AUX ORIGINES DE... Straight Shooter, le chant du cygne de Ballymacoll

Élevage / 05.05.2017

AUX ORIGINES DE... Straight Shooter, le chant du cygne de Ballymacoll

Par Adrien Cugnasse

 

Ce lundi, Straight Shooter (Frankel) a fait grande impression en s’imposant de sept longueurs dans le Prix du Pas de Deux (Inédits). Il est issu d’une souche façonnée par Ballymacoll, un haras dont l’effectif va être dispersé chez Tattersalls tout au long de l’année 2017.

 

Ce mercredi, dans son blocs notes, Franco Raimondi posait une question qui habite tous ceux qui ont assisté à la réunion du 1er mai à Saint-Cloud : « Jusqu’où va aller Straight Shooter ? » Pour un journaliste, passer après Il Mago di Milano (le magicien milanais), c’est un peu comme récupérer un poulain qui vient de chez André Fabre ou Jean-Claude Rouget quand on est entraîneur… On sait qu’on fera difficilement mieux. Il reste donc la possibilité de faire différemment !

 

Une famille sous le feu de l’actualité. La démonstration de Straight Shooter a été saluée par la presse anglo-saxonne. C’est suffisamment rare pour être souligné, car, outre-Manche, on a souvent la dent dure avec les chevaux qui courent sur le sol français. Ces éloges font écho à ceux récoltés ces derniers jours en Australie par un autre petit-fils de Gay Hellene (Ela-Mana-Mou) : Doubt I'm Dreaming (Not a Single Doubt). Ce 2ans a fait très forte impression en gagnant une Listed à Mooney Valley. John McArdle, son entraîneur, a confié aux médias locaux : « Tout le monde vient me voir pour me dire qu’il est exceptionnel. » Son pensionnaire a décroché un rating de 101, quand le lauréat du Golden Slipper est crédité de 104. Les échellistes de Timeform ont accompagné leur appréciation chiffrée d’un commentaire très clair : « C’est une star en devenir. Un certain nombre d’indicateurs nous poussent à croire qu’il a les moyens d’atteindre le meilleur niveau sur des distances allant de 1.400 à 1.600m. » C’est très flatteur pour un poulain qui n’a gagné qu’une seule course (comme son cousin Straight Shooter). Le China Horse Club et Newgate Farm ont acheté 25 % de ce stallion prospect.

 

Danehill
Redoute’s Choice
Shantas Choice
Not a Single Doubt
Rorys Jester
Singles Bar
Easy Date
DOUBT I'M DREAMING (M2)
Rainbow Quest
Spectrum
River Dancer
Dreaming of You
 Ela Mana Mou
Gay Hellene 
 Gaily

 

Gaily, la fondatrice. Straight Shooter et Doubt I'm Dreaming sont issus d’une souche bien établie à Ballymacoll depuis trois générations. L’histoire remonte à l’achat de Gaily (Sir Gaylord) pour 120.000 $, alors qu’elle était yearling à Keeneland. Son père, Sir Gaylord (frère du champion Secrétariat, par Turn To), était le grand favori du Kentucky Derby 1962 mais il se cassa un sésamoïde la veille de la course. Cela ne l’empêcha pas de réussir sa carrière au haras. Sa fille Gaily a réalisé une remarquable carrière européenne, après son acquisition par Michael Sobell et son gendre Arnold Weinstock (les propriétaires de Ballymacoll). Elle a notamment gagné les 1.000 Guinées d’Irlande. Pouliche de tenue, à l’aise en terrain souple, elle s’est aussi classée deuxième des Oaks d’Irlande et troisième du Prix Vermeille (Grs1).

 

Les rendez-vous manqués de Ballymacoll avec l’Arc. Dans l’article publié hier en une de Jour de Galop, Anne-Louise Échevin rapporte les propos de Markus Jooste, un des propriétaires de Straight Shooter, par l’intermédiaire de Mayfair Speculators : « Mon but ultime serait de remporter le Prix de l’Arc de Triomphe mais, pour le moment, je serais déjà content d’y avoir un partant ! » Ces propos font écho à ceux de Peter Reynolds, qui est encore le directeur de Ballymacoll : « Nous avons eu la chance de gagner des courses de très haut niveau à travers le monde. Mais la course que rêvons à tout prix de remporter, c’est le Prix de l’Arc de Triomphe. La victoire nous échappé de peu à plusieurs reprises… » Parmi les rendez-vous manqués de Ballymacoll avec l’Arc, on peut citer, entre autres, les tentatives de Sun Princess (2e à une longueur d’All Along), de Golan (4e) et d’Islington (5e à deux longueurs de Marienbard). Dans la descendance de Gaily, l’aïeule de Straight Shooter, on retrouve aussi Youmzain (trois fois deuxième, de Dylan Thomas, de Zarkava et de Sea the Stars) et le sextuple lauréat de Gr1 Pilsudski (deux fois deuxième, de Peintre Célèbre et d'Helissio). Un des meilleurs chevaux élevés à Ballymacoll, Troy (Petingo), a lui aussi échoué à Longchamp. Favori de l’épreuve, il s’est classé troisième de l’édition de Three Troikas (Lyphard).

