ABU DHABI POULE D’ESSAI DES POULICHES (GR1) - Des instants si précieux

Courses / 13.05.2017

ABU DHABI POULE D’ESSAI DES POULICHES (GR1) - Des instants si précieux

Des instants si précieux

 

ABU DHABI POULE D’ESSAI DES POULICHES (GR1) – SAMEDI, À DEAUVILLE. L’Abu Dhabi Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) était, sur le papier, une course très difficile à déchiffrer. La gagnante, Précieuse (Tamayuz), a causé une petite surprise en s’imposant à la cote de 27/1. Et surtout beaucoup d’émotions.

Il faut dire que sa candidature posait des interrogations : elle était rallongée, elle qui n’avait jamais couru au-delà de 1.200m. Mais c’est sa vitesse qui lui a permis de s’imposer ce samedi. La représentante d’Anne-Marie Hayes a placé une accélération décisive, côté tribunes, pour aller chercher Sea of Grace (Born to Sea), vue quant à elle plutôt côté corde. Heuristique (Shamardal) est troisième, prenant une courte encolure sur Wajnah (Redoute’s Choice). La cinquième place s’est jouée d’un nez entre les représentantes de Coolmore, Rain Goddess (Galileo) devançant Roly Poly (War Front).

 

Le bon wagon ? Avec 18 partantes, comme on pouvait s’y attendre, le peloton s’est scindé en deux pendant la majorité de la course. Olivier Peslier a donné un parcours en or à Précieuse, pouliche dont la tenue était un vrai point d’interrogation. Le jockey a filé le plus longtemps possible Amaani (Le Havre), avant de déboîter sa pouliche – non sans contrarier un peu Via Ravenna (Raven’s Pass) – à environ 300m du poteau. L’accélération de la pouliche a fait le reste. Pour autant, on ne peut pas dire que Précieuse se soit trouvée dans le meilleur des wagons, celui de l’extérieur. Les deuxième, troisième, quatrième, cinquième et sixième étaient toutes dans le peloton ayant évolué en pleine piste.

Senga (Blame) et Via Ravenna étaient les deux favorites de la course. Elles concluent respectivement onzième et septième. Il faudra les revoir. Senga est une pouliche aux origines 100 % américaines, avec une action rasante, et la piste très souple ne lui a certainement pas convenu. Quant à Via Ravenna, elle n’a pas accéléré lorsqu’elle a été décalée. Les 1.600m en terrain souple sont probablement trop longs pour cette pouliche possédant beaucoup de vitesse.

 

Un premier Gr1… et un premier classique ! Lors du retour aux balances, on entendait à Deauville les cris de joie des propriétaires et éleveurs de Précieuse… Fabrice Chappet n’a quant à lui pas poussé de grands cris de joie. L’entraîneur cantilien remporte son premier Gr1, donc son premier classique. C’est avec un calme olympien, presque un grand détachement, qu’il a répondu brièvement aux différentes questions. Mais ses lunettes de soleil lui ont sans doute permis de gérer une émotion peut-être plus grande que ce qu’il souhaitait montrer…

L’entraîneur ne s’est pas non plus mis en avant dans cette victoire. Le choix de la Poule d’Essai ? C’était celui des propriétaires avant tout, qui pensaient que Précieuse pourrait tenir les 1.600m. Rappelons que la pouliche restait sur une deuxième place derrière Fas (Fastnet Rock) – candidat à la Commonwealth Cup (Gr1) – dans le Prix Sigy (Gr3), sur 1.200m. Précieuse relevait un vrai défi, et elle l’a réussi avec brio.

Fabrice Chappet nous a dit : « Il y avait des interrogations sur la distance, mais comme le dit son propriétaire, rien ne bat la vitesse. J’étais confiant sur le fait qu’elle allait bien courir et elle avait travaillé comme une pouliche qui tenait. Mais il faut faire les 1.600m en ligne droite. Il faut féliciter Jose, son cavalier du matin, qui est italien. J’ai la chance d’avoir des chevaux bien nés dans mon écurie ; j’ai un bon matériel de base. C’est la première pouliche que ses propriétaires m’ont envoyée. Pour la suite, nous allons réfléchir. Ses propriétaires ont été un peu timides et elle n’a pas été engagée à Royal Ascot. Il y a aussi des options à Deauville, nous allons réfléchir. » Précieuse s’est imposée dans un bon style et il lui faudra confirmer ce succès dans le futur, dans une génération de pouliches de 3ans sur le mile qui, pour le moment, s’annonce très ouverte.

 

Zut Alors ! Ceux qui connaissent bien Fabrice Chappet vous diront qu’il a deux tics de langage : « Tout à fait » et « Bon alors ». Le fait qu’il décroche son premier Gr1 avec une fille d’une jument nommée… Zut Alors (Pivotal) était donc peut-être un signe. Zut Alors, entraînée par Robert Collet (pour qui Fabrice Chappet a tenu le rôle d’assistant) pour Brendan Hayes, s’était classée dixième de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) de la championne Darjina (Zamindar).

