Télécharger l'édition du jour
Jour de Galop

JOUR DE GALOP

GRAND STEEPLE-CHASE DE PARIS (GR1) - So French, un très grand d’Auteuil

Courses / 21.05.2017

GRAND STEEPLE-CHASE DE PARIS (GR1) - So French, un très grand d’Auteuil

AUTEUIL, DIMANCHE.

Le champion So French (Poliglote) est entré un peu plus dans la légende d’Auteuil en signant le doublé dans le Grand Steeple-Chase de Paris (Gr1). Les 6.000m et vingt-trois obstacles au menu ont quasiment été une formalité pour le représentant de Magalen Bryant. Vainqueur à 5ans en 2016, il a donc conservé son bien et devient le septième cheval à garder son titre après Lindor, Hyères III, Huron, Katko, Ucello II et Mid Dancer. Rendez-vous l’année prochaine !

Un parcours parfait. So French est bien parti et s’est installé derrière les deux animateurs, Perfect Impulse (Poliglote) et Vanilla Crush (Martaline). Pour passer la rivière des tribunes une deuxième fois, So French a relayé Perfect Impulse et a durci un peu la course, d’autant que la jument de Richard Corveller abordait la distance pour la première fois. Le pensionnaire de Guillaume Macaire est allé affronter seul le rail-ditch, comme en 2016. Il l’a franchi très facilement. Perfect Impulse lui a repris l’avantage pour entrer dans le dernier tournant. So French et Perfect Impulse se sont rendu coup pour coup dans la ligne droite, mais, sur le plat, le partenaire de James Reveley a lâché Perfect Impulse pour l’emporter de six longueurs.

Guillaume Macaire, désormais à une victoire de Bernard Secly. Guillaume Macaire a signé sa cinquième victoire dans le Grand Steeple après les succès d’Arenice, Bel la Vie, Storm of Saintly et So French. Il n’est donc plus qu’à un succès de Bernard Secly, recordman des victoires dans le Grand Steeple chez les entraîneurs. Le professionnel royannais a savouré sa victoire, un an après la perte d’As d’Estruval XX (Nickname). Ému et heureux, il nous a déclaré : « Vous imaginez la difficulté d’avoir des chevaux de la valeur de So French sans avoir d’ennuis et que tout se passe bien ? La dernière fois qu’il avait sauté, il s’était fait un overige. Je m’étais dit qu’il allait avoir un abcès… Ces rendez-vous-là, il ne faut pas les manquer. Je suis vraiment très heureux. Cette année, So French est invaincu. L’an dernier, il n’avait pas pu courir le Prix Ingré (Gr3) car il avait eu un abcès de pied. Il aurait pu courir, mais c’était douteux et je ne voulais pas faire cela. Je me suis dit que c’était un signe que m’avait envoyé le dieu des courses. Et cette année, je n’ai pas couru le Prix Ingré non plus. D’autant que l’année dernière, le cheval était moins prêt et il n’avait pas gagné de course avant d’arriver sur le Grand Steeple. Cette année, il avait gagné deux courses et était beaucoup plus prêt. Il a pris aussi de la maturité. C’est du grand bonheur, je savoure. L’année dernière, je n’avais pas savouré du tout car j’avais connu la perte d’As d’Estruval et c’était très dur. J’étais complètement liquéfié. Mais ce dimanche, je savoure à 200 %. »

Magalen Bryant en route pour un grand chelem. Magalen Bryant a remporté le Grand Steeple-Chase de Paris pour la troisième année consécutive. Après le forfait de Milord Thomas (Kapgarde), elle pouvait s’appuyer sur un autre champion avec So French. Elle nous a dit, au bord des larmes : « Nous vivons une magnifique année. James a monté le cheval à la perfection. Le cheval est magnifique et Guillaume Macaire a fait un superbe travail ! » Après le Grand Steeple vient l’Anjou-Loire Challenge (L) ce jeudi, dans lequel la propriétaire américaine sera représentée par Kick On (Poliglote) qui tentera le doublé dans cette épreuve. Puis il y aura la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr1) dans laquelle elle aura les deux favoris français Device (Poliglote) et Blue Dragon XX (Califet). Le printemps de rêve pourrait donc se poursuivre pour Magalen Bryant.