 

La génération 1976. Troy, gagnant de quatre Grs1, dont les Derby anglais et irlandais, fait partie des trente meilleurs chevaux de l’histoire selon le classement établi à partir des ratings Timeform. À 137, il est au niveau de Peintre Célèbre (Nureyev) et de Montjeu (Sadler’s Wells). Dans la génération 1976, un des principaux contradicteurs de Troy fut Ela-Mana-Mou (Pitcairn), qui l’avait notamment battu dans les Royal Lodge Stakes (Gr2). Cet élève de Patrick Clarke a transmis de la tenue, comme en attestent les performances de Snurge (St Leger), Double Trigger (stayer de l’année 1995 en Europe), Double Eclipse (Lonsdale Cup), The Little Thief (Prix de Lutèce)... Avec la jumenterie de Ballymacoll, Ela-Mana-Mou a notamment donné Emmson (Racing Post Trophy), la mère de Gamut (Grand Prix de Saint-Cloud), et Gay Hellene, la deuxième mère de Straight Shooter et de Doubt I'm Dreaming.

 

Sadler’s Wells
Galileo
Urban Sea
Frankel
Danehill
Kind
Rainbow Lake
STRAIGHT SHOOTER (M3)
Mr Prospector
Machiavellian
Coup de Folie
Straight Lass
 Ela Mana Mou
Gay Hellene 
 Gaily

 

Machiavellian, un remarquable père de mère. Gay Hellene (Ela-Mana-Mou) a notamment remporté le Prix de Flore (Gr3). Elle s’est classée cinquième du Prix Marcel Boussac (Gr1) de Triptych (Riverman), à l'issue duquel Coup de Folie (Halo) terminait troisième. Peter Reynolds a déclaré en 2015 à la presse étrangère : « Nous utilisons toujours des étalons que nous pensons capables de produire des gagnants de Derby. Avec nos souches, nous devons parfois utiliser des sires avec de la vitesse si l’on ne veut pas produire des stayers. » Cette idée correspond parfaitement au croisement de Gay Hellene avec Machiavellian (Mr Prospector), un fils de Coup de Folie. Il a donné Straight Lass (Machiavellian), la mère de Straight Shooter. Machiavellian, lauréat du Morny, est mort prématurément. Mais il a malgré tout eu le temps de donner 71 black types. Et il s’est révélé avec le temps un père de mère de tout premier plan. On le trouve notamment dans l’origine maternelle de Charm Spirit (Invincible Spirit), Galileo Gold (Paco Boy), Avenir Certain (Le Havre), Shamardal (issu d’une deuxième mère née à Ballymacoll par Troy), Dark Angel (Acclamation), Zoffany (Dansili), Victoire Pisa (Neo Universe)…

 

Straight Lass, la jument d’une vie. Serge Boucheron, l’éleveur de Straight Shooter, nous a confié en août 2015 : « Straight Lass restera l’un des chevaux marquants de ma carrière d’éleveur. Je me souviens très bien de son achat. C’était en 2003, à l’occasion de l’un de mes premiers voyages à Newmarket. Marc-Antoine Berghgracht et moi-même avions été conquis au rond de présentation. C’était une peinture. Mais nous n’étions pas seuls et il avait fallu batailler pour l’avoir. Elle n’avait jamais couru mais son papier était très bon (…) Straight Lass, c’est un rêve de jument, elle m’a donné trois black types. Naaqoos (Oasis Dream) a gagné le Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1) en 2008 (…) Il avait alors battu le record du toboggan à Longchamp. Son frère Barastraight (Barathea) a été vendu au Hong Kong Jockey Club (…), mais il m’a été rendu car il tiquait. Je l’ai donc placé à l’entraînement chez Jean-Claude Rouget et il est resté invaincu jusqu’à la fin du mois d’avril de ses 3ans. Sous mes couleurs, il a remporté le Prix La Force (Gr3). J’étais encore associé sur lui lorsqu’il a couru le Prix du Jockey Club (Gr1). Il officie au haras des Sablonnets. » Straight Lass, qui est stationnée au haras du Mézeray, est suitée de Siyouni, et en 2017, elle a été saillie par l’étalon du haras de Bouquetot Shalaa (Invincible Spirit). Marc-Antoine Berghgracht nous a récemment précisé : « Straight Lass est née chez Ballymacoll qui est un élevage extraordinaire. C’est le premier cheval que j’ai acheté pour Serge Boucheron, qui a choisi d’investir dans des origines de qualité. Les enchères étaient montées jusqu’à 190.000 Gns. Straight Lass a tendance à produire des chevaux importants. Il faut donc en tenir compte dans les croisements.»

 

Ballymacoll, la fin d’une histoire. C’est l’agence Tattersalls qui a été choisie pour s’occuper de la dispersion Ballymacoll, qui commencera lors du book 1 d’octobre et se poursuivra en décembre. La vente commencera lors du book 1 de la vente de yearlings d’octobre et se poursuivra lors de la vente de décembre. Ballymacoll est devenu un haras de premier plan à partir de 1954, date de son achat par Dorothy Paget. Ses chevaux ont gagné le Derby, sept Cheltenham Gold Cups, quatre Champion Hurdles et le Grand National. Arkle (Archive), le plus grand steeple-chaser de l’histoire, a vu le jour sur ces terres. Ballymacoll, après l’achat par Sir Michael Sobell dans les années 1960, a continué à travailler avec les souches maison. 90 % des poulinières ont des origines remontant aux premières achetées par Dorothy Paget. Les élèves du haras ont gagné tous les classiques anglais sauf les 1.000 Guinées : 29 chevaux on remporté 54 Grs1 à travers le monde.