 

L’aboutissement d’un long travail. L’Irlandais Brendan Hayes est l’éleveur de Précieuse, via son haras Knocktoran Stud. Précieuse est le premier cheval qu’il a envoyé à Fabrice Chappet, avec son épouse Anne-Marie, qui est française et dont la famille est plutôt connue dans le milieu du trot. Il s’agit de la famille Lambertz, à l’honneur à Vincennes récemment avec un cheval comme Viking de Val. Brendan Hayes a aussi géré Kilfrush Stud, le haras historique de R. C. Strauss vendu en 2013 à des intérêts qataris.

Brendan Hayes était aux anges après la victoire de Précieuse, ne résistant pas à monter sur le podium avant que son nom – comme éleveur – ne fût annoncé ! Il nous a dit : « C’est absolument fantastique pour nous. Nous avons une âme d’éleveurs et Précieuse descend d’une famille que nous développons depuis sa grand-mère… C’est donc le résultat d’un long travail. Elle a beaucoup de vitesse de base. Ce qui est important chez un cheval, c’est la vitesse, qu’il soit stayer ou sprinter. Nous pensions qu’elle pourrait tenir, car il y a de la tenue dans sa famille. La Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) est une course qui nous a déjà porté chance dans le passé, avec Tie Black. »

Précieuse fut une première pour les époux Hayes et Fabrice Chappet, mais ils se connaissent tous depuis un bout de temps, comme nous l’a expliqué Brendan Hayes : « Nous connaissons Fabrice Chappet depuis longtemps, car nous avions des chevaux chez Robert Collet et Fabrice a été son assistant. Mais Précieuse est la première pouliche que nous lui avons envoyée. »

 

Un premier classique pour Tamayuz. Étalon en Irlande, à Derrinstown Stud, Tamayuz (Nayef) décroche un premier succès classique grâce à Précieuse. Ce champion miler, entraîné par Freddy Head pour le cheikh Hamdam Al Maktoum, a notamment remporté le Prix Jean Prat et le Prix du Haras de Fresnay le Buffard – Jacques Le Marois (Gr1). Au haras, ce fut un petit peu plus compliqué, même s’il a sorti de bons chevaux, comme G Force, gagnant de Gr1 sur le sprint, ou encore la bonne mais compliquée Thawaany, gagnante du Prix de Ris-Orangis (Gr3) et deuxième du LARC Prix Maurice de Gheest (Gr1). Brendan Hayes nous a dit : « Je suis un grand fan de Tamayuz. C’est un bon étalon, mais qui a eu un nombre limité de juments, ce qui n’est pas facile. Nous lui avons envoyé quatre juments cette année, dont la mère de Précieuse. Cette dernière a une pouliche foal par Kodiac qui est absolument magnifique. » Notons que Tamayuz a un produit au départ de la Poule d’Essai des Poulains ce dimanche : Mankib, un fils de la championne Natagora (Divine Light). Le représentant de Shadwell s’élancera certainement en position d’outsider, mais il ne part pas battu dans une épreuve très ouverte et il tentera de faire honneur à son pedigree respirant la ligne droite...

Sea of Grace n’a pas à rougir. Sea of Grace (Born To Sea) a gagné la course des pouliches du peloton extérieur, mais en a trouvé une plus rapide et plus forte sur sa gauche. Elle a fait plaisir à son jockey Christophe Soumillon : « Je n’ai pas de regrets. Elle était bien détendue, a galopé dans son action et a bien accéléré. C’est une très bonne pouliche, elle adore ce terrain et ne doit pas rougir pour cette deuxième place, bien au contraire. »

La représentante de Sunderland Holding n’en était qu’à sa cinquième sortie et peut progresser. William Haggas ne regrette pas d’avoir choisi Deauville en faisant l’impasse sur les 1.000 Guinées : « Elle est venue comme une gagnante et j’ai pensé qu’elle allait s’imposer, mais Précieuse a eu une meilleure pointe de vitesse. À Newmarket, dans les Nell Gwyn, elle était un peu tendue et avait trop envie de galoper. À Deauville, elle a apprécié le terrain et la piste plate. Tous ces éléments ont eu comme retour une très belle performance. Si tout se passe bien, elle sera au départ des 1.000 Guinées irlandaises. »

 

La tête d’Urban Sea

Sea of Grace, achetée 260.000 € par Mandore International Agency (Nicolas de Watrigant) à la vente d’août Arqana, est la femelle la plus chère par son père Born to Sea (Invincible Spirit). Jean Lesbordes, représentant en France de la Famille Tsui, a ajouté un détail sur l’achat de Sea of Grace à Arqana : « Cette pouliche avait la même tête qu’Urban Sea, elle m’avait tapé dans l’œil pour ça. » Born to Sea est le frère de Galileo (Sadler’s Wells) et de Sea the Stars (Cape Cross). Leur mère, Urban Sea (Miswaki), avait gagné le Prix de l’Arc de Triomphe pour la casaque Tsui, sous l’entraînement de Jean Lesbordes. Sea of Grace était le premier partant dans un classique pour Born to Sea, étalon des Aga Khan Studs.

