La cause des éleveurs défendue à Bruxelles

Institution / Ventes / 04.05.2017

La cause des éleveurs défendue à Bruxelles

 À l’initiative du groupe European Horse Network, l’eurodéputé Jean Arthuis a réuni, mercredi 3 mai à Bruxelles, le Groupe cheval du Parlement européen afin de réfléchir à l’avenir de la PAC et du financement de la filière.

Une délégation française représentant l’Eftba (Fédération européenne) et composée de Loïc Malivet, Hubert Honoré et Constance Popineau a effectué le déplacement, en compagnie de Louis Romanet, invité, au nom de l’Ifha par les organisateurs. Cet événement a permis, sous l’impulsion de Jean Arthuis, de faire la lumière sur des problématiques rencontrées par le secteur du cheval en Europe et de proposer quelques axes de réflexion.

Ce fut l’occasion de répéter que le cheval est une grande famille agricole qui aura toute sa place dans la future PAC. Les ressources provenant des paris ont été présentées, d'un point de vue britannique, comme nécessaires au financement de la filière.

Enfin, concernant la fiscalité, un constat des disparités d’application en Europe des taux de T.V.A., de l’imposition du revenu et des formes de sociétés a été présenté, permettant d’illustrer la nécessité d’un système de T.V.A. plus simple et plus juste. La réforme de la directive T.V.A., dont les orientations devraient être présentées par la Commission européenne en septembre, pourrait permettre d’élargir la liste des opérations susceptibles d’être soumises à un taux réduit. La rigueur auparavant tenue par Bruxelles quant à la fixation des taux réduits n’est plus de mise, les professionnels ont donc demandé davantage de flexibilité et une prise en compte globale de la fiscalité afin de l’appliquer plus justement à la filière cheval.

Photo : Hubert Honoré, Loïc Malivet, Louis Romanet, Constance Popineau et Mark Wentein (président de l’EHN)