Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

Disparition de Cape Cross

Courses / 21.04.2017

Disparition de Cape Cross

Disparition de Cape Cross

Retraité en début d’année 2016 de ses devoirs d’étalon, Cape Cross s’est éteint à l’âge de 23ans. Darley a annoncé la nouvelle ce vendredi matin. L’étalon a dû être euthanasié à la suite de complications dues à l’âge. Joe Osborne, manager de Godolphin en Irlande, a expliqué : « Il a fait intégralement partie des histoires de Godolphin et Darley, et de l’histoire de Kildangan. Il a été notre premier grand succès comme étalon. Il a été tête de liste des étalons de première production, ayant tout de suite un grand impact, et il a produit une série de chevaux exceptionnels qui ont marqué de leur empreinte quelques-unes des plus grandes courses du monde. Comme individu, c’était le chef. Il fallait faire comme il le désirait. »

 

Un destin hors du commun. Rien ne prédestinait Cape Cross à devenir un tel cheval de course et étalon. Tout d’abord entraîné par John Gosden, il a couru deux fois à 2ans, se classant bon quatrième pour ses débuts au mois d’août, avant d’ouvrir son palmarès le jour des Champagne Stakes. À 3ans, toujours chez John Gosden, il se classe bon troisième des Craven Stakes – qui n’étaient pas Groupe à l’époque – pour sa rentrée, puis conclut huitième des 2.000 Gns. Il est en piste le jour des King George VI and Queen Elizabeth Stakes… Dans une course de cavalières où il ne gagne pas ! John Gosden l’envoie alors à Goodwood pour remporter une course à conditions, et onze jours plus tard, à Sandown, bien que grand favori, il échoue à la deuxième place. Malgré ce revers, son entraîneur pense toujours avoir un cheval de Groupe. Le Celebration Mile, en août à Goodwood, apparaît comme une bonne cible. Cape Cross s’impose… avant d’être rétrogradé à la quatrième place ! Frankie Dettori écope alors d’une suspension de cinq jours qui, au final, lui coûtera la Cravache d’Or…

Cape Cross quitte les boxes de John Gosden sur cet échec. Il aurait pu devenir un cheval de Dubai World Cup, mais le dirt n’était pas vraiment son truc : deuxième dans l’Al Maktoum Challenge (Round 2), cinquième bien battu dans le Nad Al Sheba Mile, l’ancêtre du Godolphin Mile. Cape Cross est alors rétrogradé dans l’équipe des leaders Godolphin.

Lorsqu’il effectue sa rentrée, à la mi-mai, dans les Lockinge Stakes (Gr1), comme cheval de jeu de Kahal (Machiavellian), il fait le job… et même trop bien, en remportant le Gr1 de Newbury de bout en bout, Cape Cross a en quelque sorte "volé" un Gr1 et ses résultats suivants sont là pour le prouver : cinquième des Queen Anne Stakes, troisième d’un Jacques Le Marois assez moyen, quatrième des Queen Elizabeth II Stakes et neuvième du Breeders’ Cup Mile.

Après une troisième place à distance de Lend a Hand sur le dirt de Nad Al Sheba, Cape Cross se présente au départ des Queen Anne Stakes, à Royal Ascot. Il n’est pas un leader, mais le second couteau de Godolphin. Dans les cinquante derniers mètres, il est revenu s’imposer. Les Queen Anne Stakes étaient encore un Gr2 à cette époque, mais cette victoire, une vraie, lui ouvre les portes du haras. Avant de tirer sa révérence, il gagne le Celebration Mile et termine sixième du Woodbine Mile (Gr1), au Canada.

 

Ouija Board, Sea the Stars, Golden Horn. Cape Cross a commencé sa carrière d’étalon à Kildangan Stud, en Irlande. À un tarif de 8.000 livres, il ne pouvait pas espérer un carnet de bal de vedette. Son pedigree était assez attrayant, même si Green Desert n’était pas encore le père de pères qu’il est devenu. Sa mère, Park Appeal, par Ahonoora, a remporté les Moyglare Stud Stakes et les Cheveley Park Stakes (Grs1) avant d’être achetée par le cheikh Mohammed. Elle a été plus décevante à 3ans et a été envoyée à 4ans aux États-Unis, où elle a réussi à gagner une petite course de Stakes à Hollywood Park.

Ses premiers yearlings furent bien accueillis par le marché en 2002 et sa deuxième production confirmait ces chiffres. Tout étalon a besoin d’un vrai fer de lance. Pour Cape Cross, ce fut Ouija Board, issue de sa première année de monte. La dame de fer a réalisé le doublé Oaks & Irish Oaks, terminant sa saison 2004 par une victoire dans le Breeders’ Cup Filly & Mare Turf au Texas. Au haras, Ouija Board a déjà réussi sa mission : croisée à Galileo, elle a donné le gagnant de Derby d’Epsom Australia. En 2005, Darley décide d’arrêter la double saison de monte pour Cape Cross, dont cinq des gagnants de Gr1 étaient issus de ses deux premières générations nées dans l’Hémisphère Sud. Un choix risqué, couplé à une hausse de son prix de saillie à 50.000 €, alors que Ouija Board avait 4ans.

Cape Cross doit attendre sa sixième génération pour produire un deuxième gagnant de Gr1 en Europe : Sea the Stars. Il est devenu une star en 2009, avec, dans l’intervalle des 155 jours qui séparent les 2.000 Gns et l’Arc, des victoires dans le Derby d’Epsom, les Eclipse, les Juddmonte International et les Irish Champion Stakes. Il reste aux yeux de beaucoup le modèle du cheval parfait.

Son dernier chef-d’œuvre est Golden Horn, gagnant du Derby d’Epsom, battu d’une manière toujours incompréhensible dans les Juddmonte International Stakes, avant de remporter les Irish Champion Stakes et le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe. Golden Horn a vu sa carrière d’étalon achetée par… Darley. En 2016, peu de temps avant que son père ne prenne sa retraite, Golden Horn a commencé à officier à Dalham Hall Stud. Ses premiers foals sont nés en 2017.