Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Le mot de la fin : légende

Autres informations / 09.04.2017

Le mot de la fin : légende

Le mot de la fin : gende

Il y un siècle, jour pour jour, Vincent O’Brien voyait le jour dans une Irlande rurale appauvrie par la guerre. Après avoir démarré en bas de l’échelle, avec des lévriers puis des chevaux de petite qualité, il s’impose rapidement comme l’un des meilleurs entraîneurs de l’histoire de l’obstacle anglo-irlandais. Dans les années cinquante, il décide pourtant de passer au plat. Sa décision apparait alors comme improbable. Mais les succès s’accumulent et on le considère rapidement comme l’un des meilleurs. Il a remporté six Derby d’Epsom et trois Prix de l’Arc de Triomphe. Non seulement il est un grand entraîneur, mais il se révèle aussi être un acheteur exceptionnellement doué. Au début des années quatre-vingt, O’Brien jette son dévolu sur un yearling issu d’un jeune étalon nommé Northern Dancer. Deux ans plus tard, ce poulain, Nijinsky, se révèle être un crack. O’Brien fait acheter des produits de Northern Dancer à tous ses propriétaires et c’est grâce à leurs succès que ce courant de sang part à la conquête des pedigrees du monde entier. Parmi les découvertes de O’Brien, il y a Sadler’s Wells, mais aussi son futur beau-fils John Magnier ! Vincent O’Brien est mort en 2009, mais son héritage est plus fort que jamais au travers de la réussite de Coolmore.