James Reveley au zénith. Cravache d’or en 2016, James Reveley a connu plusieurs blessures avec Device (Poliglote), avec lequel il était tombé dans le Prix Renaud du Vivier (Gr1), puis avec Rêve de Sivola (Assessor) en début de printemps. Mais il est revenu encore plus fort de ses blessures pour garder son bien dans le Grand Steeple. Au micro du cheval émetteur, il a déclaré : « Merci à toute l’équipe ! Pour gagner le Grand Steeple une deuxième fois, il faut garder le même niveau. Je savais que So French était le meilleur aujourd’hui. Il fallait le monter normalement, même s’il sautait un peu à droite. C’est So French ! J’en suis là grâce à monsieur Macaire et je le remercie. Je suis très heureux. Je n’ai pas eu beaucoup de chance en début d’année, mais cela arrive. Ce sont les courses d’obstacle. Heureusement, j’étais bien là aujourd’hui. So French est le vrai crack qui fait tout ce qu’on lui demande. J’ai eu de bons leaders et au deuxième passage de la rivière, il ne demandait qu’à avancer. Après, nous avons toujours été facilement. Dans le dernier tournant, j’ai vu que la jument d’Arnaud Chaillé-Chaillé allait très facilement, mais je savais que So French était très dur, ce qu’il a montré pour finir. »

Perfect Impulse, une drôle de dame. Pour sa première tentative dans le Grand Steeple et donc sur 6.000m, Perfect Impulse a été égale à elle-même. Elle a animé une bonne partie de l’épreuve et a longtemps fait illusion pour la victoire, n’étant battue que sur le plat par So French qu’elle n’avait jamais affronté jusqu’à dimanche. La jument de Richard Corveller a prouvé qu’elle était une grande dame d’Auteuil en étant seulement dominée par So French. Son entraîneur, Arnaud Chaillé-Chaillé, nous a dit : « Aujourd’hui, cette deuxième place a le goût d’un succès car nous sommes battus par le grand favori. Perfect Impulse a fait de petites erreurs mais ce n'est pas bien grave non plus. Elle avait contre elle le manque d'expérience, nous le savions. Elle n'a eu que quatre parcours en steeple dans les jambes. Désormais, elle va prendre du repos et reviendra à l'automne. Pour l'année prochaine, nous prendrons une décision plus tard, savoir si elle va recourir ou aller au haras. » Perfect Impulse est partie de loin au gros open-ditch et un peu au rail-ditch, mais son talent lui a permis de se relancer dans la course comme si de rien n’était. On a déjà hâte de la revoir !

Carriacou excellent troisième. Le scénario prévisible du Grand Steeple s’est déroulé comme prévu, à savoir la domination de So French devant la jeune garde, puisque derrière le fils de Poliglote, ce sont les 5ans Carriacou (Califet) et Sainte Turgeon (Turgeon) qui se sont classés respectivement troisième et quatrième. Carriacou a longuement patienté et a tracé une belle ligne droite. Comme dans le Prix Maurice Gillois (Gr1), il a devancé Sainte Turgeon. Entraîneur, éleveur et propriétaire de Carriacou mais aussi de Winneyev (Goldneyev), huitième, Isabelle Pacault nous a déclaré : « Carriacou est magnifique, les 5ans ont encore une fois fait une démonstration. Il comprend tout et tout de suite. C’est un champion. La course a été splendide, sans chute. C’est du bon travail. Quant à Winneyev je l’ai fait monter trop loin c’est de ma faute. On les reverra tous les deux. »

Une Sainte Turgeon prometteuse. Sainte Turgeon est entrée en troisième position dans le dernier tournant et on a même pu penser qu’elle allait gagner. Courageuse, elle s’est octroyé la quatrième place. Son entraîneur, Patrice Quinton, nous a dit : « Elle a fait une petite faute après la rivière des tribunes, mais cela lui a permis de respirer. Dans le dernier tournant, elle avait beaucoup de gaz et a suivi les autres. Elle a très bien couru. Elle n’a que 5ans et nous l’avons ménagée. Aujourd’hui, elle a fait voir sa classe et qu’elle est de ce niveau-là. »

Rendez-vous à l’automne pour Bipolaire. Bipolaire (Fragrant Mix) faisait aussi partie de la jeune garde qui affrontait So French. Âgé de 6ans, tout comme le double lauréat de Grand Steeple, il affrontait toute l’élite pour la première fois et s’est très bien comporté en revenant sur le plat, concluant cinquième. Son entraîneur, François Nicolle, nous a déclaré : « Bipolaire court très bien. Il a fait une faute à la dernière haie et cela lui coûte peut-être, je dis bien peut-être, la troisième place. Nous sommes très contents de sa prestation, pour une première fois à ce niveau. Il a besoin de temps entre ses courses, donc il va partir en vacances et nous le reverrons à l'automne. » Pour sa sixième participation, Shannon Rock (Turgeon) a conclu sixième après avoir fait bonne contenance jusque dans la ligne droite.