 

Un défi relevé avec succès pour Heuristique. Cette Abu Dhabi Poule d’Essai des Pouliches était un réel défi pour Heuristique (Shamardal). Elle restait sur une deuxième place pour sa rentrée dans le Prix La Camargo (L) et elle courait d’ailleurs très bien dans cette Listed. Heuristique montait de catégorie et devait faire ses preuves dans un tel lot, mais elle avait aussi pour elle d’avoir démontré une aptitude au terrain très souple. Francis-Henri Graffard, entraîneur de la pouliche, nous a confié : « Nous sommes ravis de sa performance. Elle courait ici sa deuxième course de l’année. C’était un vrai challenge, et en se classant troisième, elle fait une très belle valeur. Elle est très dépendante de l’état du terrain. Nous allons peut-être la rallonger. Nous allons d’abord savourer et voir comment elle rentre pour prendre une décision quant à la suite de son programme. »

Steve Burggraf, propriétaire d’Heuristique sous le nom d’écurie de Montlahuc, était très ému après la troisième place de sa pouliche dans ce classique. Les débuts de ce jeune propriétaire dans le monde des courses n’ont pas toujours été faciles, mais, depuis la victoire de Penny Lane dans le Prix des Sablonnets 2016 (L), Steve Burggraf vit de grands moments. Créateur de Big Fernand (les hamburgers gourmets), l’homme d’affaires nous a dit : « Je fête cette troisième place avec mon épouse comme si c’était une victoire ! Nous n’avons commencé à avoir des chevaux de courses que depuis trois ans. C’est une histoire extraordinaire, une histoire d’hommes, avec Laurent Benoît et Francis-Henri Graffard. Tout n’a pas été facile au début, mais je suis chef d’entreprise, et je sais que la vie est faite de hauts et de bas. Nous avons commencé par le bas, et maintenant, nous connaissons le haut. »

 

Pas que de la vitesse. Précieuse a été élevée en Irlande, par Knocktoran Stud, le haras de Brendan et Anne-Marie Hayes. C’est une fille du champion miler Tamayuz, à qui elle offre un premier succès classique. Zut Alors (Pivotal), la mère de Précieuse, n’a couru que deux fois dans sa carrière sur 1.600m – dont la Poule d’Essai des Pouliches – sans pouvoir se distinguer –, mais avait montré beaucoup de vitesse en se classant troisième du Prix Miesque (Gr3), à 2ans, sur 1.400m, ainsi que dans trois Listed sur plus court. Elle avait déjà donné deux chevaux black type, le hongre Baccarat (Dutch Art), placé de Listed, et Peut Être (Whipper), qui avait tenu les 2.000m dans le Prix Fille de l’Air (Gr3) où elle avait pris la troisième place.

Robert Collet a entraîné Zut Alors, tout comme la deuxième mère de Précieuse, Zeiting (Zieten), gagnante de Listed sur 1.200m à 2ans. Elle a produit trois gagnants de Groupe sur plus long. Scottish (Teofilo) s’est imposé dans les Strensall Stakes, sur 1.800m à York, et a pris la deuxième place derrière la très bonne Jameka (Myboycharlie) dans la Caulfield Cup (Gr1) sur 2.400m en Australie. Royal Empire (Teofilo) a remporté les Geoffrey Freer Stakes (Gr3) sur 2.650m, alors que Combat Zone (Refuse To Bend) a gagné le Grosse Europa Meile (Gr2) en Allemagne. Zeiting a donné 9 gagnants sur 11 produits en âge de courir et c’est une sœur de la rapide Dolled Up (Whipper) qui avait gagné le Prix du Bois (Gr3). Zut Alors a une 2ans par Dark Angel, achetée par Bobby O’Ryan (100.000 Gns) à l’entraînement chez Richard Fahey.

 

Gulch
Nayef
Height of Fashion
Tamayuz
Nureyev
Al Ishq
Allez les Trois
PRÉCIEUSE (F3)
Polar Falcon
Pivotal
Fearless Revival
Zut Alors
Zieten
Zeiting
Belle de Cadix

 

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 37’’83

De 1.000m à 600m : 23’’58

De 600m à 400m : 11’’94

De 400m à 200m : 11’’86

De 200m à l’arrivée : 12’’41

Temps total : 1’37’’69