrateurs de France Galop : pour caricaturer, faut-il, comme le suggère le Front National, privilégier le protectionnisme national ; ou bien faut-il, toujours pour caricaturer, comme le propose En Marche, choisir l’ouverture sur le monde.

Chez nous, c’est-à-dire dans les courses, voulons-nous renforcer les "FR", jusqu’à interdire à tout autre suffixe d’être présenté en ventes publiques sur notre sol ; ou faut-il jouer la carte internationale, en favorisant le brassage entre "FR", "IRE" et "GB" ?

En toute objectivité, les deux approches ont chacune leurs avantages. D’une part, la défense à tout prix du "FR", chère à Marine Le Pen, coule de source, mais est aussi porteuse de nécrose, parce que le pur-sang est une race mondiale et parce que l’AQPS s’exporte très bien. D’autre part, le libéralisme raisonnable, cher à Emmanuel Macron, correspond à la réalité du monde dans lequel nous vivons, mais est aussi porteur de craintes, notamment quand on juge la fiscalité très avantageuse dont profite l’Irlande depuis des années.

La vérité, celle que nous défendons à Jour de Galop, est entre les deux : oui il faut favoriser les "FR" et non, il ne faut pas se couper des investissements étrangers et de la concurrence qu’ils sous-entendent. Il nous faut, d’une part, défendre les primes aux propriétaires et d’autre part, laisser les "IRE" et autres "GB" accéder à nos rings de vente et à nos courses. Notre chance est de pouvoir réaliser ce grand écart, qui porte le sage nom d’équilibre.