 

Trois Grands-Steeples en cinq ans pour l’élevage Gabeur. Avec les victoires de Bel la Vie (2013) et So French (2016 et 2017), l’élevage de Benoît Gabeur et son épouse figure trois fois au palmarès en cinq années. C’est un cas unique depuis le début du siècle dernier (nous ne disposons pas des noms des éleveurs avant 1904). Benoît Gabeur n’a jamais eu beaucoup de poulinières, mais ses statistiques sont impressionnantes, avec notamment des sujets du niveau de Master Minded (Nikos), Long Run (Cadoudal)… Au mois de mars, il nous avait expliqué : « J’avais vu Feuille d’Automne [la troisième mère de So French, ndlr], gagner à Nancy. C’était la sœur de Jeu de Paille (Lightning) que j’aimais beaucoup. Ce dernier était un très beau cheval qui avait gagné les Prix Noailles et Hocquart (Grs2) avant de se classer quatrième du Jockey Club (Gr1). Le fait d’être une fille de Crystal Palace (Caro) était aussi un point positif. Il y avait des garanties de tenue dans la famille maternelle, avec de grands stayers comme Lassalle (Bon Mot). Physiquement, Feuille d’Automne était clairement vilaine. Elle était réduite, sèche… C’est pour cela que j’ai l’ai achetée pour pas grand-chose, en novembre, chez Arqana. Elle venait d’être sevrée de Nononito (Nikos). Cette année-là, j’avais étudié le catalogue avec Jacques Détré, en ayant la ferme intention d’être raisonnable. En allant aux ventes, nous nous étions promis de ne pas faire d’achats impulsifs sur un coup de cœur. Cela ne s’est pas du tout passé comme prévu ! Lorsqu’elle est passée sur le ring, le souvenir de sa victoire à Nancy est remonté à la surface et elle n’était pas chère. Je l’ai donc achetée. » Pour accéder à l’intégralité de cet entretien : http://jourdegalop.com/2017/03/aux-origines-de-so-french-device-coup-de-coeur-inspire-de-benoit-gabeur/

PEDIGREE WEATHERBY : http://jourdegalop.com/wp-content/uploads/2017/04/SOfRENCH.pdf

Le propre frère de Device. Élevé par la famille Gabeur, Device est un fils de Westonne (Mansonnien). Cette dernière était aussi entraînée par Guillaume Macaire, pour lequel elle a remporté le Prix Fleuret (Gr3). Elle a aussi donné Device (Poliglote), lauréat de neuf Groupes : les Prix Amadou, Georges de Talhouet-Roy (Grs2), d'Indy, Général de Saint-Didier, de Maisons-Laffitte, Pierre de Lassus, Juigné, Hypothèse et de Pepinvast (Grs3) et West Kap XX (Kapgarde), gagnant de deux courses. La deuxième mère, Fassonwest (Dom Pasquini), une pensionnaire de Guillaume Macaire, a remporté deux courses en trois sorties sur les obstacles. Elle a bien produit, donnant Nagging (Nikos), gagnant du Prix Roger de Minvielle (L), tout comme son propre frère Westos (Nikos), ainsi que Off by Heart (Kapgarde), gagnant des Prix La Périchole et Edmond Barrachin (Grs3).

Une famille de grands stayers. En remontant l’origine maternelle de So French et Device, on trouve plusieurs stayers de classe comme Nononito (Nikos), Sir Brink (Brinkmanship), troisième du Prix du Cadran (Gr1) et lauréat du Prix Renaud du Vivier, et Lassalle (Bon Mot), lauréat de l’Ascot Gold Cup, du Prix du Cadran (Grs1) et du Prix Gladiateur (Gr3). Lassalle a fait la monte au Japon. Nononito, lauréat des Prix du Cadran (Gr1) et Léon Rambaud (Gr2), s’est aussi classé troisième de la Grande Course de Haies d’Auteuil et de l’Ascot Gold Cup (Grs1). Au haras, il a notamment donné Princesse d’Anjou (Nononito), lauréate du Grand-Steeple Chase de Paris en 2008.

Le coup de deux de Poliglote. Les produits de Poliglote (Sadler’s Wells) ont pris les deux premières places de cette édition du Grand Steeple. L’étalon du haras d’Étreham est un cas unique : il a donné un lauréat de la grande épreuve de l’obstacle français et une gagnante du Prix de l’Arc de Triomphe.

Northern Dancer
Sadler’s Wells
Fairy Bridge
Poliglote
Val de l’Orne
Alexandrie
Apachee
SO FRENCH (H6)
Tip Moss
Mansonnien
Association
Westonne
Dom Pasquini
Fassonwest
Feuille d’Automne